Actualitéfleche titre

Evolution de la campagne agricole 2021-2022

(05/05/2022)

La campagne agricole 2021-2022 a été confrontée à des conditions climatiques délicates. A la fin du mois de janvier 2022, le déficit pluviométrique a enregistré 58,9% comparativement à la saison précédente et 57,7% par rapport à la moyenne des cinq dernières années. En termes d'eau, les réserves des principaux barrages nationaux ont à peine dépassé 5,3 milliards de mètres cubes en mars 2022, après 5,28 milliards à fin février 2022. Pour pallier les répercussions de ce déficit pluviométrique, un programme exceptionnel, d'un coût global de 10 milliards de dirhams, a été initié par le gouvernement.

Fort heureusement, le rattrapage des conditions climatiques et le recouvrement d'une bonne pluviométrie ont permis de donner un tour favorable à l'évolution de la campagne agricole qui a connu une bonne répartition régionale des précipitations et un cumul moyen national de 102 mm, soit une augmentation de 44% par rapport à la moyenne trentenaire et de 90% par rapport à la campagne précédente pour la période du 1er mars au 22 avril 2022.

Ces précipitations présentent un retentissement très favorable sur le couvert végétal des terrains de parcours et des cultures fruitières et présagent de bonnes prévisions pour la réalisation des récoltes printanières, à savoir les légumineuses et principalement le pois chiche, les oléagineux notamment le tournesol, les cultures maraîchères et le maïs. La superficie prévisionnelle des grandes cultures de printemps (maïs, pois chiche, tournesol et haricots secs) devrait totaliser 320 mille hectares si la situation favorable se maintient, sachant que dans plusieurs régions, les agriculteurs s'emploient à rattraper les cultures d'automne affectées par le déficit pluviométrique.

Quant aux cultures maraichères de printemps, notamment dans les zones irriguées, la superficie programmée représente 80 mille hectares et la production prévue de ces cultures devrait couvrir les besoins de consommation du marché local durant la période estivale. Les taux de réalisation des principales espèces sont de 50% pour la pomme de terre, 68% pour l'oignon, 39% pour la carotte et le navet, 72% pour la courge et la courgette, 41% pour la pastèque et 37% pour le melon. Les semis de ces cultures se poursuivent jusqu'à la première quinzaine de juin. La production couvrira les besoins de consommation du marché local en produits maraichers pendant la période estivale.

S’agissant des produits agroalimentaires, ils ont réalisé de bons résultats en dépit du contexte peu propice à cette campagne et de la conjoncture internationale difficile. Ainsi, du 1er septembre 2021 à fin février 2022, les exportations de produits maraîchers ont atteint 773 000 tonnes, soit une augmentation de 18% par rapport à la même période de la campagne 2020-2021. Quant aux agrumes, leurs ventes à l'étranger ont augmenté de 37% à fin février, atteignant 566 000 tonnes après 412 000 tonnes aux mêmes périodes.

Les exportations de produits agricoles transformés (hors sucre et ses préparations) ont atteint 525 000 tonnes à la fin de la campagne 2021, en hausse de 14%. En termes de valeur, ces expéditions ont approché 11,9 milliards de dirhams à fin 2021, soit une amélioration de 20%. Au terme des deux premiers mois de 2022, cette tendance haussière des produits agricoles transformés s'est maintenue, comme en témoigne l'augmentation de 11% en volume et de 43% en valeur. En outre, pour le seul mois de janvier 2022, les exportations du secteur agricole et agroalimentaire ont progressé en valeur de 8,4 % intégrant une hausse de la valeur des expéditions de l'industrie alimentaire de 36,2 % (après une baisse de 13,5 % un an plus tôt).

 

 

 Source : MAPMDREF, Ministère de l’économie et des finances

 

Source : Crédit Agricole du Maroc