Actualitéfleche titre

Conférence des Nations Unies sur les Océans : Déclaration du Groupe africain faite par le Maroc

(30/06/2022)

Du 27 juin au 1er juillet 2022 à Lisbonne au Portugal, M. Mohammed Sadiki, le Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, a participé le mardi 28 juin 2022 à la séance plénière quotidienne et donné lecture de la déclaration du Groupe africain.

Le développement durable et la croissance économique en Afrique ont été entravés par la pénurie d'emplois, le chômage des jeunes et les disparités croissantes. Les océans de l'Afrique pourraient potentiellement apporter une énorme contribution à ce développement, mais ils sont encore très peu exploités. À cette fin, l'Afrique est résolue à mettre à profit le vaste potentiel de son domaine maritime de manière durable et à accélérer la transformation économique et les possibilités offertes par les mers et les océans.  S'exprimant au nom du groupe africain, M. Sadiki a déclaré : "Le développement du secteur bleu peut offrir des emplois décents aux jeunes, augmenter leurs revenus et libérer leur potentiel économique. Il est donc crucial de lier le programme de transformation de l'Afrique à une économie océanique durable et résiliente dans la région. »

Le Groupe africain a fait valoir la réalisation d'efforts communs pour pallier les insuffisances financières et infrastructurelles faisant obstacle à la pleine exploitation du potentiel des ressources marines africaines. Il a préconisé la consolidation de l'échange des capacités de recherche technique et scientifique afin de susciter et de répandre des notions et des renseignements sur la question de la participation à l'économie bleue durable, affirmant la pertinence de l'élaboration de divers mécanismes et incitations en vue de susciter un essor par la recherche et la création d'une plateforme mondiale pour la production et le partage des données océaniques, pour répondre aux défis communs et pour renforcer les capacités régionales et nationales.

Par conséquent, pour aborder le challenge de la maitrise des déchets et de la pollution plastique, le groupe a accentué le besoin de renforcer les démarches pour acquérir des méthodes de pêche durables aux niveaux mondial, régional et national afin de préserver les espèces menacées et les précieux stocks de poissons dont des millions de personnes dépendent pour leur subsistance quotidienne. 

Le Groupe africain a déclaré que la réussite de l'ODD14 et la conservation des écosystèmes océaniques et marins exigeront un engagement ferme et harmonieux, la collecte d'importantes ressources financières, l'accès aux technologies et aux innovations, le renforcement des capacités et des mécanismes de gouvernance efficaces. Il faudra aussi des partenariats inclusifs et novateurs, notamment des partenariats public-privé ainsi que des partenariats Sud-Sud, Nord-Sud et triangulaires dans toutes les dimensions de l'économie bleue.

Le groupe africain est parvenu à la conclusion que la conférence des Nations unies sur les océans représente une occasion de revenir sur les efforts collectifs et d'agir collectivement pour protéger nos océans. Il convient de noter que le Groupe africain s'est associé à la déclaration faite par le Pakistan au nom du G77 et de la Chine. 

Participation aux conférences thématiques

La Conférence est structurée en sessions quotidiennes complètes, en plus des débats thématiques. La séance du premier jour était destinée aux discours d'ouverture, à l'adoption du règlement intérieur et à l'élection des organes de la conférence.

La délégation marocaine prendra part aux débats se rapportant à : i) la gestion de la pollution marine, ii) à la gestion, protection, conservation et restauration des écosystèmes marins et côtiers, iii) la pérennisation de la pêche et l'accès des petits pêcheurs artisanaux aux ressources et marchés marins.

MAPMDREF

Source : Crédit Agricole du Maroc