drapeau Afghanistan Afghanistan : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

La reprise économique de l'Afghanistan s'est interrompue avec l'épidémie de Covid-19 en 2020, pesant sur le sentiment déjà fragile des consommateurs et des investisseurs et ralentissant les flux commerciaux aux frontières du pays. De plus, depuis que les talibans ont repris le pouvoir en août 2021, la situation dans le pays se serait largement détériorée. Un effondrement complet de l'infrastructure bancaire ainsi qu'une augmentation de la pauvreté et de la faim signifient que le pays a un besoin urgent d'aide humanitaire. Bien que les principales institutions financières mondiales ne fournissent pas de données officielles, on estime que le PIB de l'Afghanistan s'est contracté d'environ un cinquième en 2021, avec des perspectives négatives sur l'horizon de prévision. La consommation des ménages (80 % du PIB) pourrait se contracter de 40 % car de nombreux Afghans travaillent sans rémunération, notamment dans le secteur public.

L'arrêt brutal du flux d'aide sous forme de dons, dont des billets en dollars (auparavant 40 % du PIB), qui a suivi la prise de contrôle des talibans, a entraîné une dépréciation de l'afghani par rapport au dollar de près d'un tiers entre la fin de 2020 et fin 2021. Coface s'attend à une nouvelle baisse de la valeur de la monnaie en 2022. Les autorités ont l'intention de freiner la hausse du déficit budgétaire en 2022 en adoptant un taux de TVA de 10 %. La majorité des revenus du nouveau gouvernement provient de la culture du pavot et du trafic d'opiacés (estimé à 6,6 milliards USD en 2021). L'aide humanitaire a repris fin 2021 (280 millions USD de la Banque mondiale via le fonds spécial pour la reconstruction du pays, plus 10 millions USD d'allégement du service de la dette du FMI). Pendant ce temps, suite à la décision américaine de suspendre et de geler les réserves de change (estimées à plus de 9 milliards USD), le pays a été contraint de réduire ses importations. Dans l'ensemble, la dette publique, qui a été principalement extérieure et très faible, devrait augmenter et pourrait conduire à un défaut de paiement de la dette souveraine.

L'Afghanistan est l'un des pays les plus pauvres du monde, avec un PIB par habitant (PPA) d'environ 2 474 USD. La population est confrontée au chômage, à de mauvaises conditions sanitaires, à la faiblesse des infrastructures de base (santé, eau, électricité) et à l'insécurité. Selon la base de données de la Banque mondiale, le taux de chômage en 2021 était égal à 11,7 % de la population active totale ; cependant, il convient de noter que le taux d'emploi non déclaré est plus élevé. Bien qu'une classe moyenne afghane ait commencé à émerger - essentiellement composée d'expatriés ayant grandi en Iran ou au Pakistan - elle a tendance à être découragée par la situation économique et politique du pays. Ainsi, l'immigration vers les pays occidentaux a fortement augmenté ces dernières années et constitue un risque majeur pour le développement à long terme du pays. De plus, la restriction de l'emploi des femmes imposée par les talibans peut infliger une perte économique supplémentaire estimée entre 3 et 5 % du PIB (Coface).

 

 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Afghani d'Afghanistan (AFN) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 6,927,027,688,088,08

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

L'agriculture était traditionnellement un moteur de l'économie afghane. Avant le régime taliban et des décennies de conflit, l'Afghanistan était non seulement capable de produire suffisamment de nourriture pour sa propre population, mais exportait également de nombreux produits agricoles, tels que les amandes, les grenades, les pistaches, les raisins secs et les abricots. Néanmoins, l'agriculture est désormais en voie de redressement, principalement grâce à l'aide internationale, et continue d'être la principale source de revenus pour de nombreux ménages. L'agriculture représente 27 % du PIB et emploie 42,5 % de la population active (Banque mondiale, dernières données disponibles). La production céréalière totale de 2021 a été estimée à 4,8 millions de tonnes par la FAO, soit plus de 20 % de moins que la récolte de 2020 et 12 % de moins que la moyenne.

L'industrie en est encore largement à ses balbutiements et dépend de la fabrication à petite échelle (principalement du textile), mais aussi de l'exploitation minière et de la production d'énergie. L'industrie manufacturière est le seul secteur qui emploie majoritairement des femmes (65 % de tous les travailleurs de l'industrie sont des femmes). L'industrie dans son ensemble représente 12,5 % du PIB et emploie 18,5 % de la main-d'œuvre totale. La part du secteur manufacturier dans le PIB est de 7,6 %.

Après des années d'expansion, le secteur des services emploie 39% de la population active et représente 56,1% du PIB. Les services collectifs, sociaux et personnels occupent une part considérable du secteur tertiaire, suivis du commerce de gros et de détail. Le financement, l'assurance, l'immobilier et les services aux entreprises sont quasiment inexistants et emploient 1% de la population active. Il est important de noter que les statistiques officielles ne tiennent pas compte des activités illicites, telles que la culture du pavot, le trafic d'opium et d'héroïne ainsi que la contrebande transfrontalière, qui représenteraient une part importante de l'économie.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 42,5 18,5 39,0
Valeur ajoutée (en % du PIB) 27,0 12,5 56,1
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 5,3 -4,2 -4,8

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

La population active en chiffres

201820192020
Population active 10.319.15310.701.54910.657.912

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 50,21%50,35%50,49%
Taux d'activité des hommes 76,58%76,51%76,44%
Taux d'activité des femmes 21,91%22,32%22,74%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
6/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Nouvelles d'Afghanistan Pajhwok
Informations d'Afghanistan
Les ressources utiles
Ministère de l'économie
Banque Da Afghanistan (Banque Centrale d'Afghanistan)
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Septembre 2022