drapeau Afrique du Sud Afrique du Sud : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'Afrique du Sud a une économie très développée et une infrastructure économique avancée, faisant du pays la première économie africaine et abritant environ les trois quarts des plus grandes entreprises africaines. Le gouvernement national a investi dans d'importantes améliorations politiques pour rétablir la stabilité macroéconomique dans le pays. Même si le gouvernement a déclaré que stimuler la croissance économique, réduire le chômage et éviter les déclassements par les agences de notation constituaient les principales priorités économiques, l'Afrique du Sud est toujours confrontée à une dette publique croissante, à des entreprises publiques inefficaces et à des pressions sur les dépenses, qui ont réduit la compétitivité. Après avoir connu une forte baisse de son PIB en raison de la pandémie de COVID-19 (-6,3%), l'économie sud-africaine a rebondi en 2021 à +4,9% (FMI, 2023) tirée par les exportations et la consommation des ménages (également grâce aux transferts sociaux gouvernementaux et un prélèvement sur l'épargne, dans le cadre du Plan de Reconstruction et de Relance Economique). Des prix élevés soutenus et une forte demande de matières premières ont continué de stimuler les exportations et les recettes publiques en 2022, le FMI prévoyant une croissance de 2,1 %, avant d'atteindre seulement 1,1 % en 2023 (Perspectives économiques et politiques du FMI, octobre 2022).


L'Afrique du Sud a récemment été remplacée par le Nigéria en tant que plus grande économie d'Afrique subsaharienne, mais le pays continue d'être un leader régional. La réponse de l'Afrique du Sud à l'épidémie de Covid-19 a été remarquable dans la région. Cependant, les effets de la crise sont clairement visibles. La dette publique a atteint 68 % du PIB en 2022 et devrait atteindre 70,7 % cette année et 73,7 % en 2024 (FMI, 2023). Les difficultés des entreprises publiques (comme la compagnie d'électricité publique Eskom) sont aggravées par les problèmes des entreprises privées causés par la pandémie. Bien que le gouvernement investisse dans des programmes d'aide, la situation financière des entreprises représente un risque pour les finances publiques. Le déficit budgétaire du pays est tombé à 5,3 % en 2021 et à 5,5 % en 2022, le FMI prévoyant un déficit à 5,7 % en 2023 et 5,8 % en 2024. L'inflation globale, tirée par la hausse des prix des denrées alimentaires et les prix record du carburant, a atteint 6,7 % en 2022 (FMI, 2023) et devrait atteindre en moyenne 5,6 % en 2023 (FocusEconomics, 2023).

Le taux de chômage de l'Afrique du Sud est passé à 34,6 % en 2022 en raison de l'impact économique négatif de la pandémie de COVID-19. Le FMI estime que le taux augmentera encore en 2023 (34,6%) et 2023 (35,6%). De plus, les taux de chômage sont beaucoup plus élevés parmi la population jeune et la majorité noire des Sud-Africains, aggravant encore les inégalités dans un pays considéré comme l'un des plus inégalitaires au monde, où près de la moitié de la population adulte vit dans la pauvreté : selon le Pietermaritzburg Economic Selon le groupe Justice & Dignité, environ 30,4 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté supérieur de 1 268 ZAR. Le groupe estime que 13,8 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté alimentaire.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 405,11380,91401,47417,95432,50
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 1,90,91,81,61,4
PIB par habitant (USD) 6.6846.1916.4276.5906.717
Solde des finances publiques (en % du PIB) -5,7-6,2-6,3-6,3-6,4
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 71,173,775,878,881,6
Taux d'inflation (%) n/a5,84,84,54,5
Balance des transactions courantes (milliards USD) -1,83-9,53-11,14-9,93-9,80
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -0,5-2,5-2,8-2,4-2,3

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Rand sud africain (ZAR) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 1,501,371,411,501,73

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

L'Afrique du Sud est riche en ressources minérales. Le pays est le premier producteur et exportateur mondial d'or, de platine, de chrome et de manganèse, le deuxième producteur de palladium et le quatrième producteur de diamants, les loyers miniers représentant environ 1,4% du PIB (Banque mondiale, dernières données disponibles). Le platine et le charbon contribuent désormais tous deux plus à la production minière que l'or. Elle produit 80% du platine mondial et possède 60% des réserves mondiales de charbon. Le charbon joue un rôle vital en tant que source d'énergie et contribue de manière significative à l'économie, à la fois par la génération de revenus d'exportation et d'emplois. On pense que d'importantes réserves de pétrole et de gaz sont situées sur la côte, dans l'océan Indien. L'Afrique du Sud possède diverses industries manufacturières et est un chef de file mondial dans plusieurs secteurs spécialisés, notamment le matériel roulant ferroviaire, les carburants synthétiques, les équipements miniers et les machines. Le secteur industriel emploie près d'un quart de la population active (22%) et représente 25,2% du PIB du pays (la fabrication représentant 12% à elle seule).

L'agriculture représente une petite partie du PIB du pays (2,4%) et emploie 5% de la main-d'œuvre du pays, ce qui est relativement faible par rapport aux autres pays africains. L'économie agricole de l'Afrique du Sud est très diversifiée et orientée vers le marché. Le pays est le huitième producteur mondial de vin et le plus grand producteur de maïs et de sucre du continent (8ème producteur mondial). Les céréales et les graines, comme le maïs, le blé, l'orge et le soja, sont les cultures les plus importantes du comté. En tant que tel, le pays produit toutes les principales céréales, à l'exception du riz. Le « Rapport sur les projections des perspectives agricoles 2021-2030 » produit par le Bureau de la politique alimentaire et agricole (BFAP) affirme que le PIB agricole réel du pays pourrait augmenter de 14% d'ici 2030, la valeur de la production brute augmentant de près de 2 milliards USD.

Le secteur des services emploie 73,1% de la population active et représente 62,7% du PIB du pays. Les principaux secteurs de l'économie sont la finance, l'immobilier et les services aux entreprises, suivis des services des administrations publiques. L'Afrique du Sud a une structure financière sophistiquée avec une bourse active qui se classe parmi les 20 premières au monde en termes de capitalisation boursière. Néanmoins, le secteur du tourisme a été particulièrement touché par la pandémie de COVID-19, notamment après la découverte de la mutation « Omicron » du virus dans le pays, qui a provoqué l'imposition d'interdictions de voyager vers l'Afrique du Sud depuis de nombreux pays.

L'activité économique mondiale connaît un ralentissement généralisé et plus prononcé que prévu, avec une inflation plus élevée que celle observée depuis plusieurs décennies. La crise du coût de la vie, le resserrement des conditions financières dans la plupart des régions, l'invasion de l'Ukraine par la Russie et la persistance de la pandémie de COVID-19 pèsent lourdement sur les perspectives. La croissance mondiale devrait ralentir de 6,0 % en 2021 à 3,2 % en 2022 et 2,7 % en 2023, le profil de croissance le plus faible depuis 2001, à l'exception de la crise financière mondiale et de la phase aiguë de la pandémie de COVID-19. L'inflation mondiale devrait passer de 4,7 % en 2021 à 8,8 % en 2022, mais baisser à 6,5 % en 2023 et à 4,1 % d'ici 2024 (Fonds monétaire international - FMI, 2023). L'impact des événements mondiaux de 2022 semble avoir affecté les deux côtés de la plupart des secteurs et des marchés de ce pays pour la troisième année consécutive - les perturbations de la demande se sont heurtées à des problèmes d'approvisionnement - rendant les perspectives à court terme incertaines pour l'agriculture, l'industrie et secteurs des services.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 21,3 17,3 61,4
Valeur ajoutée (en % du PIB) 2,6 24,4 62,6
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 0,3 -2,3 3,6

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2024 (e)2025 (e)2026 (e)
Taux de chômage (%) 32,832,933,2

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 22.948.48123.326.43021.742.744

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 60,10%59,96%60,13%
Taux d'activité des hommes 66,43%66,19%66,31%
Taux d'activité des femmes 53,89%53,85%54,07%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
Pour plus de statistiques
Statistiques Afrique du Sud
Pour plus d'information sur le marché du travail
Profil législatif du travail en Afrique du Sud

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
59,7/100
Rang mondial :
99
Rang régional :
9


 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
6.04/10
Rang mondial :
51/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Libre
Liberté politique :
2/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
32/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Journaux sud africains
Mail and Guardian Online
MoneywebFin24
Fin24
Liste des journaux en ligne
Les ressources utiles
Liste officielle des ministères et de leurs sites Web
Département du Commerce et de l'Industrie
Départements des Ressources Minérales
Département des Entreprises publiques
Banque Sud-Africaine de réserve
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Janvier 2024