drapeau Albanie Albanie : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

L'Albanie est considérée comme une économie en transition, qui n'est pas très intégrée dans les flux de capitaux mondiaux, mais qui affiche de solides performances économiques. Le pays a été affecté par les défis de la zone euro, qui reçoit près de 80 % de ses exportations et constitue le principal investisseur dans le pays. Malgré le maintien d'une dynamique positive face aux répercussions de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, l'économie albanaise a montré des signes de modération en 2023, selon le Fonds monétaire international (FMI), connaissant une croissance estimée à 3,6 % par rapport à l'augmentation de 4,8 % enregistrée en 2022. Malgré ce ralentissement, le FMI a souligné la résilience économique du pays, portée par une forte consommation privée, un secteur des services robuste, une construction active, une augmentation de la production d'électricité et une poussée du tourisme. À l'horizon 2024, le FMI prévoit un nouveau ralentissement de la croissance à 3,3 %, toujours sous l'effet d'une consommation privée robuste et d'un nouvel élan donné par le tourisme et la construction.

Le gouvernement albanais a entrepris d'importants efforts d'assainissement budgétaire à la suite de la pandémie. Ces efforts comprennent des améliorations notables dans la collecte de la taxe sur la valeur ajoutée. En conséquence, le pays a atteint un ratio de solde primaire nul par rapport au PIB en 2023, dépassant la règle budgétaire du gouvernement d'un solde primaire non négatif un an plus tôt que prévu. Le FMI prévoit un assainissement budgétaire supplémentaire limité à moyen terme. Le budget 2024 vise un léger excédent primaire, ce qui témoigne de la poursuite d'une gestion budgétaire responsable. Malgré le ralentissement de la croissance économique, la dette publique s'est maintenue autour de 62,9 % à la fin de 2023 et devrait être viable à moyen et long terme (estimée à 59,7 % d'ici 2025). L'inflation, qui a oscillé autour de 4,8 % en 2023 en raison de l'étroitesse du marché du travail, devrait diminuer progressivement pour atteindre l'objectif de 3 % fixé par la banque centrale au début de 2025 (FMI). La banque centrale elle-même reste plus optimiste, prévoyant un retour à l'objectif de 3 % à la mi-2024.

Le taux de chômage a été estimé à environ 11 % en 2023 par le FMI et devrait rester relativement stable au cours de la période de prévision. La stratégie nationale pour l'emploi et les compétences mise en œuvre par le gouvernement vise à renforcer la formation professionnelle, la montée en compétences et l'inclusion. La numérisation accrue des services publics, l'inclusion financière et les inspections du travail ont bénéficié à l'environnement des affaires et à la formalisation de l'économie. Cependant, une part importante du PIB (estimée à environ 50 %) est toujours représentée par l'économie informelle, ce qui entrave le programme de réforme économique.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 19,0822,7425,4326,9128,69
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 4,83,33,13,43,5
PIB par habitant (USD) 6.6587.9578.9249.47410.135
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 65,560,058,057,056,5
Taux d'inflation (%) 6,74,83,53,03,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) -1,14-0,84-0,96-1,11-1,12
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -6,0-3,7-3,8-4,1-3,9

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Lek albanais (ALL) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 12,6612,2911,5111,4511,44

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

L'agriculture est un secteur important de l'économie albanaise. Elle contribue à hauteur de 18,6 % au PIB et emploie 35 % de la main-d'œuvre (Banque mondiale, dernières données disponibles). La production agricole se concentre sur le blé, le maïs, l'avoine, les pommes de terre, les légumes, les olives, le tabac, les fruits, les betteraves à sucre, les vignes, l'élevage et les produits laitiers. Le secteur agricole albanais souffre d'un manque d'équipements modernes, d'une propriété foncière très fragmentée et d'une superficie cultivée limitée, ce qui se traduit par une productivité relativement faible. La capacité de production du secteur agricole albanais ne répond qu'à un tiers de la demande intérieure de denrées alimentaires et d'aliments pour animaux (Banque mondiale) ; 42,8 % du territoire albanais sont classés comme terres agricoles (1,17 million d'hectares) et 28,7 % sont des forêts ; source : FAO). Enfin, il convient de noter que la production agricole est supérieure à sa part dans le PIB : une grande partie de la production est en effet consommée par les agriculteurs eux-mêmes et n'est donc pas commercialisée. Les données de l'INSTAT montrent que la croissance agricole devrait être d'environ 2,4 % par an en moyenne en termes réels entre 2025 et 2027, soit une contribution annuelle moyenne à l'expansion économique d'environ 0,4 point de pourcentage.

Le secteur industriel représente 21,4 % du PIB du pays et emploie 21 % de la population active. Il se caractérise par une gamme diversifiée d'industries, dont les secteurs clés sont le textile et l'habillement, les minéraux, l'énergie et la transformation des aliments. La production de textile et d'habillement a historiquement contribué de manière significative à l'économie, en tirant parti de la main-d'œuvre qualifiée du pays et de ses coûts de main-d'œuvre compétitifs. L'Albanie possède également d'importantes ressources minérales, en particulier du chrome, qui a été la pierre angulaire de sa production industrielle. La production d'énergie, notamment l'énergie hydroélectrique, présente un potentiel considérable de croissance et d'investissement. En outre, la transformation des aliments représente un secteur en pleine croissance, bénéficiant des riches ressources agricoles de l'Albanie. Les industries émergentes comprennent la technologie et la fabrication, le pays cherchant à diversifier sa base industrielle et à attirer les investissements étrangers. On estime que la valeur ajoutée du secteur manufacturier contribue à près de 7 % du PIB du pays (Banque mondiale).

Le secteur des services représente 47,4 % du PIB et emploie environ 44 % de la main-d'œuvre. Le tourisme est un secteur important de l'économie : après avoir été sévèrement touchée par la pandémie de COVID-19, l'Albanie a enregistré plus de 10,1 millions d'arrivées de touristes étrangers en 2023 (+35% d'une année sur l'autre - Ministère du Tourisme). Selon les derniers chiffres de la Fédération bancaire européenne, la structure du système bancaire et financier se compose de 12 banques (dont 4 à capitaux albanais et 8 à capitaux étrangers), 30 institutions financières non bancaires (IFNB), 538 bureaux de change, 14 associations d'épargne et de crédit (AEC) et une union d'AEC.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 34,6 21,6 43,8
Valeur ajoutée (en % du PIB) 18,6 21,4 47,3
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 0,1 7,7 6,2

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2024 (e)2025 (e)2026 (e)
Taux de chômage (%) 11,011,011,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 1.400.0721.422.0891.402.604

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 65,82%68,32%69,61%
Taux d'activité des hommes 75,71%77,15%77,43%
Taux d'activité des femmes 55,54%59,12%61,46%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
65,2/100
Rang mondial :
66
Rang régional :
35

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
3/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
83/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Albanian Daily News
Albanian Economy
SeeNews
Les ressources utiles
Ministère des finances et de l'économie (en albanais)
Agence pour le Développement Economique durable (SEDA)
Banque Centrale
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Avril 2024