drapeau Algérie Algérie : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'économie algérienne est principalement tirée par les hydrocarbures et l'investissement public. Les hydrocarbures représentent 40 % du PIB, 94 % des exportations et un tiers des recettes fiscales. La croissance économique de l'Algérie était déjà affaiblie par la tendance négative de la production et des prix des hydrocarbures, le manque de diversification économique et l'incertitude politique avant le déclenchement de la pandémie de COVID-19. En 2020, le PIB s'est contracté d'environ -4,9% (FMI), frappé par le choc supplémentaire de la crise sanitaire. La hausse des prix du pétrole et la forte demande européenne de gaz ont soutenu la reprise en 2021. Selon les estimations du FMI, la croissance du PIB a rebondi à 3,4 % en 2021 et devrait ralentir à 1,9 % en 2022 et 1,7 % en 2023. une politique budgétaire plus restrictive explique ce ralentissement de l'activité (Focus Economics). La volatilité des prix du pétrole, l'apparition de nouvelles variantes du virus et les tensions sociales et géopolitiques sont les principaux risques à la baisse pesant sur les perspectives (FMI).

L'économie algérienne n'a guère été touchée par l'effet combiné de la baisse des revenus des hydrocarbures et de la pandémie de COVID-19. Elle a commencé à se redresser en 2021 grâce à l'assouplissement des mesures de confinement et à un rebond des prix et de la production des hydrocarbures, mais la crise a accru les vulnérabilités économiques persistantes de l'Algérie. La persistance d'importants déficits budgétaires et extérieurs courants a réduit la marge de manœuvre politique, la dette publique ayant augmenté de manière significative et les réserves internationales ayant diminué (FMI). Le déficit budgétaire a atteint un PIB estimé à -11,8 % en 2021 et devrait rester à ce niveau élevé en 2022 (FMI). La dette publique s'envole, estimée à 58,5% du PIB en 2021, 63,2% du PIB en 2022 et 68,2% du PIB en 2023 (FMI). Le niveau de la dette extérieure de l'Algérie est à des niveaux bas mais pourrait augmenter en cas de chocs négatifs ou d'augmentation des déficits budgétaires (Euler Hermes). Les réserves internationales sont épuisées. Fin 2021, les réserves de change s'élevaient à 43 milliards USD, couvrant environ 11 mois d'importations. Le FMI s'attend à un épuisement continu des réserves internationales à 12 milliards USD (seulement 3 mois de couverture des importations) d'ici 2026 (Euler Hermes). Les pressions inflationnistes se sont intensifiées depuis fin 2020 en raison de la hausse des prix alimentaires internationaux et d'un épisode de sécheresse. Estimé à 6,5 % en 2021, il devrait augmenter à 7,6 % en 2022 et diminuer légèrement à 6,3 % en 2023 (FMI). Les autorités poursuivent un assainissement budgétaire progressif et soutenu, adapté à l'évolution de la pandémie et aux conditions économiques intérieures. Le nouveau plan d'action gouvernemental comprend un large éventail de réformes pour accompagner la transition vers une économie plus diversifiée et durable et renforcer la gouvernance et la cohésion sociale. Le pays cherche des moyens de réduire sa dépendance au gaz pour la production d'électricité en investissant dans l'énergie solaire.

Selon les estimations du FMI, le chômage a atteint 14,1 % de la population en 2021, et augmentera encore pour atteindre 14,7 % en 2022 et 15,5 % en 2023. L'emploi et le pouvoir d'achat se sont fortement détériorés depuis la crise du Covid-19. Selon la Banque mondiale, le chômage est le plus élevé chez les jeunes, les femmes et les diplômés en raison de l'inadéquation des compétences sur le marché du travail. Il existe également de grandes différences entre les conditions de vie dans les villes et les zones rurales. L'instabilité causée par des groupes radicaux aux frontières de l'Algérie reste un facteur de risque.

 
Indicateurs de croissance 20202021 (e)2022 (e)2023 (e)2024 (e)
PIB (milliards USD) 144,92162,71187,16190,25196,62
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -5,13,54,72,62,0
PIB par habitant (USD) 3e3444
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 52,363,062,770,375,6
Taux d'inflation (%) 2,47,29,78,79,3
Balance des transactions courantes (milliards USD) -18,71-4,6111,621,08-3,53
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -12,9-2,86,20,6-1,8

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Dinar algérien (DZD) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 11,1611,4512,4212,4413,35

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

L'agriculture représente 14,1 % du PIB et emploie 10 % de la population active (Banque mondiale, 2020). Les principales cultures sont le blé, l'orge, l'avoine, les agrumes, les raisins à vin, les olives, le tabac et les dattes. L'Algérie produit une grande quantité de liège et est un important éleveur. Fin 2020, le gouvernement a mis en place une stratégie feuille de route 2020-2024 pour développer les filières blé tendre, maïs, sucre et oléagineux dans le but de réduire la facture annuelle des importations alimentaires (FAO). Le secteur primaire a été le plus résistant à la pandémie de Covid-19.

La taille de l'industrie représente 20,3% du PIB, employant 30% de la population active. Le secteur pétrolier et gazier représente la majeure partie des revenus fédéraux et la quasi-totalité de ses revenus d'exportation (plus de 90 % des exportations totales). L'Algérie fait partie des cinq premiers exportateurs de gaz au monde. Il se classe 16e en réserves de pétrole et 10e en réserves de gaz confirmées. Les minerais extraits en grande quantité sont le fer, le plomb, le phosphate, l'uranium, le zinc, le sel et le charbon. Les principales activités du secteur manufacturier sont la transformation industrielle des aliments, les produits textiles, les produits chimiques, les métaux et les matériaux de construction. Le pétrole a été le plus touché par la crise du COVID-19. Le secteur manufacturier a également été gravement touché en raison des fermetures temporaires d'usines, du confinement des travailleurs et de la paralysie des chaînes d'approvisionnement nationales et internationales. En particulier, la demande a chuté dans des secteurs clés tels que l'automobile et le textile.

Le secteur tertiaire contribue à 48,7% du PIB et emploie 60% de la population active. Le secteur bancaire algérien est dominé par les banques publiques, qui souffrent de niveaux élevés de prêts improductifs aux entreprises publiques. Sur les 20 banques opérant en Algérie, six banques publiques se taillent la part du lion du marché. Avec plus de 1600 km de côtes méditerranéennes, d'importants sites culturels et historiques et les paysages désertiques saisissants du Sahara, l'Algérie a longtemps détenu un potentiel touristique considérable. Néanmoins, le secteur ne représente toujours qu'une petite partie du PIB.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 9,6 30,4 60,0
Valeur ajoutée (en % du PIB) 14,2 34,2 47,8
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 1,6 -7,3 -5,3

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2022 (e)2023 (e)2024 (e)
Taux de chômage (%) 0,00,00,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 12.589.36412.716.54812.231.916

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 46,39%46,41%46,37%
Taux d'activité des hommes 73,12%73,40%73,59%
Taux d'activité des femmes 19,19%18,95%18,70%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
Employés, par type de métier (% de la population active) 2014
Transport et entreposage 35,3%
Production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et climatisation 17,8%
Distribution d'eau; réseau d'assainissement; gestion des déchets et activités de remise en état 14,8%
Activités de fabrication 11,3%
Agriculture, sylviculture et pêche 8,8%
Construction 6,3%
Commerce de gros et de détail, réparations de véhicules automobiles et de motocycles 4,4%
Activités extractives 1,3%
 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
49,7/100
Rang mondial :
162
Rang régional :
13


 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
4.47/10
Rang mondial :
76/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
6/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
146/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
El Watan
Liberté
L'Expression
Le Jeune Indépendant (en français)
La Nouvelle République (en français)
El-Moudjahid
Al Jazeera - Algérie
BBC News - Algérie
Les ressources utiles
Ministère du Commerce
La Banque d'Algérie
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022