drapeau Angola Angola : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Deuxième plus grand producteur de pétrole en Afrique, l'Angola a également le cinquième plus grand PIB d'Afrique subsaharienne. Après une longue guerre civile, le pays a affiché l'un des taux de croissance économique les plus élevés au monde, tiré par sa richesse pétrolière. L'Angola a ensuite été durement touché par la chute des prix du pétrole et par la chute de la demande mondiale (notamment de la Chine). En 2021, il est entré dans sa septième année de récession (-0,7 % du PIB), frappé par la pandémie de COVID-19, l'effondrement des prix du pétrole et les restrictions de l'accord de production de l'OPEP+, mais le secteur non pétrolier a commencé à se redresser. Selon les estimations du FMI, l'économie devrait reprendre à 2,4 % en 2022 et à 3,3 % en 2023, soutenue par la mise en œuvre des réformes structurelles prévues propices à la croissance et un secteur pétrolier en plein rebond. Une résurgence des infections à Covid-19, des troubles sociaux et des finances publiques affaiblies sont des risques potentiels à la baisse.

Déjà touchée par la baisse des revenus pétroliers depuis 2015, l'économie angolaise a été encore plus touchée par la pandémie de Covid-19 qui a éclaté en 2020. En 2021, la hausse des prix du pétrole, l'assouplissement des restrictions, la discipline politique et l'engagement en faveur des réformes ont aidé l'économie à commencer à se redresser. Outre le plan de relance destiné à faire face aux impacts sociaux de la crise, les autorités ont poursuivi le programme triennal de réformes soutenu par le FMI. Il visait à rétablir la viabilité extérieure et budgétaire, à améliorer la gouvernance et à diversifier l'économie pour promouvoir une croissance économique durable tirée par le secteur privé (FMI). La discipline budgétaire a conduit à un excédent budgétaire substantiel de 2,6 % du PIB en 2021, une tendance qui devrait se poursuivre en 2022 (2,1 % du PIB) et 2023 (2,5 % du PIB) (FMI). Bien qu'elle soit encore très élevée, la dette publique est passée d'environ 136,5 % du PIB en 2020 à 103,7 % du PIB en 2021 (FMI). Elle devrait encore baisser pour atteindre 90,8 % du PIB en 2022 et 83,3 % du PIB en 2023 (FMI). Poussée par des facteurs liés à l'offre, l'inflation a grimpé à environ 24,4 % en 2021 et devrait progressivement baisser à 14,9 % en 2022 et 9,9 % en 2023, à mesure que l'inflation alimentaire mondiale se modère et que la banque centrale maintient une politique restrictive (FMI). Le programme soutenu par le FMI a pris fin en 2021, mais les autorités angolaises restent attachées à leur plan de réformes économiques, comme en témoigne l'orientation budgétaire prudente adoptée dans le budget 2022. Parmi les nombreux défis auxquels le pays est confronté, le renforcement de la soutenabilité de la dette, la résolution des faiblesses du secteur financier, la diversification de l'économie, l'amélioration de la gouvernance et le développement du capital humain et des infrastructures devraient être des priorités essentielles (FMI).

Le président Joao Lourenço a initié de nombreuses réformes visant à réduire l'influence de la famille dos Santos sur l'économie, à améliorer la perception du climat des affaires et à sortir le pays de la crise, mais la situation sociale de l'Angola reste tendue. Les inégalités, la morosité économique et l'inflation nourrissent l'insatisfaction des populations. Seul un tiers de la population a accès à l'électricité. Le revenu par habitant augmente progressivement, en particulier dans les régions métropolitaines, mais les taux de pauvreté et de chômage restent élevés. Selon la Banque africaine de développement, la pandémie devrait exacerber le taux officiel de la pauvreté de 2019 qui était de 40,6 %. La pauvreté est plus prédominante en milieu rural (58%) qu'en milieu urbain (19%). Le taux de chômage est passé à 34 % au troisième trimestre 2020, le chômage des jeunes atteignant un sommet de 56,4 % (BAD). Selon les données de la Banque mondiale (estimation modélisée de l'OIT), le taux de chômage était de 7,7% de en 2020. La violence dans la région du Kasaï (République démocratique du Congo) a provoqué l'arrivée de plus de 30 000 réfugiés en Angola.

 
Indicateurs de croissance 20202021 (e)2022 (e)2023 (e)2024 (e)
PIB (milliards USD) 58,1375,18124,79135,56142,20
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -5,80,82,93,43,9
PIB par habitant (USD) 1e2334
Solde des finances publiques (en % du PIB) 0,52,40,8-0,9-0,7
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 136,586,456,652,547,9
Taux d'inflation (%) 22,325,821,711,89,9
Balance des transactions courantes (milliards USD) 0,878,4014,137,353,68
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 1,511,211,35,42,6

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Nouveau Kwanza angolais (AON) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 16,6917,1226,9438,0060,89

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

L'Angola est le deuxième producteur de pétrole d'Afrique, un producteur net de gaz naturel et le troisième producteur de diamants du continent, dépassé uniquement par le Botswana et la République démocratique du Congo. L'économie angolaise - la cinquième d’Afrique subsaharienne - est dominée par l'industrie pétrolière et gazière, qui représente environ 50 % de son PIB et constitue la principale source de revenus du pays (plus de 70 % des recettes publiques et 90% des exportations de l'Angola proviennent des activités pétrolières). En plus des diamants, le pays produit également de l'or, du granit, du gypse, du marbre et du sel, et possède de nombreux minéraux non développés avec un potentiel d'extraction, notamment le béryllium, l'argile, le cuivre, le minerai de fer, le plomb, le lignite, le manganèse, le mica, le nickel, la tourbe, la roche phosphatée, le quartz, l’argent, le tungstène, l’uranium, le vanadium et le zinc. Le secteur industriel représente 45,9% du PIB et 7% de l'emploi.

Malgré son potentiel, le secteur agricole est sous-développé et peu productif, contribuant à 9,5% du PIB, mais employant 51% de la population active. Seul un tiers environ des terres arables de l'Angola est utilisé pour les récoltes ; parmi celles-ci, seuls 100 000 sur 5 millions d'hectares arables bénéficient de machines et/ou de traction animale pour semer et récolter. L'agriculture angolaise consiste principalement en une agriculture de subsistance. Les principales cultures industrielles sont le café et le coton. Le gouvernement a fortement investi dans les productions de café, de canne à sucre et d'éthanol, ce qui devrait contribuer à diversifier les revenus agricoles et les exportations.

Le secteur des services (banque, communication, tourisme) est également en forte croissance, représentant 39,6% du PIB et employant 42% de la population. Le tourisme est en croissance, bien qu'il y ait une grave pénurie d'hôtels et d'autres types d'hébergement. Le secteur de la construction est en plein essor (9% du PIB), porté par un vaste programme de reconstruction lancé par le gouvernement.

Les chocs d'offre et de demande induits par la crise du COVID-19 ont particulièrement affecté le secteur pétrolier, la production minière et les transports et services, qui ont été durement touchés par les confinements. En 2021, les secteurs de la fabrication, du commerce et de la construction ont été les moteurs de la reprise, tandis que le secteur pétrolier est resté déprimé (Focus Economics).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 50,7 6,8 42,5
Valeur ajoutée (en % du PIB) 9,4 44,8 41,4
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 6,9 -8,4 -1,3

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

La population active en chiffres

201820192020
Population active 12.705.66113.155.27513.292.663

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 78,09%78,03%77,93%
Taux d'activité des hommes 79,31%79,21%79,03%
Taux d'activité des femmes 76,91%76,90%76,88%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
Pour plus de statistiques
Censo 2014
Pour plus d'information sur le marché du travail
Site du prochain Recensement 2014

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
54,2/100
Rang mondial :
140
Rang régional :
30

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
3.50/10
Rang mondial :
80/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
6/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
103/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Informations d'Angola
Allafrica, Angola news
Afrol, News Angola
O País
Folha 8
Novo Jornal
Les ressources utiles
Ministère des finances
Ministère de l'économie et de la planification
Ministère de l'énergie et de l'eau
Ministère des ressources minérales et du pétrole
Ministère de la pêche
Banco Nacional de Angola

 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022