drapeau Arabie saoudite Arabie saoudite : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'Arabie saoudite est la plus grande économie du Moyen-Orient et le pays arabe le plus riche. La politique de grands travaux publics menée par les autorités, ainsi que les investissements directs étrangers et la solidité du système bancaire et financier, ont permis au pays de devenir la première économie régionale et l'une des plus importantes au monde. Cependant, l'économie de l'Arabie saoudite repose presque entièrement sur le pétrole, la croissance du PIB étant étroitement liée à la croissance réelle du pétrole. En 2021, la hausse des prix du pétrole et la stabilisation de la pandémie de COVID-19 ont contribué à une croissance du PIB de 3,2 % (IMF Economic and Political Outlook, octobre 2022). Les prévisions du ministère des Finances, de l'OCDE et du FMI s'accordent sur un taux de croissance de 7,6 % en 2023, avant de revenir à 3,7 % en 2024.

Les recettes pétrolières élevées ont pesé sur le solde du compte courant de l'Arabie saoudite, avec un excédent budgétaire estimé à plus de 161,52 milliards USD en 2022. Cet excédent devrait se réduire à 122,69 milliards USD en 2023 et à 103,94 milliards en 2024 (FMI, 2023). La mesure prise pour limiter l'impact du COVID-19 sur le secteur privé a entraîné une augmentation de la dette publique, qui s'est établie à 30 % en 2021 mais a été repoussée à 24,8 % en 2022. Le ratio dette/PIB devrait se stabiliser à 25,1 % en 2023 et 24,6 % en 2024 (FMI, 2023). L'inflation s'est accélérée à 3,1 % en 2021 en partie sous l'effet de la hausse du taux de TVA de 5 % à 15 %, puis à 2,7 % en 2022. Elle devrait se stabiliser autour de 2 % dans les années à venir (2,2 % en 2023 et 2 % en 2024).

Le niveau de vie en Arabie saoudite est l'un des plus élevés du Moyen-Orient, avec un PIB par habitant de plus de 27 941 USD (FMI, 2023). Selon les dernières données disponibles de l'Autorité générale saoudienne des statistiques, le chômage en Arabie saoudite parmi les citoyens a augmenté à 9,9 % au troisième trimestre 2022, en hausse de 0,2 % par rapport au trimestre précédent, mais le taux de chômage global est resté inchangé à 5,8 %. Néanmoins, le taux de chômage est beaucoup plus élevé chez les citoyennes que chez les hommes (22,3 % contre 6,1 %).

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 1.108,151.069,441.109,511.150,511.188,13
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 8,70,84,04,23,3
PIB par habitant (USD) 34.44132.58633.14433.69534.115
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 23,824,122,420,719,2
Taux d'inflation (%) n/a2,52,22,02,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) 150,7563,5959,8650,7636,10
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 13,65,95,44,43,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Riyal saoudien (SAR) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 0,380,390,400,400,39

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

L'agriculture représente 2,3 % du PIB de l'Arabie saoudite et emploie 2 % de la population active (Banque mondiale, dernières données disponibles). En raison de contraintes géographiques et climatiques (sécheresses), l'Arabie saoudite importe la plupart de ses besoins en produits agricoles et alimentaires. La pénurie d'eau est un grave problème régional auquel le pays est susceptible d'être confronté dans les années à venir, car la culture croissante du blé présente la menace d'épuisement de l'eau. L'Arabie saoudite est le plus grand marché agricole de la région du CCG ; cependant, la productivité reste limitée par rapport à l'investissement public qui finance le secteur.

Le secteur industriel représente 45,5% du PIB et emploie 25% de la population active. Elle est dominée par des activités non manufacturières (forage pétrolier). Le pays possède les plus grandes réserves de pétrole au monde et est également le plus grand producteur et exportateur de pétrole au monde. Le pétrole représente près de 87 % des exportations et 70 % des recettes publiques (et plus de 40 % du PIB). La part du secteur industriel non pétrolier a augmenté parallèlement aux efforts de diversification économique des autorités saoudiennes (bien que l'industrie manufacturière ne représente actuellement que 13,1 % du PIB).

Enfin, les services représentent 52,2% du PIB et emploient 73% de la population active. Ce secteur est principalement dominé par le tourisme, les services financiers et bancaires et le secteur des assurances. Le tourisme génère des revenus très élevés (près de 4 millions de touristes par an), dus notamment au Hajj, le pèlerinage à La Mecque qui a lieu le dernier mois de l'année islamique, que tout musulman est censé effectuer au moins une fois dans sa vie. Le gouvernement saoudien a lancé le « Programme de développement du secteur financier », visant à permettre aux institutions financières de soutenir la croissance du secteur privé, de développer un marché des capitaux avancé et d'améliorer la planification financière.

L'activité économique mondiale connaît un ralentissement généralisé et plus prononcé que prévu, avec une inflation plus élevée que celle observée depuis plusieurs décennies. La crise du coût de la vie, le resserrement des conditions financières dans la plupart des régions, l'invasion de l'Ukraine par la Russie et la persistance de la pandémie de COVID-19 pèsent lourdement sur les perspectives. La croissance mondiale devrait ralentir de 6,0 % en 2021 à 3,2 % en 2022 et 2,7 % en 2023, le profil de croissance le plus faible depuis 2001, à l'exception de la crise financière mondiale et de la phase aiguë de la pandémie de COVID-19. L'inflation mondiale devrait passer de 4,7 % en 2021 à 8,8 % en 2022, mais baisser à 6,5 % en 2023 et à 4,1 % d'ici 2024 (Fonds monétaire international - FMI, 2023). L'impact des événements mondiaux de 2022 semble avoir affecté les deux côtés de la plupart des secteurs et des marchés de ce pays pour la troisième année consécutive - les perturbations de la demande se sont heurtées à des problèmes d'approvisionnement - rendant les perspectives à court terme incertaines pour l'agriculture, l'industrie et secteurs des services.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 2,7 20,0 77,3
Valeur ajoutée (en % du PIB) 2,4 53,3 39,2
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 3,9 12,8 4,3

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2024 (e)2025 (e)2026 (e)
Taux de chômage (%) 0,00,00,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 14.020.75814.387.60414.455.587

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 57,85%57,50%57,95%
Taux d'activité des hommes 80,79%80,32%80,71%
Taux d'activité des femmes 23,72%23,12%23,31%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
Pour plus de statistiques
Ministère de l'Economie et de la Planification
Pour plus d'information sur le marché du travail
ILO, Organisation Internationale du Travail

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
66/100
Rang mondial :
63
Rang régional :
5


 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
6.71/10
Rang mondial :
42/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2021-2025

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
7/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
170/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Zawya
Liste des journaux saoudiens
Saudi Gazette
Les ressources utiles
Ministère des Finances
Ministère de l'Economie et de la Planification
Ministère de l'énergie (en arabe uniquement)
Ministère du Commerce et de l'Industrie
Ministère de l'Environnement, de l'Eau et l'Agriculture
Agence monétaire d'Arabie Saoudite (SAMA)
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Novembre 2023