drapeau Arménie Arménie : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'Arménie a connu une croissance rapide ces dernières années. Les envois de fonds des expatriés, une augmentation des prix internationaux du cuivre et une politique monétaire favorable aux entreprises ont contribué au développement économique du pays. D'autres atouts incluent d'importantes ressources minières (molybdène, zinc, cuivre, or), le soutien financier d'organisations internationales, des réserves de change considérables et l'adhésion à l'Union économique eurasienne (EARU) ainsi qu'un partenariat avec l'UE. Cependant, la crise économique provoquée par la pandémie de Covid-19 et le conflit armé avec l'Azerbaïdjan au sujet de l'enclave du Haut-Karabakh ont fortement réduit la croissance à un taux négatif de 7,6 % du PIB en 2020, reflétant la dépendance du pays aux envois de fonds. Selon les dernières estimations du FMI, le PIB a renoué avec la croissance en 2021 (+6,5%), tiré par la consommation privée (environ 80% du PIB), grâce à une hausse des revenus des ménages et des transferts de fonds. La croissance devrait se stabiliser autour de 4,5% cette année et la suivante (FMI).

Selon les données du FMI, la dette publique représentait 62,2 % du PIB en 2021, bien plus que le niveau d'avant la pandémie (50,1 %). À mesure que l'économie se redresse, le ratio devrait progressivement diminuer pour atteindre 60,1 % cette année et 58 % en 2023. Malgré la reprise de l'activité intérieure, le déficit budgétaire ne s'est que marginalement modéré en 2021 (-5,3 % du PIB), grâce à la vigueur des exportations et des envois de fonds. L'inflation augmente rapidement depuis la fin de 2020 et elle s'est établie bien au-dessus de l'objectif de 4 % (6,9 % - FMI), en raison de l'impact de la dépréciation du dram et de la hausse des prix des matières premières. En conséquence, le taux directeur de la CBA a atteint 7,25% en septembre 2021, marquant une hausse de 300 points de base depuis décembre 2020. Cela devrait contribuer à une baisse marginale en 2022 (5,8%) et 2023 (4,6% - FMI). Les défis économiques comprennent les faibles rendements agricoles, la dépendance à l'égard de la Russie pour les exportations et les envois de fonds, la hausse de l'inflation et les prix élevés du pétrole. D'autres défis importants incluent l'isolement géographique, le manque d'infrastructures et une économie fortement dollarisée.

Le taux de chômage a augmenté à 18,5 % en 2021. Le FMI s'attend à ce que la courbe du chômage baisse légèrement à 18,3 % en 2022 et 17,8 % en 2023. Les derniers chiffres de la Banque mondiale montrent que le taux de pauvreté national est estimé à 44 %, tandis que le PIB par habitant (PPA) s'élevait à 13 638 USD en 2021.

 
Indicateurs de croissance 20202021 (e)2022 (e)2023 (e)2024 (e)
PIB (milliards USD) 12,6413,9317,6919,4620,99
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -7,45,77,03,54,4
PIB par habitant (USD) 44567
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 63,560,252,352,953,0
Taux d'inflation (%) 1,27,28,57,05,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) -0,48-0,51-0,97-0,99-1,05
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -3,8-3,7-5,5-5,1-5,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Dram arménien (AMD) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 48,9949,8151,4650,0451,49

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

L'économie de l'Arménie est basée sur l'agriculture, l'exploitation minière, l'hydroélectricité, les télécommunications, la joaillerie et le tourisme. L'agriculture représente 11,2 % du PIB et emploie 24 % de la main-d'œuvre totale (Banque mondiale, dernières données disponibles). L'Arménie souffre de faibles niveaux de culture des terres arables, de ressources limitées et d'un faible potentiel de croissance en raison de l'instabilité politique. Des parcelles petites et fragmentées sont utilisées pour l'agriculture de subsistance. Les principales cultures sont les pommes de terre, les tomates, les raisins, le blé et les melons, le coton et le tabac. Le secteur de l'élevage arménien est également essentiel, représentant près de 40 % du produit agricole brut du pays. Les derniers chiffres de la FAO montrent que la production céréalière totale de 2021 était prévue à environ 208 000 tonnes, soit près de 30 % en dessous du niveau moyen ; avec une production de blé (environ 120 000 tonnes) bien inférieure à la moyenne quinquennale. Cela est dû à une réduction progressive des surfaces plantées qui ont presque diminué de moitié depuis 2015.

L'industrie contribue à 27 % du PIB et emploie 17,5 % de la main-d'œuvre totale. L'Arménie possède des gisements de cuivre, de molybdène, de bauxite, de zinc, de plomb, de fer, d'or et de mercure, servant de base au secteur de l'industrie chimique du pays et constituant ses principales exportations. Le secteur minier est l'un des plus gros contributeurs au PIB et aux exportations (en particulier les minerais métalliques). L'hydroélectricité est très bien développée dans le pays, au point que l'Arménie en exporte maintenant (bien que la majeure partie soit détenue par des étrangers). Le secteur manufacturier représente à lui seul 12,4% du PIB (Banque mondiale). Selon les données officielles du gouvernement, la production industrielle de janvier à novembre 2021 a augmenté de 2,7 % en glissement annuel pour atteindre un peu plus de 2,1 billions de AMD.

Les services représentent 53,2% du PIB et emploient 51,2% de la population active. Le secteur comprend la joaillerie (notamment en raison de la taille de ses diamants) et le tourisme. La banque, en particulier, s'est développée : elle est considérée comme un secteur solide et stable et est composée de 17 banques commerciales (Fédération Bancaire Européenne). La pandémie de Covid-19 ayant gravement touché le secteur du tourisme, l'UE a lancé un appel à propositions pour soutenir l'industrie touristique arménienne. Néanmoins, le nombre de touristes étrangers visitant l'Arménie au premier semestre 2021 est tombé à 239 263 contre 307 590 qui avaient visité le pays au cours de la même période un an plus tôt, selon les derniers chiffres du Comité national de statistique (CNS).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 24,0 24,8 51,2
Valeur ajoutée (en % du PIB) 11,7 26,4 53,3
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -4,0 -2,2 -9,1

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2022 (e)2023 (e)2024 (e)
Taux de chômage (%) 15,215,114,9

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 1.245.6111.240.4291.175.542

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 64,07%61,60%61,55%
Taux d'activité des hommes 74,25%73,88%73,74%
Taux d'activité des femmes 55,25%50,95%50,96%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
71,9/100
Rang mondial :
32
Rang régional :
18

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
5/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
63/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Armenpress (agence d'informations d'état)
Réseau panarménien
B24
Les ressources utiles
Ministère de l'Agriculture
Ministère de l'Energie et des Ressources naturelles
Ministère de l'Economie
Banque centrale de la République d'Arménie
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022