drapeau Congo-Brazzaville Congo-Brazzaville : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Fortement dépendante des revenus pétroliers, l'économie de la République du Congo était déjà touchée par la baisse des prix du pétrole lorsqu'elle a été frappée par la pandémie mondiale de Covid-19. Le PIB du pays s'est contracté à -8,2% en 2020, et malgré la reprise naissante, la croissance économique est restée négative pour la septième année consécutive en 2021 (-0,2%) (FMI). Selon les estimations du FMI, la récession devrait se transformer en une croissance positive de 2,3 % en 2022 et de 3 % en 2023, tirée par la hausse des prix du pétrole, un rebond de la production pétrolière, le déploiement d'un vaccin, les dépenses sociales, le remboursement des arriérés intérieurs et l'expansion des secteurs non pétroliers (FMI). Les risques à la baisse comprennent une possible aggravation de la pandémie, la volatilité des prix et de la production du pétrole, les catastrophes naturelles et la lenteur de la mise en œuvre des réformes (FMI).

L'économie congolaise est largement dominée par la production pétrolière, qui représente 80 % des exportations et 60 % des recettes intérieures (Coface). Cette dépendance au pétrole rend le pays vulnérable aux fluctuations des prix des matières premières. Déjà en récession en raison de l'effondrement des prix du pétrole, l'économie a encore été touchée par les mesures mises en place pour contenir la pandémie de Covid-19. La remontée des prix du pétrole a permis à la balance budgétaire de -1,2% PIB de rebasculer vers un excédent de 1,5% PIB en 2021 (Coface). L'excédent budgétaire devrait augmenter pour atteindre 3,3 % du PIB en 2022 grâce aux efforts des autorités pour rétablir la viabilité de la dette (Coface). La dette publique du Congo, qui était déjà insoutenable avant la pandémie, a grimpé à environ 101,1 % du PIB en 2020 (FMI), menaçant la stabilité de l'ensemble du système financier. Le pays a entamé un processus de restructuration de la dette avec ses créanciers et s'est engagé à la prudence budgétaire. Selon les estimations du FMI, la dette publique a diminué à 85,4 % du PIB en 2021 et devrait encore baisser à 76,9 % du PIB en 2022 et 73 % du PIB en 2023. L'inflation est restée stable à 2 % en 2021 et devrait rester proche du critère CEMAC de 3% en 2022 (2,8%) et 2023 (3%) (estimations FMI). En janvier 2022, le FMI a approuvé un accord de 36 mois au titre de la facilité élargie de crédit d'un montant équivalant à environ 455 millions de dollars, pour aider le pays à maintenir la stabilité macroéconomique et à soutenir la reprise économique. La réduction des vulnérabilités de la dette, le renforcement de la mobilisation des recettes intérieures et de l'efficacité des dépenses publiques, et la promotion de réformes structurelles de grande envergure sont les principales priorités. Les autorités sont également attachées au Plan national de développement 2022-26, qui met l'accent sur les dépenses sociales et d'infrastructure. Le manque de diversification économique est un défi majeur pour le pays. Bien que certains progrès aient été réalisés dans la traduction de ses ressources naturelles en croissance économique, le pays n'a pas pleinement réussi à les exploiter pour obtenir des résultats socio-économiques solides.

Le taux de pauvreté est alarmant, atteignant 52,5% en 2020 selon la Banque mondiale. Le pays s'est classé 149e au monde sur l'indice de développement humain 2020, perdant 11 places. Le taux de chômage au Congo était estimé à environ 10,3% en 2020 (Banque mondiale).

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 12,7910,3312,7413,3013,85
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -0,4-8,2-0,22,33,0
PIB par habitant (USD) 2.8002.2062.6562.7042.747
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 81,7e101,1e85,476,973,0
Taux d'inflation (%) 2,21,8e2,02,83,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) 0,05-0,011,550,840,17
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 0,4-0,112,16,31,2

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Franc CFA BEAC (XAF) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 60,4660,0659,2161,0360,61

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

Au Congo, l'agriculture contribue à 9,6% du PIB et emploie 34% de la population active (Banque mondiale, 2020), dont la plupart pratiquent une agriculture de subsistance. Bien qu'elle possède de nombreuses terres fertiles, seule une infime partie de ces terres est cultivée (moins de 10%). Comme le secteur agricole ne parvient pas à répondre à la demande intérieure du pays, le Congo dépend fortement des importations alimentaires. Ces dernières représentent environ 80 % de la consommation alimentaire nationale. Les principales cultures sont le manioc, les plantains, les bananes, les arachides et l'huile de palme.

Le secteur industriel contribue à 31% du PIB et emploie 21% de la population active. Les secteurs du pétrole, du bois et des mines sont les principaux moteurs de l'économie. Le secteur pétrolier, en particulier, est la principale source de revenus du pays, bien que le Congo soit trop exposé aux fluctuations des prix des matières premières. Ce secteur est dominé par des entreprises étrangères, le géant français TotalEnergies représentant environ 70 % de la production pétrolière annuelle totale du pays. Le pays possède d'importantes réserves d'hydrocarbures, avec environ 1,6 milliard de barils de réserves de pétrole et 90 milliards de mètres cubes de gaz naturel.

Le secteur des services représente 53,7% du PIB du Congo et emploie 45% de la population active. Le secteur repose essentiellement sur les services d'appui au secteur pétrolier. Le tourisme connaît des difficultés principalement en raison de problèmes de sécurité et d'infrastructures insuffisantes. Bien qu'extrêmement dynamique, le secteur bancaire congolais reste moins dynamique par rapport aux autres pays de la région.
En 2020, les mesures mises en place pour faire face à la pandémie de COVID-19 (le confinement, la fermeture des frontières, les couvre-feux et la fermeture des entreprises non essentielles) ont eu un impact sur les secteurs économiques du Congo, en particulier les secteurs des services et de l'industrie.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 33,5 21,5 45,0
Valeur ajoutée (en % du PIB) 9,0 40,0 38,8
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -6,0 -7,7 -8,7

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Plus d'informations sur la page "Market Analyses about Congo" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.

La population active en chiffres

201820192020
Population active 2.124.1502.182.7262.150.245

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 70,63%70,48%70,33%
Taux d'activité des hommes 72,62%72,36%72,09%
Taux d'activité des femmes 68,65%68,62%68,58%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
50,7/100
Rang mondial :
156
Rang régional :
37

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
6/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
118/180

Source : Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Allafrica, Congo News
Profil pays de la BCC, Congo
Les Echos
Les ressources utiles
Ministère des finances et du budget
Ministère des hydrocarbures
Ministère des Zones Economiques Spéciales et de la Diversification Economique
Banque Centrale des Etats d'Afrique Centrale
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Avril 2022