drapeau Corée du Nord Corée du Nord : Investir

Les IDE en chiffres

Bien que les investissements étrangers aient quelque peu augmenté récemment, dans l'ensemble, la Corée du Nord attire toujours très peu d'IDE. Les sanctions internationales continuent de décourager les investisseurs. En outre, il est interdit aux étrangers de créer des entreprises pouvant constituer une menace pour la sécurité nationale du pays. Ainsi, l'investissement est interdit dans les secteurs de l'édition, de la presse, de la radiodiffusion et des télécommunications. Les entreprises non conformes à l'idéologie du pays sont également interdites et les sanctions internationales rendent difficile le rapatriement des bénéfices. Selon les dernières données disponibles de la CNUCED (Rapport sur l'investissement dans le monde 2021), les entrées d'IDE sont passées de 30 millions USD en 2019 à 6 millions USD en 2020. Les stocks d'IDE étaient estimés à 2 millions USD en 2020. Les secteurs qui attirent le plus d'investissements sont les infrastructures développement, hôtellerie, télécommunications et exploitation minière. Les principaux pays investisseurs sont la Chine, la Corée du Sud, le Japon et la Russie.

La tension persistante avec les États-Unis entrave considérablement le flux d'investissements étrangers vers la Corée du Nord, associée à des sanctions plus restrictives du Conseil de sécurité des Nations Unies qui interdisent les coentreprises avec des entreprises nord-coréennes. Les liens économiques de la Corée du Nord avec son voisin du sud sont restés tendus au fil des ans, tournant principalement autour d'un différend sur la zone industrielle de Kaesong. La Corée du Nord est à la recherche d'investissements étrangers, en particulier dans le domaine des infrastructures, et s'intéresse de plus en plus à l'initiative chinoise Belt and Road. Le pays a annoncé en décembre 2018 qu'il recherchait 7,7 millions USD d'IDE pour revitaliser l'industrie nationale.
Orascom, un investisseur égyptien, détient une partie de Koryolink, une société de télécommunications nord-coréenne. Le conglomérat a également lancé Ora Bank avec la Banque d'État du commerce extérieur. La joint-venture a investi 200 millions USD dans un hôtel à Pyongyang. Cependant, depuis 2015, Orascom a rencontré des difficultés pour mener à bien ses opérations en Corée du Nord en raison des sanctions internationales imposées au pays, et l'entreprise n'a pas pu rapatrier les bénéfices. De plus, l'important potentiel minier de la Corée du Nord est sous-exploité.

La Corée du Nord lutte pour maintenir la stabilité économique et attire des niveaux minimaux d'investissement direct étranger (IDE). Les IDE en Corée du Nord prennent principalement la forme de coentreprises avec des entreprises locales, mais même dans ce cas, le pays a été critiqué pour son manque de clarté commerciale. Deux sociétés internationales, la société de communication égyptienne Orascom et la société minière chinoise Xiyang Group, avaient investi de manière significative en Corée du Nord dans le but de prendre pied dans un pays qui compte près de 26 millions de clients potentiels. La Chine est le plus grand partenaire commercial de la Corée du Nord, le commerce bilatéral entre les deux pays ayant décuplé entre 2000 et 2015, selon les données de l'Agence coréenne de promotion du commerce et des investissements basée à Séoul. Les sanctions en cours depuis 2006 ont rendu le commerce avec la Corée du Nord de plus en plus difficile pour la plupart des pays occidentaux et, d'autre part, ont accru la dépendance du pays à l'égard de la Chine. Les entreprises russes n'ont pas non plus adhéré aux résolutions fortement appliquées du Conseil de sécurité de l'ONU et ont réexporté du charbon, du pétrole et du pétrole transbordé de la Corée du Nord vers d'autres pays. Malgré ces liens politiques et géographiques, les relations actuelles entre la Russie et la Corée du Nord semblent stagnantes et improductives (Investment Monitor, 2022). Seules quelques entreprises chinoises et russes sont présentes dans la zone, mais un certain nombre d'entreprises étrangères ont manifesté leur intérêt à investir dans le secteur. Enfin, la Russie a renforcé sa coopération économique et ses investissements dans le pays. La Russie a investi 300 millions USD pour développer une ligne ferroviaire entre la Corée du Nord et Khasan, en Russie.

 

Comparaison internationale de la protection des investisseurs

  Corée du Nord Etats-Unis Allemagne
 
Investissement Direct Etranger 201920202021
Flux d'IDE entrants (millions USD) 30618
Stocks d'IDE (millions USD) 914,8921,2939,3
Nombre d'investissements greenfield* 0,00,00,0
Value of Greenfield Investments (million USD) 000

Source : CNUCED - Dernières données disponibles

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

 

Retour vers le haut

Les taux d'imposition

Taxe sur le chiffre d'affaire
Taxe de vente: 15% (taux standard)
Secteur commercial: 2% du chiffre d'affaires
Secteur des services: entre 2% et 4% du chiffre d'affaires des services
Secteur de la production: entre 1,5% et 20% du chiffre d'affaires et entre 12% et 60% sur les produits réglementés tels que les cigarettes et l'alcool.
Impôt sur les sociétés
Les retenues à la source
Dividendes : 20%, Intérêts : 20%, Redevances : 20%.
Les accords bilatéraux
La Corée du Nord et le Maroc ne sont pas liés par un traité de non double imposition.
Les contributions sociales payées par l'employeur
Non appliquable
 
 

Les taxes sur le revenu des personnes

Taux progressifs entre 0% et 20%
De 0 à 2 000 KPW 0%
Au-dessus de 2 000 KPW Entre 4% et 20%
 
 

Retour vers le haut

Les opportunités d'investissement

Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Banque asiatique de développement, Appels d'offres et projets en Asie
DgMarket, Appels d'offres dans le monde
 
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Septembre 2022