drapeau Corée du sud Corée du sud : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

La Corée du Sud, une économie développée réputée pour le dynamisme de son secteur des exportations, a surmonté divers défis économiques tout en maintenant sa trajectoire de croissance. En 2023, la croissance du PIB s'est ralentie à 1,4 %, contre 2,6 % en 2022, principalement en raison de facteurs tels que les taux d'intérêt élevés et les prix de l'énergie, qui ont freiné la consommation privée et l'investissement. Malgré ces obstacles, le secteur des semi-conducteurs a montré des signes de reprise, ce qui laisse présager une résurgence économique potentielle. Les projections indiquent un rebond de la croissance à 2,3 % en 2024 et à 2,1 % en 2025, grâce à la reprise des activités d'exportation et d'investissement, en particulier dans le secteur des semi-conducteurs. Ces chiffres soulignent la capacité de la Corée du Sud à s'adapter et à prospérer dans un paysage économique mondial en mutation.

Sur le plan budgétaire, la Corée du Sud a vu son déficit budgétaire se réduire en 2023, le déficit consolidé tombant à 1,1 % du PIB, sous l'effet des réductions de dépenses. Toutefois, la collecte des recettes a connu des difficultés, avec une baisse de 10,1 % au cours de l'année qui s'est terminée en août, attribuée à la faible performance des entreprises, en particulier dans le secteur des semi-conducteurs, et à la baisse de l'impôt sur les plus-values foncières. Pour faire face à un manque à gagner de 59 100 milliards KRW (2,6 % du PIB) en 2023, le gouvernement a utilisé des fonds publics, dont 20 000 milliards KRW provenant du fonds de stabilisation du taux de change, pour combler l'écart plutôt que de recourir à un financement supplémentaire du déficit. Le déficit consolidé prévu pour 2024 s'élève à 0,8 %, conformément à la proposition de budget du gouvernement, bien que la performance des recettes reste faible. Malgré une croissance limitée des dépenses de 2,8 % par rapport au budget 2023, les déficits budgétaires devraient persister, ce qui témoigne de l'engagement du gouvernement à faire preuve de prudence budgétaire dans un contexte de difficultés de recettes. Pour l'avenir, l'administration vise des déficits modestes à moyen terme, prévoyant une diminution à 0,2 % du PIB en 2025. Néanmoins, le ratio de la dette au PIB, qui était de 54,3 % l'année dernière, devrait augmenter légèrement pour atteindre 56,5 % en 2025. L'inflation en 2023 s'est considérablement ralentie, tombant à 3,4 %, et une nouvelle baisse est prévue à 2,3 % en 2024, reflétant la stabilisation et l'ajustement progressifs de l'économie. La politique monétaire devrait rester stable, comme l'indique le taux directeur de la Banque de Corée à 3,5 % depuis janvier 2023. Les tendances des emprunts des ménages restent préoccupantes, malgré une légère baisse à 101,7 % du PIB au 2e trimestre 23 par rapport au sommet atteint au 2e trimestre 22, ce qui augmente le risque d'un alourdissement du fardeau de la dette. Néanmoins, les risques liés au secteur financier semblent gérables, les banques étant bien positionnées pour faire face aux pressions potentielles, grâce à des normes de souscription rigoureuses et à des mesures macroprudentielles.

La Corée du Sud a remarquablement réussi à combiner une croissance économique rapide avec des réductions significatives de la pauvreté. Le revenu par habitant est passé de 100 USD en 1963 à plus de 56 709 USD en 2023 (FMI). Les taux de chômage en Corée du Sud ont fait preuve d'une résistance remarquable, restant historiquement bas à 2,7 % en 2023, malgré une demande affaiblie et des chocs occasionnels. Les conditions du marché du travail ont fait preuve d'une relative stabilité, soutenue par la structure économique diversifiée du pays et ses industries fortement orientées vers l'exportation. À l'avenir, les taux de chômage devraient augmenter légèrement pour atteindre 3,2 % en 2024 et 3,3 % en 2025, reflétant les défis potentiels liés au maintien de la création d'emplois dans des conditions économiques en évolution. Toutefois, malgré ces projections, le marché du travail sud-coréen reste solide, ce qui indique un environnement d'emploi stable dans le contexte des changements économiques en cours. Toutefois, à moyen et long terme, la Corée du Sud consacrera davantage de moyens à la préparation de mesures visant à lutter contre le faible taux de natalité, la pauvreté des personnes âgées et le faible taux d'emploi des femmes.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 1.673,921.712,791.760,951.842,661.924,40
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 2,61,42,32,32,2
PIB par habitant (USD) 32.39533.19234.16535.78537.409
Solde des finances publiques (en % du PIB) -1,7-0,9-0,50,10,2
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 53,855,256,657,357,9
Taux d'inflation (%) 5,13,62,52,02,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) 25,8335,4950,4562,8673,65
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 1,52,12,93,43,8

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Won Sud-coréen (KRW) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 118,30116,63117,25121,40124,28

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

La Corée du Sud a connu l'une des plus grandes transformations économiques de ces 60 dernières années. Compte tenu de sa taille géographique limitée, de l'insuffisance de ses ressources naturelles et de la taille de sa population (une population active de 29,2 millions de personnes sur 51,74 millions d'habitants), le pays a accordé une attention particulière au développement technologique et à l'innovation pour promouvoir la croissance, passant d'une nation essentiellement rurale et agricole à un pays urbain et industrialisé. L'industrie représente 31,7 % du PIB et emploie 25 % de la main-d'œuvre (Banque mondiale, dernières données disponibles). Autrefois caractérisée par la rareté des ressources, la Corée du Sud est devenue un leader mondial dans diverses industries, grâce à des politiques gouvernementales stratégiques, à des investissements importants dans la recherche et le développement et à une main-d'œuvre qualifiée. Les principales industries sont le textile, l'acier (POSCO étant le septième sidérurgiste mondial), la construction automobile, la construction navale et l'électronique (la Corée du Sud est le deuxième producteur mondial de semi-conducteurs, qui représentent sa principale exportation). En 2023, l'indice de production corrigé des variations saisonnières pour l'ensemble des industries, à l'exclusion des secteurs de l'agriculture, de l'élevage et de la pêche, a augmenté de 0,7 % par rapport à l'année précédente, selon Statistics Korea. Alors que la production industrielle a continué d'augmenter pour la troisième année consécutive, le secteur manufacturier a connu sa plus forte baisse depuis 1998, dans le contexte des retombées de la crise des changes en Asie. La production manufacturière a chuté de 3,9 % l'année dernière, principalement en raison d'une forte baisse de la production de semi-conducteurs, marquant le premier recul en 22 ans depuis 2001. Les fabricants ont étudié un ratio de capacité moyen de 71,3 % en 2023, reflétant une baisse de 3,5 points de pourcentage par rapport à l'année précédente.

En Corée du Sud, le secteur agricole ne contribue que de manière négligeable au PIB du pays (1,6 %) et n'emploie que 5 % de la population active (Banque mondiale). Le riz est la principale culture agricole ; l'orge, le blé, le maïs, le soja et le sorgho sont cultivés de manière extensive. Le secteur comprend également l'élevage à grande échelle. Moins d'un quart des terres sont cultivées. Les ressources minérales de la Corée du Sud se limitent à l'or et à l'argent. Statistics Korea (KOSTAT) a publié son évaluation finale de la production de riz pour 2023, indiquant un total de 3,7 millions de tonnes métriques, soit une baisse de 1,6 % par rapport à l'année précédente.


Le secteur des services est le secteur économique le plus important et le plus rapide, représentant 57 % du PIB et employant 70,2 % de la population active (Banque mondiale), en particulier les grands magasins, les chaînes de magasins et les supermarchés. Le tourisme est l'un des principaux secteurs : de janvier à novembre 2023, la Corée du Sud a accueilli un total de 9 995 000 visiteurs, soit une augmentation impressionnante de 275,9 % par rapport à la période correspondante de l'année précédente. Cependant, malgré ce rebond, le nombre de visiteurs n'a atteint que 62% des niveaux observés au cours de la même période en 2019 (données Korea Tourism Organization ). La production globale de l'industrie des services a augmenté de 2,9 % en 2023, après avoir progressé de 5 % en 2021 et de 6,7 % en 2022 (données Statistics Korea).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 5,3 24,6 70,0
Valeur ajoutée (en % du PIB) 1,6 31,8 58,2
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -1,3 1,2 4,2

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2024 (e)2025 (e)2026 (e)
Taux de chômage (%) 3,03,13,1

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 28.303.25128.541.66428.348.936

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 68,84%68,87%69,11%
Taux d'activité des hommes 77,99%77,73%77,64%
Taux d'activité des femmes 59,20%59,54%60,11%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
74/100
Rang mondial :
24
Rang régional :
7


 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
7.50/10
Rang mondial :
24/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2021-2025

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Libre
Liberté politique :
2/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
42/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
korea Times
The Chosun Ilbo
Dong-A Daily
Les ressources utiles
Ministère du commerce, de l'industrie et de l'énergie
Korea Communications Commission (KCC)
Ministère des Affaires étrangères
Ministère de l'environnement (MOE)
Ministère de la Santé et de l'Aide sociale (MOHW)
Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales
Banque de Corée (BOK)
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Juillet 2024