drapeau Estonie Estonie : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Après la sortie de crise, la croissance estonienne a été affectée par une conjoncture régionale défavorable (sanctions européennes contre la Russie et contre-sanctions qui ont suivi), mais elle a progressé à un rythme soutenu ces dernières années jusqu'à l'éclatement de la pandémie de COVID-19. Après avoir renoué avec la croissance en 2021, le pays a enregistré deux années consécutives de récession en 2022 (-0,5 %) et 2023 (-2,5 %). Le recul s'est généralisé, affectant non seulement l'investissement mais aussi la consommation privée, les exportations étant particulièrement touchées, la faiblesse de la demande extérieure et la dépréciation des monnaies des principaux partenaires commerciaux ayant contribué au ralentissement. Les premiers signes indiquent que le début de l'année 2024 sera morose. Avec l'augmentation de la TVA et des droits d'accise, associée à une inflation persistante et à des coûts d'emprunt élevés, les consommateurs anticipent une détérioration de leur situation financière, ce qui se traduit par une faible demande intérieure au cours du premier semestre de l'année. Parallèlement à une demande extérieure modérée de la part des principaux partenaires commerciaux, cela conduit à une croissance prévue du PIB réel de 2,4 % en 2024 (FMI, seulement 0,6 % selon la Commission de l'UE). La croissance devrait s'accélérer en 2025, grâce à l'amélioration des conditions extérieures, à de meilleures conditions de financement et à l'augmentation de la consommation (à 2,7 %).

L'Estonie est devenue membre de l'Union européenne le 1er mai 2004 et a été le premier ancien pays soviétique à rejoindre l'OCDE en mai 2010. Cette république balte a su passer d'une économie étatique et centralisée à une économie de marché dynamique, libéralisée par une succession de gouvernements respectant une stricte orthodoxie budgétaire et modernisant le pays. Le pays s'est distingué, notamment grâce à son secteur des technologies de l'information (invention de Skype, systèmes de paiement mobile, vote par internet, cartes d'identité électroniques multifonctionnelles, initiatives dans le domaine de la cybersécurité), ainsi qu'à ses performances dans le secteur des énergies vertes. En outre, l'Estonie jouit d'une relative indépendance énergétique grâce à l'exploitation du pétrole de schiste, dont le pays est l'un des plus grands producteurs mondiaux et qui couvre une grande partie de ses besoins en électricité. En général, les finances publiques du pays sont stables ; en 2023, le déficit budgétaire des administrations publiques était estimé à 2,5 % du PIB par le FMI, avec des perspectives similaires sur l'horizon de prévision (2,3 % cette année et 2,3 % en 2025). En raison du creusement des déficits budgétaires et d'une croissance plus faible, le ratio de la dette publique au PIB a augmenté pour atteindre 21,6 % en 2023, contre 18,5 % un an plus tôt. Bien que faible, il devrait atteindre 25,9 % en 2025 (FMI). En 2023, l'Estonie a enregistré une hausse de 10 % de l'inflation IPCH, soit une baisse par rapport au premier semestre de l'année, malgré des baisses substantielles des prix mondiaux de l'énergie et une modération de l'inflation des denrées alimentaires et des biens industriels. La mise en œuvre de taux de TVA plus élevés à partir du 1er janvier 2024 devrait maintenir des prix élevés ; cependant, l'inflation devrait diminuer progressivement en accord avec les tendances mondiales, pour atteindre en moyenne 3,8 % en 2024 et 3,2 % en 2025 (FMI).

Ces dernières années, le marché du travail estonien s'est caractérisé par des pénuries de main-d'œuvre et, par conséquent, par une hausse des salaires nominaux. Bien que les salaires aient connu une croissance significative en 2023, ils n'ont pas complètement compensé la baisse du pouvoir d'achat résultant de l'inflation élevée de ces dernières années. Tout au long de l'année, le taux de chômage est resté faible (6,7 %), avec une augmentation de l'emploi constatée au cours du second semestre. Le FMI prévoit une hausse à 7,1 % en 2024. En 2022, le PIB réel estonien par habitant (PPA) a été estimé à 46 697 USD par la Banque mondiale, ce qui reste inférieur de 14 % à la moyenne de l'UE. Selon les dernières données publiées par Eurostat, environ 25 % de la population est menacée de pauvreté.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 37,9541,8044,5047,1049,78
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -0,5-2,32,42,72,9
PIB par habitant (USD) 28.13630.99833.01834.97637.002
Solde des finances publiques (en % du PIB) -0,7-2,5-2,3-2,2-2,5
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 18,521,624,025,927,5
Taux d'inflation (%) n/a10,03,83,22,8
Balance des transactions courantes (milliards USD) -1,100,771,151,070,96
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -2,91,82,62,31,9

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Euro (EUR) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 0,100,090,090,090,09

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

L'agriculture ne représente que 2,5 % du PIB du pays et emploie environ 3 % de la population active (Banque mondiale, dernières données disponibles). Dotée de riches réserves d'huile de schiste, l'Estonie tire une part considérable de sa production énergétique (environ 60 %) de cette ressource, ce qui lui permet d'être autosuffisante en matière d'électricité. Les terres arables et les cultures permanentes couvrent près d'un million d'hectares, dont 2,4 millions d'hectares de forêts et 226 hectares de cultures biologiques. Les principales cultures sont les céréales, les pommes de terre et les légumes. Selon les derniers chiffres de Statistics Estonia, en 2023, la production totale de céréales a diminué de 21,5 % en glissement annuel (pour atteindre 1,2 million de tonnes), tandis que la production agricole totale s'élevait à 1,36 milliard d'euros, soit une baisse de 16,6 %.

Le secteur industriel représente environ 24 % du PIB et 29 % de l'emploi total. Les principaux sous-secteurs industriels sont l'industrie alimentaire (produits laitiers et transformation de la viande), l'électronique et l'informatique (un secteur traditionnel), et les industries chimiques et de transformation du bois. Au total, le secteur manufacturier contribue à lui seul à environ 13 % du PIB du pays (Banque mondiale) et est orienté vers l'exportation. Les chiffres préliminaires de Statistics Estonia montrent qu'en 2023, la production industrielle a chuté de 10,5 % en glissement annuel. Selon l'agence, la production a diminué dans les trois secteurs industriels : baisse de 21 % dans la production d'électricité, de 9,8 % dans l'industrie manufacturière et de 4,7 % dans l'industrie minière.

Le secteur des services est le plus développé (en particulier le transport et la logistique, la biotechnologie et les services financiers) et représente environ 61,5 % du PIB estonien, employant 69 % de la population active. Le segment des TIC affiche les meilleures performances, représentant près de 7 % du PIB total et de l'emploi (le pays a investi dans ce secteur et a créé l'école des technologies de l'information de TalTech et le centre d'excellence en recherche sur les TIC - EXCITE). Le secteur bancaire du pays comprend 14 banques, dont neuf sont des établissements de crédit agréés en Estonie et cinq opèrent en tant que succursales d'établissements de crédit étrangers. Le secteur est dominé par des capitaux étrangers qui détiennent plus de 80 % des actifs. Le marché est principalement divisé entre Swedbank, SEB Bank, LHV Bank et Luminor Bank (données de la Fédération bancaire européenne).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 2,7 29,0 68,3
Valeur ajoutée (en % du PIB) 2,5 24,0 61,5
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -24,9 -3,0 0,1

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2024 (e)2025 (e)2026 (e)
Taux de chômage (%) 7,16,86,6

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 705.794703.864699.106

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 78,89%79,12%78,90%
Taux d'activité des hommes 82,72%82,65%81,99%
Taux d'activité des femmes 75,09%75,60%75,80%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
78,2/100
Rang mondial :
8
Rang régional :
4

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
7.41/10
Rang mondial :
23/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Libre
Liberté politique :
1/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
15/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Eesti Express
EER
Postimees (en estonien)
Les ressources utiles
Ministère des affaires économiques et de la communication
Ministère des Finances
Banque Centrale d'Estonie
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Avril 2024