drapeau Gabon Gabon : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières prévisions sur les impacts économiques causés par la pandémie de coronavirus, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19" pour les réponses économiques clés des gouvernements.

Fortement dépendante du secteur pétrolier et des importations de produits alimentaires, l'économie gabonaise est vulnérable aux fluctuations mondiales des prix des matières premières. Après s'être contractée en 2020 sous l'effet conjoint de la baisse de la demande de pétrole, de la baisse des prix du pétrole et des mesures de confinement liées à la pandémie, la croissance du PIB a commencé à se redresser en 2021 (1,5 %). La reprise économique s'est poursuivie en 2022, la croissance du PIB atteignant 2,7 %, sous l'effet de la hausse des prix du pétrole, de l'essor du secteur minier et du rebond des secteurs du bois, de la construction et des services (FMI). Selon les prévisions du FMI, la croissance du PIB devrait s'accélérer pour atteindre 3,7 % en 2023 et 2024, toujours soutenue par les exportations de pétrole.

En 2022, l'économie gabonaise a continué de se redresser après la récession de 2020, grâce à une réponse politique forte à la pandémie et à la hausse des prix du pétrole. La guerre en Ukraine et la flambée des prix des matières premières qui en a résulté ont contribué à stimuler les exportations et les recettes pétrolières, à améliorer la situation budgétaire et extérieure et à réduire la dette publique. Grâce aux redevances confortables générées par les prix élevés du pétrole, à une meilleure mobilisation des recettes non pétrolières et à la maîtrise des dépenses courantes, le Gabon a enregistré un excédent budgétaire de 1,2 % du PIB en 2022, qui devrait se maintenir en 2023 (3 % du PIB) (FMI, Coface). La dette publique est passée de 65,8 % du PIB en 2021 à 54 % du PIB en 2022, et devrait continuer à diminuer pour atteindre 52,4 % du PIB en 2023 et 49,3 % du PIB en 2024 (FMI). La dette publique est essentiellement externe (60% du total) et détenue par des créanciers multilatéraux (principalement le FMI et la Banque mondiale) et bilatéraux (France, Chine, etc.) (Coface). Dans le contexte de la guerre en Ukraine, l'inflation est passée de 1,1 % en 2021 à 3,5 % en 2022 (FMI). Elle devrait légèrement diminuer pour atteindre 3,2 % en 2023 et 2,5 % en 2024 (FMI). L'arrimage du franc CFA à l'euro contribue à contenir les pressions inflationnistes (Coface). En juillet 2021, le Gabon a conclu un programme d'assainissement budgétaire de trois ans avec le FMI, dans le cadre d'un accord élargi au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC), et les autorités gabonaises continuent de se concentrer sur les réformes budgétaires et de gouvernance pour soutenir la reprise économique et améliorer la viabilité de la dette. Le budget 2023 vise à mettre en œuvre le Plan d'accélération de la transformation économique (PAT), ainsi qu'à soutenir l'éducation, la santé, l'eau, l'énergie et les infrastructures. Le Plan stratégique pour la souveraineté alimentaire est conçu pour diminuer les importations de denrées alimentaires. Pour inverser la dépendance aux matières premières et le manque de diversification économique, le Gabon cherche à relancer son secteur agricole (cacao, café et huile de palme). Le pays envisage également de développer le tourisme, et notamment l'éco-tourisme, pour tirer parti de son patrimoine forestier. Le Gabon a également lancé un vaste programme d'investissement public (PSGE) pour devenir l'une des économies à la croissance la plus rapide d'ici 2025.Parmi les défis identifiés par le FMI, la mise en œuvre de réformes structurelles, y compris les questions de gouvernance et de corruption, le renforcement du secteur bancaire et la mise en œuvre d'une stratégie efficace d'inclusion financière, la préservation de la viabilité de la dette et la protection des plus vulnérables sont des priorités essentielles.

Le Gabon est classé parmi les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, avec un PIB par habitant supérieur à celui de ses voisins. Cependant, les indicateurs sociaux sont à la traîne par rapport à la richesse du pays. Un tiers de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (près de 5 % vivent avec moins d'un dollar et demi par jour) et le taux de chômage est très élevé. En 2021, le taux de chômage dans le pays était de 21,8 % (Banque mondiale, estimation de l'OIT). Il existe également un écart important entre le développement économique des populations urbaines et celui des populations rurales. De plus, les loyers urbains ont explosé du fait de l'exode rural vers les villes (quatre grandes villes abritent plus de 85% de la population gabonaise).

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 21,1219,3219,8520,4121,14
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 3,02,82,62,52,8
PIB par habitant (USD) 9.7718.8328.9699.1169.339
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 57,764,964,565,266,8
Taux d'inflation (%) n/a3,82,52,32,2
Balance des transactions courantes (milliards USD) 0,34-0,16-0,41-0,72-0,96
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 1,6-0,8-2,1-3,5-4,5

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Franc CFA BEAC (XAF) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 60,4660,0659,2161,0360,61

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

Le Gabon est riche en ressources naturelles. Il est le deuxième producteur de bois d'Afrique et le quatrième producteur de pétrole d'Afrique subsaharienne. Le secteur agricole représentait, selon les estimations, 6 % du PIB du Gabon en 2021 (Banque mondiale) et employait 30 % de la main-d'œuvre. Le Gabon compte 22 millions d'hectares de forêts, un million d'hectares de terres agricoles arables et plus de 800 kilomètres de côtes. Le secteur comprend les cultures vivrières, le caoutchouc (surtout dans le nord) et l'huile de palme, le pays dépendant fortement des importations de produits alimentaires.

L'industrie représente 50,9 % du PIB du pays et environ 11 % de l'emploi total (Banque mondiale). Le secteur est dominé par le pétrole, l'extraction du manganèse et la transformation du bois. Les hydrocarbures représentent 50% des exportations du Gabon et 38% de son PIB (Coface, US ITA). Cependant, le pays est confronté à une baisse de ses réserves pétrolières. Les autres activités comprennent les usines textiles, les cimenteries, les usines chimiques, les brasseries, les chantiers navals et les usines de cigarettes. La plupart des établissements industriels sont situés près de Libreville et de Port-Gentil.

Le secteur des services représente 38,7 % du PIB et emploie 59 % de la population active (Banque mondiale). Le gouvernement est le plus gros employeur du secteur. Le tourisme est encore embryonnaire en raison de la faiblesse des infrastructures et du fait que le pays est principalement couvert de forêts.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 29,0 16,1 54,9
Valeur ajoutée (en % du PIB) 5,6 57,4 33,1
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 9,5 3,4 2,4

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

La population active en chiffres

201820192020
Population active 702.664721.991726.653

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 54,10%54,48%54,74%
Taux d'activité des hommes 62,92%63,50%63,88%
Taux d'activité des femmes 44,67%44,85%44,99%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
58,1/100
Rang mondial :
110
Rang régional :
15

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
6/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
117/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Gabon News
Allafrica, Gabon News
Gabon Newspapers and News Media Guide
Les ressources utiles
Ministère de l'économie
Ministère de la justice
Ministère des affaires étrangères
Ministère du travail
Ministère de la santé
Banque Centrale des Etats d'Afrique Centrale
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Novembre 2023