drapeau Géorgie Géorgie : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

La Géorgie est une économie en transition influencée par son affiliation passée à l'Union soviétique. La croissance économique de ces dernières années a été stimulée par l'augmentation de la demande intérieure et extérieure, ce qui a entraîné une hausse de la consommation, des exportations, du tourisme et des envois de fonds. Covid-19 a stoppé la croissance de la demande tout en pesant sur l'industrie du tourisme en plein essor en 2020, avec une contraction du PIB d'environ 6,2 %. Cependant, le PIB a rebondi de 7,7% en 2021, alimenté par la consommation privée (75% du PIB) et les transferts des expatriés (estimés à 11% du PIB en 2021). Le FMI prévoit une croissance de 5,8% cette année, suivie de 5,5% en 2023.

La dette des administrations publiques, qui avait déjà affiché une tendance à la hausse ces dernières années en raison des dépenses d'infrastructures publiques, s'est encore accrue en 2020, le gouvernement ayant augmenté les dépenses sociales et d'investissement dans le cadre d'un plan de réponse au Covid-19. En 2021, le gouvernement a réussi à réduire le déficit à 3,3% du PIB grâce à une augmentation des recettes induite par une fiscalité renforcée. Le déficit est prévu à 0,4% du PIB en 2022 avant que le budget ne redevienne positif l'année suivante (+0,6%). Quoique relativement faible, la dette publique est fortement libellée en devises étrangères (42 %). Après avoir augmenté de plus de moitié suite au déclenchement de la crise du Covid-19, le ratio dette/PIB a renoué avec une tendance baissière en 2021 (54,2 %) et devrait rester relativement stable sur l'horizon de prévision. Une augmentation des prix du pétrole et des denrées alimentaires, associée à un lari faible, a poussé l'inflation moyenne à 9 % en 2021. En réponse, la Banque nationale de Géorgie (NBG) a relevé son taux directeur de 100 points de base à 10,5 % à la fin de la meme annee. Une politique monétaire plus stricte devrait contribuer à rapprocher l'inflation de l'objectif de 3 % d'ici 2023. Compte tenu de la petite taille et de l'ouverture de l'économie géorgienne, le taux de change du lari reste très volatil, ce qui érode souvent le pouvoir d'achat des ménages.

Le taux de chômage géorgien a augmenté rapidement en 2021, atteignant 20,6 % de la population active (GeoStat), son plus haut niveau depuis 2017. Avant le Covid-19, la pauvreté avait été réduite de près de moitié grâce aux politiques sociales et à la croissance économique (19,5 % des la population vivait sous le seuil national de pauvreté en 2019, selon les derniers chiffres de GeoStat). Les inégalités restent élevées par rapport aux autres économies de la région, avec de faibles niveaux d'éducation, et une population rurale (40,5% du total – Banque mondiale).

 
Indicateurs de croissance 20202021 (e)2022 (e)2023 (e)2024 (e)
PIB (milliards USD) 15,8518,7025,1726,9529,56
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -6,810,49,04,05,2
PIB par habitant (USD) 45678
Solde des finances publiques (en % du PIB) -5,3-3,0-0,30,60,8
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 60,249,539,841,039,8
Taux d'inflation (%) 5,29,611,66,03,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) -1,98-1,88-1,81-1,83-1,69
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -12,5-10,1-7,2-6,8-5,7

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Lari géorgien (GEL) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 0,240,260,270,290,33

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

Près de 1,8 millions de Géorgiens, sur une population de 3,7 millions d'habitants, constituent la main-d'œuvre nationale (Banque mondiale) et le pays possède de nombreuses ressources naturelles sur son territoire. Il y a des forêts et des bois, des rivières et des lacs, des terres agricoles, du marbre, des minéraux, du manganèse, du fer, du cuivre, du charbon, du pétrole, des argiles, du sable, ainsi que de la faune. Le pays a une tradition agricole qui a contribué au développement de l'économie géorgienne pendant des années. Cependant, le secteur agricole est en déclin depuis 1995. L'agriculture représente désormais 7,4% du PIB et emploie 38,2% de la population active (Banque mondiale). 98% des agriculteurs sont des travailleurs indépendants et la production est largement destinée à l'autoconsommation. Plus de 40% du territoire géorgien est considéré comme une terre agricole, qui comprend également des pâturages et des prairies. Les principaux produits agricoles sont les céréales, les plantes techniques, les plantes subtropicales, les variétés de fruits, les melons et les courges, le tabac et les raisins de cuve, ainsi que le riz, le thé et les céréales, le thé et le bétail. La Géorgie est également l'une des plus anciennes régions viticoles et riche en ressources en eau potable. La Géorgie a signé un accord de zone de libre-échange approfondi et complet (ZLEC) avec l'UE, ce qui implique que tous les produits agricoles géorgiens peuvent être exportés sans droits de douane vers les marchés de l'UE.


Après un déclin pendant l'éclatement du bloc soviétique, puis entre 2004 et 2008, le secteur industriel géorgien a vu des signes de reprise modeste. L'industrie contribue à 21,6% du PIB et emploie 14,3% de la population active (Banque mondiale). Le secteur manufacturier représente 9,3% du PIB. Le secteur industriel comprend principalement la transformation des aliments et la fabrication de matériel de transport, de moteurs électriques, de fer, d'acier, d'avions, de produits chimiques et de textiles. L'extraction minière concerne le manganèse (principalement dans les régions de Chiatura et Imeritia), le cuivre, le tungstène, le marbre et le pétrole. Bien que la Géorgie dispose d'une importante capacité de production d'énergie hydroélectrique, elle dépend fortement des importations de pétrole et de gaz. Selon les dernières données de Statistics Georgia, au cours des neuf premiers mois de 2021, le chiffre d'affaires total de l'industrie s'est élevé à 14,6 milliards GEL (contre un chiffre d'affaires annuel de 15,9 milliards GEL en 2020).

Les services sont le sous-secteur le plus dynamique de l'économie, représentant 60,4 % du PIB de la Géorgie et employant environ 44,5 % de la main-d'œuvre (Banque mondiale). Le secteur est dopé par les industries de l'hôtellerie, de la restauration, des transports et des télécommunications. Le secteur du tourisme s'est développé rapidement jusqu'au Covid-19 (9,4 millions de visiteurs en 2019, 1,7 million en 2020 selon l'Administration nationale du tourisme géorgienne), et est devenu l'une des priorités du gouvernement avec le développement des infrastructures côtières dans la région d'Adjarie et les stations de ski de Svaneti. Néanmoins, en 2021, les revenus du tourisme ne représentaient que 38 % du niveau des revenus de 2019 (1,24 milliard USD), alors que le nombre de visiteurs a diminué de 80 % (Georgia Tourism Administration).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 38,2 14,3 47,6
Valeur ajoutée (en % du PIB) 7,4 21,6 58,6
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 3,6 -2,8 -7,8

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2022 (e)2023 (e)2024 (e)
Taux de chômage (%) 18,719,520,2

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 1.922.1421.892.3721.892.477

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 72,73%70,30%69,40%
Taux d'activité des hommes 83,09%78,65%77,76%
Taux d'activité des femmes 62,92%62,38%61,45%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
77,2/100
Rang mondial :
12
Rang régional :
7

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
3/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
60/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Géorgie Today
The Georgian Times
Les ressources utiles
Ministère de la protection de l'environnement et de l'agriculture de Géorgie
Ministère de l'économie et du développement durable de la Géorgie
Ministère des Finances de Géorgie
Ministère de l'Economie de Géorgie
Banque Nationale de Géorgie
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022