drapeau Ghana Ghana : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Le Ghana a toujours été classé parmi les dix économies africaines à la croissance la plus rapide depuis 2017, mais en 2020, la chute des prix du pétrole et la pandémie de Covid-19 ont plongé le pays dans la récession économique. Selon les estimations du FMI, la croissance du PIB est passée de 6,5 % en 2019 à 0,4 % en 2020. Soutenue par une solide campagne cacaoyère et une activité minière et de services, la croissance économique a rebondi à 4,7 % en 2021 et devrait encore s'accélérer pour atteindre 6,2 % en 2022 avant de ralentir à 4,7% en 2023. La baisse du niveau de production de pétrole, l'émergence de nouvaux variants du Covid-19 et la pression croissante sur les niveaux d'endettement dans un contexte de perte d'accès aux marchés financiers internationaux sont les risques majeurs identifiés par Focus Economics.

Le Ghana a été durement touché par la pandémie de Covid-19 et l'effondrement des revenus d'exportation du pétrole et du cacao. Le gouvernement a mis en place un plan de soutien, le Coronavirus Alleviation Programme, à hauteur de 3% du PIB (Coface), qui a permis de contenir les effets de la pandémie, mais a dégradé les finances publiques. Les perspectives économiques se sont améliorées en 2021 avec le début de la reprise de l'activité, mais les comptes publics du pays sont restés sous pression. La dette publique a continué d'augmenter, passant d'environ 78,9 % du PIB en 2020 à 83,5 % du PIB en 2021, et devrait encore augmenter pour atteindre 84,9 % du PIB en 2022 et 86,4 % du PIB en 2023 (FMI). Le Ghana est classé à haut risque de surendettement. En janvier 2022, Fitch Ratings a dégradé les notes de crédit souverain du Ghana. La dette est due en partie aux coûts exceptionnels de l'énergie et du secteur financier. En effet, les arriérés de l'Etat envers le secteur de l'énergie représentent 1% du PIB chaque année (Coface). Le paiement des intérêts de la dette pèse lourdement sur le déficit budgétaire, qui s'élevait à -13,9 % du PIB en 2021 (contre -15,2 % du PIB en 2020) (FMI). L'augmentation des recettes fiscales et de la demande extérieure de pétrole, d'or et de cacao devrait contribuer à réduire le déficit budgétaire à -10,5 % du PIB en 2022. La monétisation partielle du déficit a alimenté l'inflation, qui a atteint environ 9,9 % en 2020 (FMI). Avec la flambée des prix alimentaires, l'inflation est restée élevée en 2021 (9,3 %) et devrait légèrement diminuer à 8,8 % en 2022 et 8 % en 2023 (FMI). Pour relancer l'économie et attirer les investissements, les autorités ont adopté l'initiative COVID-19 Alleviation and Revitalization of Enterprises Support (CARES), un programme de 100 milliards de GHS sur 2020-2023 financé à 30% par le gouvernement (Coface). Les coupures d'électricité récurrentes ont conduit le gouvernement ghanéen à lancer une stratégie de diversification énergétique, principalement en augmentant la part des énergies renouvelables et en construisant des centrales nucléaires. Le gouvernement reste attaché au programme de relance du secteur énergétique (2019-2023) établi en collaboration avec la Banque mondiale. L'assainissement budgétaire reste la priorité, comme l'illustre la réduction supplémentaire de 20 % des dépenses budgétaires pour 2022 annoncée en janvier.

Malgré les bonnes performances du Ghana en termes de croissance économique, le pays est confronté à de fortes inégalités, à une pauvreté et un chômage croissants. Le Ghana a été classé 138e dans l'indice de développement humain 2020. Selon les estimations de la Banque mondiale, le taux de chômage dans le pays était d'environ 4,5% en 2020.

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 68,3568,5075,4982,0287,74
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 6,50,44,76,24,7
PIB par habitant (USD) 2.266e2.226e2.4132.5572.667
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 62,678,983,584,986,4
Taux d'inflation (%) 7,1e9,9e9,38,88,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) -1,88-2,13-1,68-2,87-3,92
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -2,7-3,1e-2,2-3,5-4,5

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Cedi ghanéen (GHS) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 0,410,450,490,540,59

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

Le Ghana, premier producteur d'or d'Afrique, est riche en ressources naturelles et bénéficie d'un sol fertile. L'agriculture représente 19,3 % du PIB (Banque mondiale) et emploie 30 % de la main-d'œuvre du pays. Les terres arables couvrent environ 57% de la superficie totale du pays (FAO). La plupart des terres cultivées (95%) sont constituées de petites et moyennes exploitations (jusqu'à 10 hectares). Les cultures varient considérablement selon les régions. Dans la zone forestière (sud-ouest), les cultures arbustives, notamment le cacao, le palmier à huile, le café et l'hévéa, sont courantes. Le maïs, les légumineuses, le taro ou l'igname, avec le tabac et le coton sont parmi les cultures les plus récoltées dans la ceinture moyenne du pays. Le tabac et le coton sont également récoltés dans le nord du pays, en plus du sorgho, du mil, du niébé et de l'arachide. Alors que la production animale est importante, en particulier dans le nord, le Ghana importe encore de la viande et des produits laitiers pour répondre à sa demande intérieure.

L'industrie représente 29,7% du PIB et emploie 21% de la population active. Elle est dominée par l'exploitation minière, l'exploitation forestière, l'industrie légère, la fonderie d'aluminium, la transformation des aliments, la production de ciment, la construction de petits navires commerciaux et le pétrole. L'extraction de l'or, de la bauxite et du manganèse joue un rôle clé grâce aux riches ressources du sous-sol du pays. De riches réserves de bauxite associées à des stocks hydroélectriques élevés offrent un fort potentiel pour la fusion de l'aluminium. Le Ghana possède également une industrie automobile relativement sophistiquée et exporte des voitures vers d'autres régions d'Afrique.
Le secteur des services est la composante la plus importante de l'économie, représentant 45 % du PIB et employant 49 % de la main-d'œuvre (Banque mondiale). Le secteur bancaire s'est développé et modernisé ces dernières années mais il peut encore croître. Les télécommunications sont le principal secteur de services en raison d'une croissance rapide des utilisateurs de téléphones mobiles et de l'émergence des technologies de paiement mobile.
 
L'économie du Ghana a été frappée par la pandémie de COVID-19. Les secteurs de l'industrie manufacturière, de la production pétrolière et des services (hors télécommunications) ont été parmi les plus touchés (Coface), tandis que le secteur agricole est resté résilient.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 29,8 21,0 49,2
Valeur ajoutée (en % du PIB) 18,2 34,7 42,6
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 7,4 -3,6 1,5

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

La population active en chiffres

201820192020
Population active 12.611.14312.919.34012.934.257

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 69,32%69,27%69,21%
Taux d'activité des hommes 73,35%73,16%72,94%
Taux d'activité des femmes 65,17%65,28%65,37%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
59,2/100
Rang mondial :
101
Rang régional :
11

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Libre
Liberté politique :
1/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
30/180

Source : Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Profil pays de la BBC, Ghana
Ghana Newspapers and News Sites
Allafrica, Ghana News
Afrol, News-Ghana
Portail d'information du Ghana
Les ressources utiles
Ministère des Finances
Ministère du Commerce et de l'Industrie
Ministère de l'Energie
Banque Nationale
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022