drapeau Israël Israël : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".


L'économie israélienne a enregistré l'une des meilleures performances des pays de l'OCDE ces dernières années, principalement en raison d'une augmentation de la population en âge de travailler et du taux d'activité. Cependant, après avoir atteint 3,4 % du PIB en 2019, la croissance s'est brusquement interrompue et est devenue négative en 2020 (-2,2 %) en raison de l'apparition de la pandémie de Covid-19. Selon les estimations du FMI, la croissance du PIB a atteint 7,1 % en 2021, soutenue par des mesures de restrictions assouplies et des exportations robustes. La croissance économique devrait rester vigoureuse en 2022 (4,1 % du PIB) et 2023 (3,6 %) (FMI), soutenue par une reprise du tourisme, l'amélioration des liens économiques avec les voisins du Golfe et une industrie technologique en plein essor (Focus Economics). À long terme, l'augmentation de la proportion des Har peu qualifiés (Haredim ultra-orthodoxes) et des communautés arabes israéliennes et de la population active (qui devrait passer de 25 % à 40 % d'ici 2045) sont des obstacles potentiels à la croissance.

En 2021, l'économie israélienne a fortement rebondi malgré la quatrième vague de la pandémie de COVID-19. En réponse à la nouvelle flambée des infections, le gouvernement a resserré certaines restrictions sur les rassemblements et lancé une campagne de vaccination de rappel en août. À la lumière de la reprise, les politiques de soutien telles que certaines allocations de chômage et subventions aux entreprises durement touchées ont été supprimées (OCDE). La crise économique provoquée par la pandémie de Covid-19 a eu un impact majeur sur la situation budgétaire du pays. Selon les estimations du FMI, le déficit budgétaire a atteint -9,8% du PIB en 2020, et est resté élevé en 2021 (-6,3% du PIB). Elle devrait baisser à -4 % du PIB en 2022 et -3,6 % du PIB en 2023. De même, la dette publique a fortement augmenté depuis la pandémie, atteignant 73,2 % du PIB en 2021, et devrait se maintenir à ce niveau en 2022 (73,2 % ) et 2023 (73,1%). Après être devenue négative en 2020 (-0,6 %), l'inflation a augmenté en 2021 en raison de la hausse des prix de l'énergie, de l'alimentation et du logement (OCDE). Estimé à 1,4% en 2021, il devrait atteindre 1,8% en 2022 et 1,6% en 2023, dans la fourchette cible de la banque centrale (FMI). En août 2021, le gouvernement a adopté un programme de réforme ambitieux visant à stimuler les investissements dans les infrastructures, à réformer le système professionnel et à améliorer l'environnement des affaires, afin d'augmenter la productivité pour soutenir une croissance durable (OCDE). Investir dans l'éducation préscolaire pour améliorer les compétences et rendre la croissance plus inclusive (OCDE) et assurer l'intégration sociale et économique des minorités arabes et haredim (FMI) font partie des défis auxquels le pays est confronté.

Israël a l'un des niveaux de vie les plus élevés de la région. Le salaire moyen en Israël est similaire aux salaires moyens en Europe. Pourtant, 25% des Israéliens vivent dans la pauvreté et les inégalités sont relativement élevées, ce qui explique les fréquentes contestations sociales. De plus, les ménages souffrent des prix élevés de l'immobilier et du coût de la vie. Le taux de chômage a augmenté en raison de la crise mondiale provoquée par la pandémie de Covid-19 et atteindra 5,1 % en 2021. Selon les estimations du FMI, le taux de chômage diminuera à 4,6 % en 2022 et 4,3 % en 2023.

 
Indicateurs de croissance 20202021 (e)2022 (e)2023 (e)2024 (e)
PIB (milliards USD) 413,27488,53527,18564,15591,33
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -1,98,66,13,03,0
PIB par habitant (USD) 4452555860
Solde des finances publiques (en % du PIB) -9,4-3,6-0,7-0,9-1,6
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 70,768,061,557,655,7
Taux d'inflation (%) -0,61,54,53,62,5
Balance des transactions courantes (milliards USD) 21,8220,4713,1420,8821,21
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 5,34,22,53,73,6

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Nouveau israëli sheqel (ILS) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 0,390,370,380,380,36

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

Israël a une économie diversifiée et technologiquement avancée. Le secteur agricole emploie 1 % de la population active tout en représentant 1,2 % du PIB (Banque mondiale, 2020). Les principales cultures du pays sont les fruits et légumes, les céréales, le vin, l'élevage bovin. C'est devenu un pays agro-technologique de premier plan, "verdissant" le désert pour cultiver la plupart des aliments exportés. Israël dépend presque entièrement des importations pour satisfaire son approvisionnement en produits alimentaires. Cependant, tout au long de la crise du COVID-19, il n'y a eu aucun rapport indiquant un manque d'intrants (USDA Foreign Agricultural Service).

L'industrie israélienne excelle dans la production de produits chimiques (Israël est spécialisé dans les médicaments génériques), de plastiques et de haute technologie (aéronautique, électronique, télécommunications, logiciels, biotechnologies, etc.). L'industrie dans son ensemble représente 18,6 % du PIB et emploie 17 % de la main-d'œuvre (Banque mondiale, 2020). De nombreuses entreprises, en particulier celles qui produisent des technologies de pointe, ont bénéficié de leur capacité à obtenir des financements de Wall Street et d'autres centres financiers internationaux. Israël se classe au deuxième rang, après le Canada, en termes de nombre d'entreprises inscrites sur les marchés boursiers américains. De nombreuses grandes entreprises internationales de haute technologie ont établi des centres de R&D en Israël. Des entreprises telles qu'Intel, Microsoft, Cisco, IBM et Apple ont choisi Israël comme site pour leurs premiers centres de développement en dehors des États-Unis. Parmi les autres secteurs d'activité importants figurent la taille des diamants, le textile et le tourisme. Malgré la pandémie de COVID-19, le secteur technologique israélien a enregistré une forte croissance en 2021, élevant des niveaux record d'investissement pour une deuxième année consécutive (The Associated Press).

La majorité de la population active (82 %) est employée dans le secteur tertiaire, qui représente 71,4 % du PIB. Le tourisme reste important malgré le conflit israélo-palestinien, avec un record de 4,55 millions d'arrivées de touristes en 2019 (+10,6 en glissement annuel), générant environ 6,3 milliards USD de revenus. L'industrie du tourisme a été l'une des industries les plus touchées par la crise du COVID-19. Moins de 830 000 touristes sont entrés en Israël en 2020, soit une baisse de 81,7 % par rapport à l'année précédente. Entre janvier et septembre 2021, seuls 243 600 touristes ont visité le pays (Bureau central des statistiques).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 0,9 17,2 81,9
Valeur ajoutée (en % du PIB) 1,1 18,5 71,2
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 1,9 2,8 3,4

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2022 (e)2023 (e)2024 (e)
Taux de chômage (%) 3,93,83,7

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 4.102.5664.159.7794.136.200

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 72,46%72,41%72,18%
Taux d'activité des hommes 76,02%75,28%74,77%
Taux d'activité des femmes 68,90%69,53%69,58%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
Employés, par type de métier (% de la population active) 2015
Éducation 12,5%
Commerce de gros et de détail, réparations de véhicules automobiles et de motocycles 11,5%
Activités de fabrication 11,5%
Santé et et activités d'action sociale 10,8%
Administration publique et défense; sécurité sociale obligatoire 10,2%
Activités professionnelles, scientifiques et techniques 7,1%
Construction 5,0%
Information et communication 4,9%
Activités d'hébergement et de restauration 4,2%
Activités de services administratifs et d'appui 4,2%
Transport et entreposage 4,1%
Activités financières et d'assurances 3,4%
Arts, spectacles et loisirs 1,8%
Agriculture, sylviculture et pêche 1,0%
Activités immobilières 0,8%
Production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et climatisation 0,4%
Distribution d'eau; réseau d'assainissement; gestion des déchets et activités de remise en état 0,4%
Activités extractives 0,1%
 
Pour plus de statistiques
Bureau de statistiques
Pour plus d'information sur le marché du travail
Adva Centre - Informations sur l'égalité et la justice social en Israël

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
73,8/100
Rang mondial :
26
Rang régional :
2

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
7.71/10
Rang mondial :
16/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Libre
Liberté politique :
1/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
86/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Haaretz
The Times of Israel
Globes
Jerusalem Post (page Business et Innovation)
Les ressources utiles
Liste des ministères
Ministère de l'Agriculture et du Développement rural
Ministère des Affaires étrangères
Ministère de l'Économie et de l'Industrie
Ministère des Communications
Ministère de la Construction et du Logement
Ministère des Finances
Ministère du Tourisme
Ministère de la Santé
Banque d'Israël
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022