drapeau Jordanie Jordanie : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'économie jordanienne, gravement touchée par l'afflux de réfugiés et la dépendance croissante aux subventions internationales qui a suivi la crise des réfugiés syriens, a dû faire face à l'effet global de la pandémie de COVID-19 depuis 2020. Néanmoins, la croissance de son PIB s'est élevée à 2,2 % en 2021, contre -1,6 % en 2020, et s'est maintenue à 2,4 % en 2022 (FMI, 2023). Selon les prévisions actualisées du FMI de janvier 2023, la croissance du PIB devrait atteindre 2,7 % cette année, puis 3 % en 2023, sous réserve de la reprise économique mondiale post-pandémique.

La Jordanie est l'un des rares pays du Moyen-Orient à ne pas dépendre autant de ses ressources naturelles en raison de la rareté des hydrocarbures et des ressources en eau. Néanmoins, c'est aussi l'un des pays les plus engagés dans les réformes financières de sa région (privatisation, réformes fiscales, ouverture du secteur bancaire, etc.) La Jordanie a mis en œuvre des réformes dans le cadre de la facilité de financement étendue qu'elle a négociée avec le FMI en 2016 et les politiques d'assainissement budgétaire qui en ont découlé ont ramené le solde budgétaire du gouvernement à un déficit de 6,4 % du PIB en 2020, de 5 % en 2021 et de 4 % en 2022. Cette tendance devrait se poursuivre avec un déficit de 4,3 % en 2023 et de 4,4 % en 2024. Le FMI estime que la dette publique représentait 91,9 % du PIB en 2021 et 91 % en 2022, qu'elle se stabilisera en 2023 (90,6 %) et qu'elle devrait être ramenée à 87,4 % en 2024. Parallèlement, la Jordanie a renouvelé son accord avec le FMI début 2020 sur un accord de deux ans dans le cadre de la facilité élargie de crédit pour un montant d'environ 1,3 milliard de dollars. Fin 2018, la Jordanie a adopté une loi globale sur l'impôt sur le revenu soutenue par le FMI, qui prévoit une augmentation progressive des taux d'imposition sur les sociétés de 2019 à 2024. Les activités industrielles, pharmaceutiques et d'habillement, qui bénéficient actuellement de taux d'imposition réduits, seront imposées au même taux que le reste des entreprises à partir de 2024. Cependant, l'impôt effectif sur les sociétés est encore plus élevé car la Jordanie a introduit début 2019 une nouvelle taxe de contribution nationale sur le revenu imposable de toutes les sociétés en Jordanie, à des taux variant de 1 % à 7 %, dans le cadre de ses efforts pour rembourser la dette nationale. Alors que la dynamique macroéconomique de la Jordanie devrait s'améliorer, les conditions de financement mondiales et l'instabilité régionale continuent d'entraver la croissance économique, limitant ainsi la portée des investissements étrangers. Le déficit de la balance courante de la Jordanie, qui représentait 6,7 % du PIB en 2022, devrait se réduire à 4,8 % du PIB en 2023 et à 4 % en 2024. La position extérieure du pays reste fragile compte tenu des besoins de financement considérables. L'inflation est tombée à 0,4 % en 2020, contre 0,7 % un an plus tôt, mais elle a augmenté pour atteindre 1,3 % en 2021 et 3,8 % en 2022. Elle devrait atteindre 3 % en 2023 et 2,5 % en 2024 dans un contexte de politiques monétaires rigoureuses et d'une demande atone.


Une croissance économique modeste, un taux de chômage élevé et une création d'emplois limitée soulèvent des inquiétudes quant à l'ampleur de la réduction de la pauvreté qui peut être accomplie. Malgré la faible contraction de l'économie en 2020, la reprise des ménages pourrait être lente et inégale. Les ménages les plus nombreux, les jeunes, les femmes, les travailleurs informels et ceux qui travaillent dans des secteurs de services à forte interaction verront probablement leurs revenus baisser plus longtemps (Banque mondiale, 2022). En 2023, le défi le plus immédiat du pays reste lié aux impacts économiques, sociaux et de santé publique de la pandémie de COVID-19. Outre la crise humanitaire et financière provoquée par l'afflux de réfugiés syriens, la Jordanie doit également faire face à un taux de chômage élevé, qui a encore augmenté pour atteindre 24,4 % à la fin de 2021 (FMI, 2022), à un taux de pauvreté élevé et à des niveaux d'inégalité importants. À long terme, le taux de chômage en Jordanie devrait se situer autour de 24 % en 2023 et de 20 % en 2024, selon les modèles économétriques de Trading Economics (Trading Economics, 2023). Le chômage touche beaucoup plus durement les titulaires d'un diplôme universitaire et les femmes, ce qui contribue à creuser les inégalités. Cependant, le développement de la Jordanie a bénéficié de l'aide internationale, car le pays a pu devenir un élément central de la stabilité au Proche et au Moyen-Orient, en assurant la paix sur les frontières qu'il partage avec ses pays voisins.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 47,5250,0252,6655,5958,69
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 2,52,62,73,03,0
PIB par habitant (USD) 4.6134.8515.1025.3765.657
Solde des finances publiques (en % du PIB) -5,0-4,4-4,3-4,2-3,6
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 94,193,891,989,586,2
Taux d'inflation (%) n/a2,72,62,52,5
Balance des transactions courantes (milliards USD) -4,17-3,78-2,86-2,23-1,76
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -8,8-7,6-5,4-4,0-3,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Dinar jordanien (JOD) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 0,070,070,080,070,07

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

L'agriculture représentait 4,7 % du PIB et employait 2 % de la population active en 2022 (Banque mondiale, 2023). Le manque d'eau constitue un obstacle au développement agricole. Les principales cultures sont le blé, l'orge, les lentilles, les tomates, les concombres, les aubergines, les agrumes, les olives, les fraises et le raisin. Les phosphates et le potassium sont les seules ressources naturelles du pays. Six gisements d'uranium, représentant 3 % des réserves mondiales, ont été découverts ces dernières années et le pays a signé une vingtaine d'accords internationaux dans le domaine de l'énergie atomique.

L'industrie a contribué à hauteur de 23,7 % au PIB et employait environ 24 % de la main-d'œuvre en 2022 (Banque mondiale, 2023). L'exploitation des mines et des carrières (principalement le phosphate et la potasse) figure parmi les principales industries. Le secteur manufacturier est plutôt limité et dominé par le textile, un secteur actuellement en crise en raison de la concurrence internationale.

Le secteur des services, qui emploie 61,1 % de la main-d'œuvre, contribuait à 61,6 % du PIB en 2023 (Banque mondiale, 2023). Les technologies de la communication et les services financiers sont particulièrement actifs dans le pays. Les secteurs de la distribution et des infrastructures touristiques contribuent également de manière substantielle au PIB, bien qu'ils aient connu un ralentissement ces dernières années. Les secteurs de la construction et des transports sont en constante expansion.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 3,2 17,6 79,1
Valeur ajoutée (en % du PIB) 4,7 24,5 61,2
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 3,3 3,3 2,2

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2024 (e)2025 (e)2026 (e)
Taux de chômage (%) 0,00,00,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 2.585.0202.649.6372.595.850

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 41,70%41,75%41,78%
Taux d'activité des hommes 67,42%67,36%67,26%
Taux d'activité des femmes 15,21%15,38%15,56%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
64,6/100
Rang mondial :
69
Rang régional :
6

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
5.33/10
Rang mondial :
65/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
6/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
129/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Ad-Dastour (en arabe)
Jordan Times
Al Ra'i (en arabe)
Les ressources utiles
Ministère de l'Economie, de l'Industrie et du Commerce
Ministère des Finances
Banque Centrale de Jordanie
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Décembre 2023