drapeau Libye Libye : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

L'économie libyenne dépend presque entièrement des exportations de pétrole et de gaz, qui représentent environ 95 % des exportations et des recettes publiques. En 2020, l'économie a connu une contraction importante en raison d'un blocus pétrolier et d'une baisse des prix du pétrole. Cette situation a entraîné un creusement des déficits extérieur et budgétaire, ainsi qu'une diminution des réserves de change. Cependant, plus récemment, un rebond des prix du pétrole et la reprise de la production pétrolière ont entraîné des excédents budgétaires et des comptes courants en 2021 et 2022. Le produit intérieur brut, étroitement lié à la production pétrolière, est resté volatil tout au long de cette période. Selon les dernières estimations du FMI, la croissance du PIB a atteint 12,5 % en 2023 et devrait enregistrer des hausses de 7,5 % et 6,9 % en 2024 et 2025, respectivement, bien que les risques soient orientés à la baisse.

Depuis la révolution, la production et les revenus pétroliers ont connu d'importantes fluctuations. Malgré ces difficultés, la Banque centrale de Libye (CBL) a réussi à maintenir un stock substantiel de réserves internationales. Ce résultat a été obtenu grâce à la combinaison d'un taux de change fixe, de contrôles des capitaux et d'accords temporaires. Notamment, la Libye n'a pas de dette publique et compte sur le financement monétaire pour couvrir les déficits pendant les années où les recettes pétrolières sont insuffisantes pour couvrir les dépenses. Les dépenses du gouvernement sont largement allouées aux salaires du secteur public, avec environ 2,2 millions de personnes, représentant un tiers de la population, employées nominalement par le secteur public. La hausse des prix du pétrole, l'augmentation de la production et l'amélioration de la situation sécuritaire ont stimulé les recettes en 2021 et 2022. Cette tendance positive a plus que compensé l'impact de la suppression d'une taxe sur les transactions en devises à la suite de la dévaluation. En conséquence, les dépenses d'investissement ont été limitées et les excédents budgétaires se sont élevés à 4,4 milliards USD en 2021 et à 6,4 milliards USD en 2022 (FMI). L'inflation est passée de 1,5 % en 2020 à 4,5 % en 2022, en grande partie en raison de la hausse des prix des denrées alimentaires au niveau mondial, et a été estimée à 3,4 % en 2023 par le FMI.

L'inflation continue et la faible production de pétrole ont exacerbé la pauvreté dans un pays déjà ravagé par la guerre civile et des attaques terroristes répétées. Le gouvernement de Tripoli a mis en œuvre une politique active de création d'emplois, en particulier dans le secteur public, mais, selon le ministère du travail, le taux de chômage atteint 20 %, et environ la moitié des jeunes et un quart des femmes restent sans emploi.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 43,2945,0148,2250,5652,29
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -8,310,27,86,94,2
PIB par habitant (USD) 6.3886.5766.9757.2417.414
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 0,00,00,00,00,0
Taux d'inflation (%) 4,53,42,92,92,9
Balance des transactions courantes (milliards USD) 12,407,069,8310,519,38
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 28,615,720,420,817,9

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Dinar libyen (LYD) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 0,140,140,150,150,15

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

La Libye compte 6,7 millions d'habitants et 2,3 millions de travailleurs. La part de l'agriculture dans l'économie libyenne est négligeable, représentant 1,6 % du PIB et employant 9 % de la main-d'œuvre (Banque mondiale). Les principaux produits sont le blé, l'orge, les olives, les dattes, les agrumes, les légumes, les arachides, le soja et le bétail. Les conditions climatiques arides et la mauvaise qualité du sol limitent considérablement la production agricole. La principale limite à la production agricole est le paysage, avec seulement environ 12 % des 15,4 millions d'hectares cultivables. Bien que 470 000 hectares soient considérés comme aptes à l'irrigation, seuls 240 000 hectares environ sont actuellement irrigués, principalement en raison des craintes concernant l'épuisement des sources d'eau souterraines. Les céréales sont cultivées dans les régions côtières, où la production pluviale ou la culture avec irrigation d'appoint est possible, ainsi que dans certaines zones arides du sud, où l'irrigation est totale.

L'industrie est l'épine dorsale de l'économie libyenne en raison de la puissance de l'industrie pétrochimique. Elle représente 80,3 % du PIB et emploie 23 % de la population active (Banque mondiale). La production comprend le pétrole, les produits pétrochimiques, l'aluminium, le fer, l'acier, l'industrie alimentaire, le textile, l'artisanat et le ciment. L'industrie manufacturière est sous-développée (3 % du PIB). Bien que l'industrie pétrochimique libyenne, et en particulier les exportations de pétrole du pays, aient été affectées par la pandémie et la chute des prix du pétrole, le secteur a montré des signes de reprise : L'entreprise publique libyenne National Oil Corporation (NOC) a annoncé que le pays avait extrait plus de 432 millions de barils de pétrole brut en 2023. De plus, la NOC a étudié les chiffres de production d'autres produits liés au pétrole, dont près de 1,24 milliard de mètres cubes de gaz naturel, près de 2,43 millions de tonnes de condensats, près de 6,17 millions de tonnes de produits pétroliers et 682 595 tonnes de produits pétrochimiques pour la même année.

Les services représentent 25,2 % du PIB et leur part dans l'emploi total s'élève à 68 % (Banque mondiale). Bien qu'il s'agisse du deuxième secteur le plus important en Libye, des industries importantes, telles que le tourisme et le commerce de détail, sont considérablement sous-développées. Les services financiers et les transports représentent toutefois une part importante du secteur des services. Selon le FMI, en 2023, le secteur bancaire libyen est qualifié de rudimentaire. Le pays compte 20 banques, dont les actifs combinés s'élèvent à environ 143 milliards de LYD. Les prêts et les facilités de crédit représentent moins de 15 % du total des actifs du secteur bancaire, tandis que la majorité, environ 60 %, est constituée de soldes détenus à la Banque centrale de Libye (CBL).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 16,3 19,3 64,4
Valeur ajoutée (en % du PIB) 1,6 80,3 25,5
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 10,0 -9,9 15,0

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

La population active en chiffres

201820192020
Population active 2.380.6972.422.9442.389.259

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 52,72%52,79%52,80%
Taux d'activité des hommes 68,67%68,79%68,83%
Taux d'activité des femmes 36,45%36,47%36,46%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Classement :
Administré

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
3.44/10
Rang mondial :
81/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
6/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
165/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Libya Monitor
The Libya Observer
Libya Herald
Agence de presse libyenne (appartenant à l'État)
Les ressources utiles
Ministère des finances (en Arabe)
Ministère de l'Economie (en arabe)
Ministères des affaires étrangères (en Arabe)
Banque Centrale de Libye
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2024