drapeau Madagascar Madagascar : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Malgré sa richesse en ressources naturelles, Madagascar fait partie des pays les plus pauvres du monde. L'instabilité politique, la faiblesse des institutions et la mauvaise gouvernance ont été des obstacles à la croissance économique du pays. L'activité économique, qui affichait un certain dynamisme jusqu'en 2019, s'est contractée à environ -6,1% en 2020 en raison de l'épidémie de COVID-19 (FMI). L'activité économique s'est progressivement redressée en 2021, avec une croissance du PIB estimée à 2,9 %, soutenue par les secteurs des mines, du textile et des services (FMI). La croissance devrait encore se renforcer pour atteindre 4,8 % en 2022 et 5,1 % en 2023 (FMI). Les facteurs de risque qui peuvent affecter la croissance comprennent la fragilité sociale, les déséquilibres budgétaires et la vulnérabilité aux chocs extérieurs.

L'économie de Madagascar a été durement touchée par la pandémie de COVID-19, en raison de la baisse des activités touristiques, des exportations et de la demande intérieure. Comme les recettes fiscales ont fortement diminué, la situation budgétaire s'est détériorée, le solde primaire intérieur passant d'un léger excédent à un déficit. En 2021, l'économie a commencé à se redresser, mais les finances publiques ont continué de se détériorer. Le déficit public a atteint 6,6% du PIB en 2021 et devrait atteindre 6,1% du PIB en 2022 selon le budget 2022. La dette publique (presque exclusivement concessionnelle) est passée de 46 % du PIB en 2020 à 48,8 % du PIB en 2021, mais reste soutenable. Elle devrait encore augmenter pour atteindre 49,3 % du PIB en 2022 et 49,4 % du PIB en 2023 (FMI). Principalement tirée par les produits alimentaires et les importations, l'inflation est passée de 4,2 % en 2020 à 6 % en 2021, et devrait atteindre 6,4 % en 2022 et 6,2 % en 2023 (FMI). Le FMI a appelé à une action politique rapide pour soutenir les plus démunis. En mars 2021, le FMI et les autorités malgaches se sont mis d'accord sur un programme à moyen terme d'environ 320 millions de USD dans le cadre de la facilité élargie de crédit (FEC). Ce programme vise à soutenir la reprise, à préserver la stabilité macroéconomique, à reconstruire l'espace budgétaire et à faire avancer les réformes. Les autorités se sont également engagées à poursuivre le Madagascar Emergence Plan 2019/2023, qui est pour le moment retardé et qui vise à stimuler la croissance économique du pays à travers une augmentation des investissements publics et privés, un renforcement du capital humain et une amélioration de la gouvernance. Parmi les défis socio-économiques persistants du pays figurent la pauvreté, la corruption et le déficit d'infrastructures.

L'OIT estime le taux de chômage à Madagascar en 2020 à 1,9% de la population active totale, mais les conditions de vie à Madagascar restent parmi les plus difficiles au monde. Selon la Banque mondiale, l'extrême pauvreté concernait près des trois quarts de la population en 2019, et la pandémie a aggravé la situation. La famine en cours dans le sud du pays est une préoccupation majeure. Les Malgaches ont une faible espérance de vie en raison de mauvaises conditions de vie, notamment en matière d'assainissement et d'hygiène. Selon WaterAid Madagascar, environ 70% de la population n'a pas accès à un assainissement adéquat et 89% des Malgaches n'ont pas accès à des toilettes modernisés. En conséquence, il existe un risque élevé de propagation des principales maladies infectieuses au sein de la population. Plus de la moitié des enfants du pays souffrent d'une forme grave de malnutrition. En outre, le pays reste extrêmement vulnérable aux chocs climatiques, tels que les ouragans, les inondations, les infestations acridiennes et les crises de santé publique. Le sud du pays est confronté à des problèmes de sécurité en raison de vols à main armée de bétail.

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 14,1113,18e14,1015,4016,78
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 4,4-6,12,94,85,1
PIB par habitant (USD) 512462e499531565
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 38,546,048,849,349,4
Taux d'inflation (%) 5,64,26,06,46,2
Balance des transactions courantes (milliards USD) -0,32-0,70-0,82-0,70-0,72
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -2,3-5,3e-5,8-4,6-4,3

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Ariary Malgache (MGA) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 323,89321,51355,29376,91398,85

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

Madagascar est le premier exportateur de vanille au monde. L'agriculture, y compris la pêche et la sylviculture, représente 25,1% du PIB et emploie 64% de la population selon les données de la Banque mondiale (même si la majorité des habitants pratiquent une agriculture de subsistance). La culture principale est le riz, cultivé sur près de la moitié des terres agricoles. Les principaux autres produits agricoles sont : le café, la canne à sucre, les clous de girofle, le cacao, le manioc, les haricots, les bananes, les arachides et les produits de l'élevage. Le secteur agricole est limité par une faible productivité due à l'utilisation minimale des techniques agricoles modernes, au manque d'infrastructures et à une grande vulnérabilité aux fluctuations climatiques, mais bénéficie de nombreux investissements en cours visant à relever ces défis. La déforestation et l'érosion, aggravées par l'utilisation excessive de bois de chauffage, sont très préoccupantes.

Le secteur industriel contribue à 19,5% du PIB et emploie 9% de la population active (Banque mondiale). Elle est dominée par l'exploitation minière (pierres précieuses dont rubis, saphirs, émeraudes, etc.), le textile et l'agro-industrie. Les autres secteurs d'activité comprennent la fabrication de savon, la verrerie, le ciment, l'assemblage automobile, le papier et le pétrole.

Le secteur tertiaire contribue à 49,6% du PIB et emploie 27% de la population active. Le commerce a bien performé ces dernières années (avec une croissance d'environ 5% par an), ainsi que le tourisme, qui est l'un des principaux atouts du pays et dont le potentiel est encore inexploité.

L'économie de Madagascar a souffert de la pandémie de COVID-19. Le tourisme, l'exploitation minière, la production de vanille et le textile ont été les secteurs les plus touchés.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 64,1 8,7 27,1
Valeur ajoutée (en % du PIB) 24,1 13,3 57,0
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 0,7 -20,6 -4,0

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

La population active en chiffres

201820192020
Population active 13.408.23913.818.21213.850.442

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 87,38%87,26%87,15%
Taux d'activité des hommes 90,01%89,81%89,61%
Taux d'activité des femmes 84,79%84,75%84,72%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
Pour plus de statistiques
Banque mondiale
Pour plus d'information sur le marché du travail
Perspective Monde

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
57,7/100
Rang mondial :
112
Rang régional :
17

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
3/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
57/180

Source : Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Allafrica, Madagascar News
Sites d'informations sur Madagascar
Midi-Madagasikara
Madagascar-Tribune
La Gazette de la Grande Ile
L'Express de Madagascar
Lakroa (Cross)
Les ressources utiles
Ministère de l’économie et des finances
Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage
Ministère de l'Eau, de l'Assainissement et de l'Hygiène
Ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat
Ministère des transports, du tourisme et de la météorologie
Ministère de l'Energie et du Pétrole
Banque Centrale
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022