drapeau Maroc Maroc : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Ces dernières années, l'économie marocaine s'est caractérisée par une stabilité macroéconomique et de faibles niveaux d'inflation, s'appuyant principalement sur les exportations, un boom de l'investissement privé et du tourisme. Cependant, le choc du COVID-19 a plongé l'économie marocaine dans sa première récession depuis 1995. L'économie du pays a rebondi en 2021 avec une croissance estimée à 5,7 % grâce à un effet de base et à une performance extraordinaire du secteur agricole, plutôt qu'à une accélération généralisée de l'activité économique (le secteur des services était encore faible, freiné par la sous-performance de l'industrie touristique relativement importante du Maroc). Le PIB devrait retrouver son niveau d'avant la pandémie d'ici 2022, le FMI prévoyant une croissance de 3,1 % cette année et de 3,7 % en 2023, bien que ce scénario de référence soit soumis à une forte incertitude, notamment en raison de la crise sanitaire mondiale, qui a conduit à la fermeture des frontières du pays fin 2021.

Les dépenses courantes de santé et de protection sociale ont connu une forte augmentation afin de contrebalancer les effets de la pandémie, stoppant ainsi les efforts de consolidation budgétaire entrepris par le gouvernement national ces dernières années. Le déficit budgétaire a été estimé à 5,6 % en 2021, et il devrait diminuer légèrement à 5,3 % cette année et 4,9 % en 2023 en raison du rebond du PIB. De même, le ratio de la dette au PIB a grimpé à 75,8 % en 2021 (contre un niveau pré-pandémique de 65,1 %) et devrait rester sensiblement stable autour de 76,6 % sur l'horizon de prévision (FMI). Afin de soutenir les entreprises et les particuliers qui se remettent de l'impact du coronavirus, le gouvernement a mis en place un fonds d'investissement stratégique d'une valeur de 4,8 milliards de dollars, ainsi que d'autres mesures pour aider les personnes travaillant dans le secteur informel, l'émission de garanties partielles aux banques pour prêts accordés aux entreprises, une baisse du taux d'intérêt de référence de la Banque centrale de 75 points de base (à un niveau historiquement bas de 1,5 %) et des injections directes de liquidités dans le système financier. En outre, le pays s'est assuré un bon accès au financement extérieur, grâce à d'importants décaissements multilatéraux et à deux ventes réussies d'obligations souveraines qui ont renforcé les réserves de change. L'inflation a augmenté à 1,4 % en 2021 dans un contexte de hausse des prix mondiaux de l'énergie et ne devrait diminuer que légèrement en 2022 avant d'accélérer à nouveau l'année suivante (1,2 % et 1,6 % - FMI).

Malgré ses niveaux élevés, le taux de chômage avait diminué ces dernières années ; cependant, la propagation de la pandémie a provoqué une poussée, avec un chômage estimé à 12 % fin 2021 (contre 10,2 % avant la pandémie), malgré les efforts du gouvernement pour soutenir l'économie. Dans un contexte mondial très instable, le FMI prévoit une baisse progressive du taux de chômage pour atteindre 11,5 % cette année et 11 % en 2023. Selon la Commission supérieure marocaine du plan, le chômage touche particulièrement les jeunes (15-24 ans – à 26 %) et les jeunes diplômés. Le taux de pauvreté reste l'un des plus élevés de la région méditerranéenne, avec 15% de la population vivant sous le seuil de pauvreté.

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 119,87e114,60126,04132,65140,72
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 2,6-6,35,73,13,7
PIB par habitant (USD) 3.3683.188e3.4713.6173.801
Solde des finances publiques (en % du PIB) -3,8-5,3e-5,6-5,3-4,9
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 65,175,4e75,876,676,6
Taux d'inflation (%) 0,20,61,41,21,6
Balance des transactions courantes (milliards USD) -4,41-1,68e-3,87-4,32-5,38
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -3,7-1,5e-3,1-3,3-3,8

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Dollar américain (USD) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 0,100,100,110,100,11

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

Compte tenu de la richesse du sol marocain, l'économie est dominée par le secteur agricole, qui emploie près de 33,2% de la population active et contribue à 11,7% du PIB (Banque mondiale, dernières données disponibles). L'orge, le blé, les agrumes, le raisin, les légumes, l'arganier, les olives, l'élevage et le vin sont les principales cultures du pays. Ces dernières années, le gouvernement a mis l'accent sur ce secteur, à travers son "Plan Maroc Vert" et le Fonds de Développement Agricole. Le secteur a bien performé en 2021 : selon des sources officielles, la production de blé de 2021 était estimée à près de 7,2 millions de tonnes, soit environ 50 % au-dessus de la moyenne et près de trois fois plus que la récolte frappée par la sécheresse en 2020 ; la production d'orge en 2021 est estimée à 2,6 millions de tonnes, soit près de quatre fois la quantité récoltée l'année précédente ; à 10 millions de tonnes, la production céréalière de 2021 a dépassé de plus de 60 % la moyenne quinquennale. La production céréalière du pays est très variable, les barrages locaux assurant l'irrigation de seulement 15 % des terres agricoles et la production agricole pluviale représentant 85 % de la production totale (FAO).

Le Maroc dispose d'une quantité relativement faible de ressources minérales, les phosphates étant sa principale source de richesse. L'industrie contribue à 26,1% du PIB et emploie 23% de la population active. Les principaux secteurs sont le textile, la maroquinerie, l'agroalimentaire, le raffinage du pétrole et l'assemblage électronique. Cependant, de nouveaux secteurs sont en plein essor : la chimie, les pièces automobiles, l'informatique, l'électronique et l'industrie aérospatiale. L'industrie automobile, en particulier, a connu une croissance au cours de la dernière décennie, avec une croissance annuelle à deux chiffres en termes de création d'emplois et d'exportations (devenant le principal secteur exportateur du pays et le principal hub automobile d'Afrique). L'émergence de nouvelles industries devrait permettre au pays de réduire sa dépendance vis-à-vis du secteur agricole. Le secteur industriel marocain est le plus grand bénéficiaire des investissements directs étrangers.

Le secteur des services représente un peu plus de la moitié du PIB et emploie 43,6 % de la population active. Il est tiré par l'immobilier et le tourisme, très dynamiques ces dernières années (représentant environ 11% du PIB et atteignant un record de près de 13 millions d'arrivées en 2019). Néanmoins, les activités tertiaires ont enregistré une tendance à la baisse suite à l'apparition de la pandémie de COVID-19, avec une performance touristique particulièrement faible : selon les derniers chiffres officiels, sur les huit premiers mois de 2021, le nombre de recettes touristiques a diminué de 61,5 % par rapport à la même période en 2019.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 33,3 23,1 43,7
Valeur ajoutée (en % du PIB) 12,2 25,3 51,2
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -7,0 -5,6 -7,4

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 20212022 (e)2023 (e)
Taux de chômage (%) 12,011,511,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 11.914.87112.084.53011.523.035

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 48,57%48,65%48,73%
Taux d'activité des hommes 74,84%74,86%74,90%
Taux d'activité des femmes 23,14%23,26%23,37%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
Employés, par type de métier (% de la population active) 2014
Agriculture, chasse et sylviculture 37,2%
Intermédiation financière 22,1%
Commerce de gros et de détail; réparation de véhicules automobiles, de motocycles et de biens personnels et domestiques 17,9%
Activités de fabrication 10,9%
Construction 6,8%
Transports, entreposage et communications 4,9%
 
Pour plus de statistiques
Haut Commisariat au Plan
L'économiste
Pour plus d'information sur le marché du travail
Banque Mondiale

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
63,3/100
Rang mondial :
81
Rang régional :
9

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
5.48/10
Rang mondial :
61/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
5/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
136/180

Source : Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Morocco World News
Emarrakech
Les ressources utiles
Ministère de l'Economie et des Finances
Ministère de l'Industrie et du Commerce
Ministère de la Réforme Administrative
Ministère des Transports et des Equipements
Ministère de l'Energie et des Mines
Département du Tourisme
Département de la Gouvernance et des Affaires Générales
Banque Al-Maghrib
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Juin 2022