drapeau Mozambique Mozambique : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'économie du Mozambique a enregistré des taux de croissance moyens supérieurs à 7% du PIB sur la période 2000-2016, soutenus par les investissements étrangers, la croissance rapide du secteur minier et l'augmentation des réserves de charbon et d'hydrocarbures. Cependant, l'économie a ralenti, impactée par une crise de la dette souveraine, le passage de cyclones tropicaux et, plus récemment, la pandémie de Covid-19. Pour la première fois depuis trente ans, le PIB s'est contracté de -1,2% en 2020 (FMI). Soutenue par une croissance robuste de l'agriculture et de l'exploitation minière, ainsi que par une reprise des services avec l'assouplissement des restrictions liées au Covid, la croissance économique a repris modestement en 2021, atteignant 2,5 %. Elle devrait remonter à 5,3 % en 2022 et accélérer encore à 12,6 % en 2023, dopé par le démarrage de la production de gaz naturel liquéfié (GNL) sur le site offshore de Coral South (IMF). Cependant, une détérioration de la situation sécuritaire dans la province gazière de Cabo Delgado, une reprise de l'épidémie et la survenue de catastrophes naturelles constituent des risques pour le développpement économique du pays.

Alors que le Mozambique poursuivait toujours ses efforts de reconstruction après le passage de deux cyclones, l'économie s'est fortement contractée en raison de la pandémie de coronavirus. Le gouvernement a mis en place des mesures d'urgence telles que l'augmentation des dépenses de santé, le renforcement de la protection sociale des plus vulnérables et le soutien aux micro-, petites et moyennes entreprises (FMI), et il a bénéficié d'un financement d'urgence du FMI. Cette réponse rapide et efficace a permis à l'économie de se redresser en 2021. Cependant, le déficit public s'est creusé en raison de l'augmentation des dépenses liées à la situation sécuritaire et humanitaire dans le nord du pays, au Covid et à cause d'une réforme des rémunérations du secteur public (FMI). Le déficit s'élevait à -6,2 % du PIB en 2021 et devrait diminuer à -4,5 % du PIB en 2022 (Coface). L'équilibre budgétaire primaire devrait être atteint en 2026, après l'augmentation des revenus du GNL (FMI). La dette publique, déjà très élevée, a encore augmenté pour atteindre 133,6% du PIB en 2021 (FMI). Elle devrait diminuer lentement pour atteindre 127,6 % du PIB en 2022 et 115,3 % du PIB en 2023 (FMI), mais toujours à des niveaux inquiétants. Des progrès ont été accomplis dans la restructuration de la dette, mais le Mozambique reste un pays surendetté. L'inflation est passée d'environ 3,1 % en 2020 à 6,2 % en 2021, en raison de facteurs saisonniers, des contraintes de la chaîne d'approvisionnement et de la hausse des prix internationaux des denrées alimentaires et du carburant (FMI). Le resserrement de la politique monétaire a permis de maintenir l'inflation dans les limites de l'objectif de la banque centrale de moins de 10 %. Selon les estimations du FMI, l'inflation devrait atteindre 6,4 % en 2022 avant de redescendre à 5,5 % en 2023. Bien que les réserves de change et de metical se soient stabilisées, l'important déficit du compte courant expose le pays aux chocs externes. Les priorités du gouvernement sont l'assainissement budgétaire et la réduction de la dette. Le budget 2022 prévoit des réductions de dépenses et les autorités espèrent améliorer les recettes fiscales. Un projet de création d'un fonds souverain alimenté par les revenus des hydrocarbures pourrait permettre d'améliorer la gestion des ressources du pays. Le pays est en pourparlers avec le FMI pour une facilité de crédit élargie afin d'alléger les charges inhérentes à son financement.

Le taux de chômage était estimé à 3,4% en 2020 selon la Banque mondiale (estimation modélisée de l'OIT). Or, selon la Banque africaine de développement, le taux de chômage était de 25 % en 2018, et chez les jeunes il atteignait 30 %. Les inégalités sociales s'accroissent et une grande partie de la population vit dans la pauvreté (plus de 63% selon la BAD), notamment en milieu rural. La province septentrionale de Cabo Delgado, où plus de 800 000 personnes ont été déplacées en raison du terrorisme, a été particulièrement touchée par une insécurité alimentaire accrue (FMI).

 
Indicateurs de croissance 20202021 (e)2022 (e)2023 (e)2024 (e)
PIB (milliards USD) 14,1615,7817,8719,6221,76
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -1,22,33,74,98,2
PIB par habitant (USD) 454492542579624
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 120,0106,4102,4102,699,8
Taux d'inflation (%) 3,15,711,38,68,2
Balance des transactions courantes (milliards USD) -3,87-3,62-8,20-7,78-8,45
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -27,3-22,9-45,9-39,6-38,8

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Metical mozambiquais (MZM) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 6,436,566,436,527,32

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

Le Mozambique est riche en ressources naturelles et produit une grande variété de produits agricoles. Il bénéficie d'immenses gisements de gaz offshore découverts en 2010, qui pourraient faire du pays l'un des principaux producteurs de GNL en Afrique subsaharienne. Il possède également d'importantes réserves de charbon et un potentiel hydroélectrique important. Enfin, il possède les plus grandes réserves de tantalite au monde. Le Mozambique est le 13e producteur de manioc et le 18e producteur d'oléagineux au monde (FAO, 2020). Bien que l'agriculture emploie 70 % de la population active du pays, elle ne représente que 25,6 % du PIB (Banque mondiale, 2020). La plupart de la production agricole provient d'exploitations familiales, mais le secteur est particulièrement vulnérable aux catastrophes naturelles telles que les sécheresses et les inondations. Les principales cultures du pays sont le maïs, le manioc, les haricots, le riz et une variété de légumes et d'oléagineux.

Les ressources naturelles du Mozambique comprennent du gaz et du charbon récemment découverts, du minerai de fer de haute qualité, de l'or, de la bauxite, du graphite, du marbre et de la tantalite, un minéral rare. Le secteur manufacturier est encore faible et dominé par la production de la fonderie d'aluminium Mozal. Globalement, le secteur industriel contribue à 21,8% du PIB du pays et emploie 9% de la population active.

Le secteur des services représente 41,5 % du PIB et emploie un cinquième de la main d'oeuvre disponible (21 % du PIB). Le tourisme est la principale industrie, même si ses performances sont encore bien en deçà de son potentiel. Outre l'expansion des services financiers, le secteur tertiaire compte un nombre croissant de micro-entreprises de détail.
La pandémie de COVID-19 a provoqué d'importantes perturbations, affectant principalement les secteurs des services, des transports, de l'agriculture, de l'industrie et des communications (FMI).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 70,2 8,6 21,2
Valeur ajoutée (en % du PIB) 26,0 22,9 39,9
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 2,6 -6,3 -2,4

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

La population active en chiffres

201820192020
Population active 12.771.95813.188.55013.310.127

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 78,73%78,52%78,33%
Taux d'activité des hommes 79,41%79,08%78,77%
Taux d'activité des femmes 78,11%78,02%77,93%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
51,6/100
Rang mondial :
153
Rang régional :
36

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
4/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
108/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Allafrica, Mozambique News
Sites d'informations du Mozambique
Profil pays de la BBC, Mozambique
Les ressources utiles
Ministère de l’agriculture et du développement rural
Ministère de l’énergie et des ressources minérales
Ministère de la culture et du tourisme
Ministère de l’industrie et du commerce
Ministère de l'économie et des finances
Banque Centrale
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Décembre 2022