drapeau Nicaragua Nicaragua : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières prévisions sur les impacts économiques causés par la pandémie de coronavirus, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19" pour les réponses économiques clés des gouvernements.

Le Nicaragua est le pays le plus pauvre d'Amérique centrale et est classé parmi les pays pauvres très endettés (PPTE) par le FMI et la Banque mondiale. En 2021, le Nicaragua a enregistré un taux de croissance estimé à 5 %, principalement dû aux envois de fonds des expatriés en provenance des États-Unis, qui soutiennent la consommation des ménages dans un contexte de ralentissement du marché du travail dans le pays. Selon le FMI, la croissance du PIB devrait ralentir à 3,5 % en 2022 et à 2,2 % en 2023.

Le FMI a calculé que la dette brute s'élevait à 49,5 % du PIB en 2021, et prévoit qu'elle devrait diminuer à 48,1 % en 2022 et à 48,9 % en 2023. Le taux d'inflation a augmenté à 4,1 % en 2021, mais il devrait baisser à 3,6 % en 2022 et à 3,5 % en 2023. Le déficit budgétaire du Nicaragua, la faiblesse des liquidités extérieures et le risque pays plus élevé nuisent aux performances économiques du pays. Au cours des années précédentes, l'économie nicaraguayenne a connu une croissance dynamique tirée par la consommation et les investissements dans les secteurs de l'énergie et de l'industrie manufacturière, les dépenses publiques, la consommation intérieure, une production agricole plus importante et des échanges commerciaux soutenus avec les États-Unis (son principal marché d'exportation et son principal investisseur). Néanmoins, l'instabilité sociale découlant des protestations politiques a affecté le tourisme et entraîné une hausse du taux de chômage. Le Nicaragua s'efforce depuis des années de réduire les investissements et de financer ses dépenses courantes. Le gouvernement cherche également à réduire sa dépendance au pétrole vénézuélien en développant les énergies renouvelables. Avec le soutien du FMI, le Nicaragua a poursuivi des réformes structurelles et une politique de discipline budgétaire, permettant au pays d'établir un certain degré de stabilité macroéconomique. Cependant, les tentatives d'améliorer l'environnement des affaires ont été insuffisantes, les institutions sont faibles, le système judiciaire est inefficace et la corruption est présente. En outre, le gouvernement a augmenté les taxes sur les cigarettes et la bière, ainsi que l'impôt sur les bénéfices des entreprises, mais il est peu probable que ces mesures permettent de collecter autant de recettes que prévu. En 2021, pour atténuer l'impact du COVID-19, le gouvernement a continué à mettre en œuvre une série de mesures fiscales en donnant la priorité aux programmes visant à renforcer le filet de sécurité sociale, y compris la fourniture de colis alimentaires aux familles vulnérables. En outre, la Banque centrale du Nicaragua a réduit son taux de référence de prise en pension de 300 points de base, réduit temporairement les réserves obligatoires en monnaie nationale et mis à jour son plan de continuité des activités liées au COVID-19 pour garantir la continuité des opérations financières, de trésorerie, comptables et administratives. Dans l'ensemble, les mesures budgétaires prises par le Nicaragua pour atténuer les effets de la pandémie ont permis de stimuler l'activité économique, qui s'est progressivement redressée.

Selon le FMI, le taux de chômage a été fortement affecté par l'impact économique négatif de la pandémie de COVID-19, et a atteint 11 % en 2021. Toutefois, ce taux devrait diminuer au cours des deux prochaines années, pour atteindre 7,5 % en 2022 et 7,1 % en 2023. Cependant, même si les taux de chômage sont relativement bas, près de la moitié des personnes employées sont en fait sous-employées, et la pauvreté est très répandue. Les problèmes sociaux comprennent des taux de violence élevés, de fortes inégalités sociales, une extrême pauvreté, une forte économie informelle, des troubles civils, des brutalités policières et un manque de liberté de la presse. D'un autre côté, le taux d'homicide est faible et a diminué ces dernières années.

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 12,6312,6213,4013,9514,32
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -3,7e-2,0e5,03,52,2
PIB par habitant (USD) 1.9341.9432.0472.1092.144
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 41,7e47,9e49,548,148,9
Taux d'inflation (%) 5,43,7e4,13,63,5
Balance des transactions courantes (milliards USD) 0,750,960,560,560,53
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 6,07,6e4,14,03,7

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Cordoba Oro du Nicaragua (NIO) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 2,923,103,363,453,62

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 30,6 16,2 53,2
Valeur ajoutée (en % du PIB) 15,8 25,1 49,3
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 0,8 -1,7 -3,0

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 20212022 (e)2023 (e)
Taux de chômage (%) 11,17,57,2

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 3.007.3383.060.5963.028.201

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 69,26%69,40%69,53%
Taux d'activité des hommes 86,01%86,50%86,94%
Taux d'activité des femmes 53,27%53,06%52,86%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
56,3/100
Rang mondial :
125
Rang régional :
23

Liberté Economique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
4/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
121/180

Source : Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
El Nuevo Diario (en espagnol)
La Prensa (en espagnol)
Confidencial (en espagnol)
The Tico Times (en anglais)
Today Nicaragua (en espagnol)
Journaux en ligne du Nicaragua
Sites Internet du Nicaragua
Les ressources utiles
Ministère des finances et du Crédit public(Espagnol)
Ministère de l'Intérieur
Banque Centrale
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022