drapeau Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Le PIB de la Nouvelle-Zélande est tombé à -2,1 % en 2020 en raison de l'épidémie de COVID-19. Néanmoins, la croissance est revenue à +5,6% en 2021 avant de redescendre à 2,3% en 2022. Elle ne devrait atteindre que 1,9% en 2023 et 2% en 2024 selon les prévisions actualisées du FMI de janvier 2023. Le pays compte beaucoup sur la consommation pour soutenir son PIB, bien que des taux d'intérêt bas, une politique budgétaire et monétaire bienveillante et des augmentations des salaires réels dues à la baisse du chômage, contribuent également à sa croissance économique. Sa proximité avec l'Asie et l'Australie, ainsi que des secteurs agricoles solides renforcent également l'économie. L'environnement entrepreneurial du pays est l'un des plus efficaces et compétitifs au monde.

Selon le FMI, le solde public a clôturé à -5% du PIB en 2021 et -4,8% en 2022 et devrait être ramené à -2,2% puis -1,4% en 2023 et 2024 respectivement. En raison de la pandémie, la dette publique a fortement augmenté, passant de 43,2 % du PIB en 2020 à 50,8 % du PIB en 2021 et 56,6 % en 2022. Elle devrait encore augmenter en 2023 pour atteindre 58,6 % avant d'atteindre 57,9 % en 2024. L'inflation est resté faible en 2021 à 3,9% mais a atteint 6,3% en 2022. Elle devrait redescendre à 3,9% et 2,6% au cours des deux prochaines années selon les dernières Perspectives de l'économie mondiale du FMI (janvier 2023). Les pressions inflationnistes se sont intensifiées au cours de l'année écoulée, la pandémie ayant perturbé à la fois la demande et l'offre, et elles ont atteint leur niveau le plus élevé en 30 ans en février 2022 (New Zealand Treasury, 2022). Les défis économiques comprennent la dépendance à l'égard des investissements étrangers, l'endettement élevé des ménages et des entreprises, la dépendance à la demande chinoise, l'insuffisance de travailleurs qualifiés, la faible R&D et la pénurie de logements. L'économie est également vulnérable aux cours internationaux des produits de base, en particulier les produits laitiers et la viande. Des fonds publics importants ont été alloués à la reconstruction des routes, des voies ferrées et au programme KiwiBuild. En outre, le gouvernement a restreint l'accès aux travailleurs peu qualifiés et aux visas étudiants pour atténuer la demande de logements, ce qui a fait craindre une pénurie de main-d'œuvre et une baisse de la croissance démographique.

En 2023, le défi le plus immédiat du pays reste lié aux impacts économiques, sociaux et de santé publique de la pandémie de COVID-19 ainsi qu'à la reprise après des phénomènes météorologiques violents et aux conséquences de la guerre en Ukraine. Le taux de chômage est passé de 4,2% en 2019 à 4,6% en 2020 mais est descendu à 3,8% en 2021 malgré l'impact économique négatif de la pandémie de COVID-19, et à 3,4% en 2022. Il devrait atteindre 3,9% en 2023 et 4,1% en 2024. Parmi les principaux problèmes sociaux auxquels le gouvernement néo-zélandais est confronté, citons la gestion du vieillissement de la population et l'augmentation des coûts des soins de santé, l'augmentation de l'emploi et des revenus des ménages, la réduction des grossesses chez les adolescentes et de la pauvreté infantile et l'augmentation de l'abordabilité du logement.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 242,02249,42247,54256,36269,46
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 2,71,11,02,12,2
PIB par habitant (USD) 47.22648.07247.22348.40750.361
Solde des finances publiques (en % du PIB) -4,8-5,4-5,5-3,4-1,6
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 46,446,149,952,352,0
Taux d'inflation (%) n/a4,92,72,52,3
Balance des transactions courantes (milliards USD) -21,87-19,67-16,15-15,22-13,96
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -9,0-7,9-6,5-5,9-5,2

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Dollar néo-zélandais (NZD) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 0,150,150,150,160,16

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

L'économie néo-zélandaise est basée sur l'agriculture et les services tels que le tourisme, le commerce de détail et le commerce de gros. Le secteur agricole est la plus grande industrie du pays, l'élevage pastoral et l'horticulture étant les catégories les plus importantes. L'agriculture représentait 5,7 % du PIB et 6 % de la main-d'œuvre totale en 2022 (Banque mondiale, 2023). Les principaux produits agricoles comprennent les produits laitiers (le pays est le 7e plus grand producteur de lait au monde en 2023), la viande, le bois, les fruits (principalement les pêches, les prunes, les nectarines, les drupes, les cerises, les abricots et les kiwis), les légumes, les fruits de mer, le blé, et l'orge. La Nouvelle-Zélande possède également une industrie viticole florissante et est riche de nombreuses ressources naturelles, notamment du gaz, du pétrole et du charbon. En moyenne, les migrants représentent 15 % de la main-d'œuvre agricole en Nouvelle-Zélande.

L'industrie représentait 20,4 % du PIB et 19 % de la population active en 2022 (Banque mondiale, 2023). Les principales industries comprennent les grumes et les articles en bois, la transformation des aliments, la fabrication, l'exploitation minière, le matériel de transport, la construction, la production d'aluminium et les produits en papier. Les maisons préfabriquées figurent en bonne place dans le programme de logement et de développement urbain de la Nouvelle-Zélande.

Le secteur des services représentait 65,6 % du PIB et employait 75 % de la population en 2022 (Banque mondiale, 2023). Les principaux services comprennent les services financiers, les services immobiliers et le tourisme - qui est l'une des principales sources de devises étrangères. Parmi les autres secteurs importants figurent le commerce de détail et de gros, les restaurants et les hôtels.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 6,1 20,0 73,9
Valeur ajoutée (en % du PIB) 5,7 19,7 66,7
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -0,5 3,9 5,9

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2024 (e)2025 (e)2026 (e)
Taux de chômage (%) 4,94,54,5

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 2.756.6192.787.4942.848.217

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 80,93%81,12%80,89%
Taux d'activité des hommes 85,77%85,77%85,17%
Taux d'activité des femmes 76,25%76,63%76,75%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
83,9/100
Rang mondial :
2
Rang régional :
2

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
8.04/10
Rang mondial :
12/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2021-2025

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Libre
Liberté politique :
1/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
8/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
National Business Review
The New Zealand Herald
La presse en ligne
Interest
Les ressources utiles
Ministère du Développement Economique
Ministère des affaires, de l'innovation et de l'emploi
Ministère des affaires étrangères et du commerce
Banque Centrale de Nouvelle-Zélande
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Novembre 2023