drapeau Ouzbékistan Ouzbékistan : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'Ouzbékistan met en œuvre des réformes économiques ambitieuses axées sur le marché, qui ont eu un impact positif sur l'économie avant 2020. Cependant, en 2020, le pays a enregistré sa pire performance économique en plus de deux décennies, principalement en raison de l’impact de la pandémie de COVID-19 (comme la faiblesse de la demande intérieure et de la consommation privée, ainsi qu’une baisse du tourisme et des envois de fonds des Ouzbeks de l’étranger). Néanmoins, la croissance du PIB est restée positive à 1,7% avant de rebondir à +6,1% en 2021. Elle devrait se stabiliser à ce niveau élevé en 2022 (5,4%) et 2023 (5,5%), sous réserve de la reprise économique mondiale post-pandémique. , la conclusion des réformes du marché ouvrant de nouvelles perspectives de croissance tirée par les exportations et remédiant aux goulots d'étranglement de la production et aux contraintes réglementaires. Le rebond des envois de fonds et l'augmentation des dépenses sociales devraient stimuler la demande intérieure en 2021. De plus, des ressources naturelles abondantes et variées, une dette publique faible, des réserves de change solides, des programmes d'investissement agressifs,  la croissance de la main-d’œuvre et une position géographique stratégique entre la Chine et l’Europe sont des facteurs supplémentaires du développement économique imminent de l’Ouzbékistan.

Selon le FMI, la dette publique a atteint environ 36,4 % du PIB en 2020 et 38,9 % en 2021, et devrait encore augmenter en 2022 (41 %) et se stabiliser en 2023 (40,5). Les augmentations périodiques des prix des services publics ont maintenu l'inflation à un niveau élevé en 2020 (12,9 %) et 2021 (11 %) et la reprise de la demande intérieure devrait maintenir l'inflation à un niveau élevé en 2022 (10,9 %) avant un ralentissement à 8,1 % en 2023 (FMI, octobre 2021). Un resserrement des politiques monétaires et de crédit sera nécessaire pour que l'inflation se modère dans les années à venir. Le déficit du compte courant de 3,96 milliards USD a augmenté en raison de la baisse des envois de fonds et d'un déficit commercial entraîné par les achats pour diversifier l'économie. En 2022, le déficit devrait encore augmenter avec le rebond des importations pour atteindre 4,1 milliards USD ou -5,6% du PIB. Les principaux défis économiques en Ouzbékistan comprennent le manque de diversification économique, la dépendance aux prix des produits de base, une importante économie informelle, une faible concurrence économique, un secteur bancaire sous-développé et l'intervention de l'État dans le crédit, les prix, les affaires administratives et douanières (COFACE, 2021). Le plan stratégique 2017-2021 du gouvernement comprend la réforme de la bureaucratie, l'établissement de l'état de droit, l'ouverture de l'économie et la promotion de l'éducation, de la santé et des infrastructures pour attirer les investissements privés et réduire à la fois le chômage et la pauvreté. Le gouvernement vise à transformer l'Ouzbékistan en un pays industrialisé à revenu intermédiaire de la tranche supérieure d'ici 2030, et a récemment annoncé des plans pour moderniser le secteur agricole, réduire sa propriété d'actifs et d'entreprises publiques et remédier aux contraintes sur les marchés financiers. En 2020, les efforts du gouvernement ouzbek pour atténuer l'impact économique de la pandémie de  COVID-19 comprenaient des dépenses supplémentaires pour les soins de santé (y compris pour les médicaments, les coûts des quarantaines et les suppléments de salaire pour les travailleurs de la santé) et l'aide sociale (car il y avait une augmentation du nombre de familles avec enfants et de familles à faible revenu recevant des prestations sociales), ainsi que le soutien financier international (de la Banque mondiale, du FMI et de la BAD). Le gouvernement a créé un fonds anti-crise de 1 milliard USD (environ 2% du PIB), réduit temporairement certains impôts, reporté le paiement des impôts fonciers, prolongé un moratoire sur les contrôles fiscaux et retardé les déclarations fiscales pour les impôts sur le revenu de 2019.


Selon le ministère de l'Emploi et des Relations de travail de l'Ouzbékistan, le taux de chômage était de 9,4 % en 2021. Cependant, ce taux sous-estime fortement la taille du secteur informel. Selon Coface, 58% de l'emploi se trouve dans le secteur informel, qui a été le plus durement touché par la pandémie de COVID-19. De plus, la croissance économique globale et l'urbanisation accrue de ces dernières années contredisent la persistance de la pauvreté. Le pays est menacé par des relations tendues depuis des décennies avec le Kirghizistan le long de la frontière. Cependant, l'émergence de liens économiques et le réchauffement des relations sociales entre les deux pays donnent l'espoir d'une résolution à l'amiable de la question. D'autres risques incluent la résolution des différends frontaliers, les problèmes d'eau et la sécurité alimentaire. L'expansion continue de l'aide sociale et des investissements publics pour améliorer les infrastructures rurales et les coûts de vaccination continueront d'augmenter les dépenses publiques en 2021. Cela sera partiellement compensé par une augmentation des recettes fiscales, minières et de privatisation, entraînant un déficit budgétaire global de 5,5. % du PIB en 2021. Les incertitudes liées à la COVID-19 et une prochaine réduction des taux de TVA en 2023 devraient contribuer à un déficit budgétaire plus élevé à moyen terme. Une reprise économique robuste, le retrait progressif des mesures anticrise et les réformes de l'administration fiscale visant à élargir l'assiette fiscale devraient contribuer à consolider les finances publiques et à stabiliser la dette à environ 40,5 % du PIB d'ici fin 2023.

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 59,91e59,93e65,5072,7680,97
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 5,7e1,7e6,15,45,5
PIB par habitant (USD) 1.801e1.767e1.9012.0792.277
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 28,336,438,941,040,5
Taux d'inflation (%) 14,512,911,010,98,1
Balance des transactions courantes (milliards USD) -3,37-3,01e-3,96-4,10-4,26
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -5,6-5,0e-6,0-5,6-5,3

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Soum d'Ouzbékistan (UZS) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 302,19195,02859,74920,501.058,70

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

L'Ouzbékistan emploie 14,4 millions d'habitants sur 34,2 millions d'habitants (Banque mondiale). L'agriculture joue un rôle majeur dans l'économie; elle représente 25,5% du PIB et emploie 25,7% de la population active totale. Les principaux produits agricoles sont le coton, le blé, l'orge, le riz, le maïs, la pomme de terre, les légumes, les fruits et le bétail. Le pays produit également de la soie et de la laine et tente de diversifier son agriculture vers les fruits et légumes. La Pologne, la Russie et les Pays-Bas ont renforcé leurs relations agricoles avec l'Ouzbékistan. Selon un rapport du Centre ouzbek de recherche et de réforme économiques et du Programme des Nations Unies pour le développement en Ouzbékistan, le secteur agricole a été le moins touché par la pandémie du COVID-19, avec les industries forestière et la pêche.

L'industrie représente 33,6% du PIB et emploie 23% de la main-d'œuvre totale (Banque mondiale). Les produits manufacturés comprenaient les textiles, la transformation des aliments, la construction de machines, la métallurgie, les mines, l'extraction d'hydrocarbures et les produits chimiques. Le pays est également riche en charbon, zinc, cuivre, tungstène, uranium et argent. Bien que le secteur industriel ait souffert de la pandémie, 43% du Fonds anti-crise ouzbek - un paquet économique mis en œuvre pour atténuer l'impact négatif de la pandémie sur l'économie du pays - a été alloué au secteur industriel, y compris les centrales thermiques, les réseaux d’énergie régionaux, les réseaux pétroliers et gaziers, transport aérien et industrie du caoutchouc.

Le secteur des services représentait 36% du PIB et emploie 51,3% de la population active totale (Banque mondiale). Les principaux services comprennent le transport et le tourisme. L'Ouzbékistan a été le quatrième pays à la croissance touristique la plus rapide en 2019 (+ 27,3%), recevant 6,7 millions de touristes (Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies). Cependant, en 2020, l'industrie du tourisme a été la plus touchée par la pandémie, en particulier les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration. Néanmoins, le tourisme devrait reprendre sa croissance en 2021 et 2022.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 25,7 23,0 51,3
Valeur ajoutée (en % du PIB) 26,1 32,8 33,5
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 3,0 3,7 -0,1

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

La population active en chiffres

201820192020
Population active 14.554.97114.761.99914.450.873

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 65,26%65,25%65,19%
Taux d'activité des hommes 78,39%78,48%78,50%
Taux d'activité des femmes 52,31%52,19%52,05%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
58,3/100
Rang mondial :
108
Rang régional :
21

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
7/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
157/180

Source : Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Le Times de Tashkent
Uz Report
Khalq Sozi
Les ressources utiles
Liste officielle des ministères et leurs liens
Ministère de l'Economie
Ministère des Finances
Ministère de l'investissement et du commerce extérieur
Banque Centrale de la République d'Ouzbékistan
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022