drapeau Ouzbékistan Ouzbékistan : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

L'Ouzbékistan a mis en œuvre d'ambitieuses réformes économiques axées sur le marché, qui ont eu un impact positif sur l'économie du pays. Le gouvernement fait avancer d'importantes réformes économiques structurelles, notamment une réduction substantielle des subventions énergétiques pour les ménages, dont la mise en œuvre est prévue pour mai 2024. Cette mesure fait suite à la libéralisation des tarifs pour les industries en octobre 2023. L'économie de l'Ouzbékistan fait preuve de résilience face aux retombées de la guerre en Ukraine et des sanctions russes, en maintenant des taux de croissance parmi les plus élevés de la région de la CEI. Le FMI estime la croissance à 5,5 % pour 2023. Les envois de fonds en provenance de Russie, qui représentent 9 % du PIB et 74 % du total des envois de fonds en 2023, jouent un rôle essentiel dans les finances extérieures et la croissance économique de l'Ouzbékistan. Pour l'avenir proche, le FMI prévoit une croissance moyenne de 5,5 %.

En ce qui concerne les finances publiques, en 2023, le déficit budgétaire global, y compris les comptes extrabudgétaires et le Fonds ouzbek pour la reconstruction et le développement (UFRD), s'est creusé de 1,4 point de pourcentage pour atteindre 5,5 % du PIB. Cette expansion a largement dépassé l'objectif initial de 3 % prévu dans le budget, principalement en raison de retards dans la libéralisation des tarifs de l'énergie, d'une réduction plus lente que prévu des prêts subventionnés et d'une baisse des recettes de l'impôt sur les bénéfices des sociétés résultant de pénuries d'énergie à court terme au cours du premier trimestre 2023. Fitch prévoit que le déficit diminuera à 4,3 % du PIB en 2024, puis à 3,9 % en 2025. Cette réduction est attendue car les coupes dans les subventions énergétiques devraient réduire de manière permanente les dépenses d'environ 1,5 point de pourcentage du PIB à partir de 2024. À la fin de 2023, la dette brute des administrations publiques, y compris les garanties extérieures de l'État, s'élevait à 36 % du PIB. Pour répondre aux besoins de financement accrus dus à un déficit révisé et plus important, les autorités ont émis 660 millions USD (équivalant à 0,7 % du PIB) en euro-obligations et 4,25 trillions UZS (équivalant à 0,4 % du PIB) en obligations vertes libellées en soum sur les marchés extérieurs en octobre 2023. Fitch prévoit que la dette restera relativement stable en 2024-25, avec une moyenne de 34,3 %. À la fin de 2023, 92,6 % de la dette publique était libellée en devises étrangères. Toutefois, les risques sont atténués par la part élevée de la dette concessionnelle, qui représente 88 % de la dette publique extérieure, et par les échéances relativement longues, la dette extérieure étant en moyenne de 9,1 ans en 2023. L'inflation a toujours été élevée, atteignant en moyenne 13 % en 2023, selon Fitch. La poursuite des phases d'augmentation des tarifs, visant à atteindre la pleine tarification du marché d'ici 2027-28, devrait faire peser des risques à la hausse sur l'inflation. En 2023, la Banque centrale d'Ouzbékistan a reporté l'adoption d'un objectif formel d'inflation de 5 % de la fin de 2024 au second semestre de 2025, principalement en raison des pressions inflationnistes existantes. Le gouvernement a pour objectif de transformer l'Ouzbékistan en un pays industrialisé à revenu moyen supérieur d'ici 2030, et a récemment annoncé des plans visant à moderniser le secteur agricole, à réduire sa participation dans les actifs et les entreprises d'État, et à remédier aux contraintes des marchés financiers.

Selon le ministère ouzbek de la lutte contre la pauvreté et de l'emploi, le taux de chômage s'élevait à 6,8 % à la fin de l'année 2023, soit une baisse notable de 2,1 % par rapport à la période correspondante de l'année précédente. Les données révèlent également une diminution du taux de pauvreté, qui passe de 14,1 % à 11 % sur la base du recensement de 2023. Selon la Coface, plus de la moitié des emplois se trouvent dans le secteur informel. De plus, la croissance économique globale et l'urbanisation accrue de ces dernières années contredisent la persistance de la pauvreté. La Banque mondiale a estimé le PIB par habitant (PPA) du pays à 9 535 USD en 2022.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 80,4290,3999,58113,03129,04
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 5,75,55,55,55,5
PIB par habitant (USD) 2.2802.5092.7103.0163.375
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 34,935,134,833,933,0
Taux d'inflation (%) n/a10,210,010,48,2
Balance des transactions courantes (milliards USD) -0,62-3,86-4,58-5,27-6,12
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -0,8-4,3-4,6-4,7-4,7

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Soum d'Ouzbékistan (UZS) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 302,19195,02859,74920,501.058,70

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

L'Ouzbékistan compte 13,97 millions d'actifs sur une population de 34,9 millions d'habitants (Banque mondiale, dernières données disponibles). L'agriculture joue un rôle majeur dans l'économie ; elle représente 23,5 % du PIB et emploie 26 % de la main-d'œuvre totale. Les principaux produits agricoles sont le coton, le blé, l'orge, le riz, le maïs, la pomme de terre, les légumes, les fruits et le bétail. Le pays produit également de la soie et de la laine et tente de diversifier son agriculture vers les fruits et légumes. Seulement 9 % des terres du pays sont considérées comme arables. Selon l'Agence des statistiques, la valeur totale des produits/services agricoles, forestiers et halieutiques en 2023 s'élevait à 426,3 billions de soums, soit l'équivalent de 34,8 milliards USD, ce qui représente une augmentation de 4,1 % par rapport à l'année précédente. En termes de production agricole, l'année 2023 a vu la production de 8,4 millions de tonnes de produits céréaliers, 3,6 millions de tonnes de pommes de terre, 11,6 millions de tonnes de légumes, 2,4 millions de tonnes de melons, 3,1 millions de tonnes de fruits et baies, et 1,7 million de tonnes de raisin.

Le secteur industriel représente 31,1 % du PIB et emploie 24 % de la main-d'œuvre totale (Banque mondiale). Les produits manufacturés comprennent le textile, l'agroalimentaire, la construction de machines, la métallurgie, l'exploitation minière, l'extraction d'hydrocarbures et les produits chimiques. L'Ouzbékistan s'enorgueillit de posséder les quatrièmes réserves d'or au monde et occupe la douzième place au niveau mondial et la deuxième place parmi les pays de la CEI en termes d'exploitation minière. La métallurgie est l'une des plus importantes industries nationales, le cuivre, l'or, l'argent et l'uranium étant les minéraux les plus exploités. Le secteur du pétrole et du gaz est l'un des principaux piliers du PIB de l'Ouzbékistan, contribuant de manière substantielle aux recettes budgétaires, aux recettes en devises et au cadre de production industrielle. En outre, il joue un rôle crucial en attirant les investissements dans le pays. L'Ouzbékistan est le deuxième producteur de gaz naturel d'Asie centrale et est reconnu pour ses importantes réserves d'hydrocarbures. D'ici la fin de l'année 2023, la production industrielle a connu une augmentation notable de 6 %, affichant une croissance positive dans tous les secteurs clés. L'industrie manufacturière s'est révélée être le principal catalyseur de la croissance industrielle, affichant les changements structurels les plus significatifs. La production de produits manufacturés a augmenté de 6,7 %, témoignant d'une dynamique robuste dans le secteur.

Le secteur des services représente 35,5 % du PIB et emploie 50 % de la main-d'œuvre totale (Banque mondiale). Les principaux services sont les transports et le tourisme. En 2023, l'Ouzbékistan a connu une augmentation significative du nombre de visiteurs étrangers, avec un total de 6,6 millions d'étrangers visitant le pays. Ce chiffre marque une augmentation notable de 26,9 % par rapport à l'année précédente, comme l'indique l'Agence des statistiques. Fin septembre 2022, le secteur bancaire de l'Ouzbékistan représentait 69,7 % du PIB du pays. La domination des grandes banques d'État et des banques contrôlées par l'État persiste dans le secteur, avec seulement cinq banques qui gèrent 61 % de tous les actifs du secteur bancaire (données de l'OCDE). Dans l'ensemble, le secteur des services a connu une croissance de 6,8 % en 2023. Au sein de ce secteur, le commerce, qui englobe les services d'hébergement et de restauration, a connu une augmentation de 10,2 %. Les transports et l'entreposage, ainsi que l'information et les communications, ont connu une croissance de 12,3 %, tandis que les autres industries de services ont progressé de 4,5 %.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 23,9 25,4 50,6
Valeur ajoutée (en % du PIB) 23,5 31,1 35,5
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 3,6 5,5 8,5

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2024 (e)2025 (e)2026 (e)
Taux de chômage (%) 7,97,46,9

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 14.554.97114.761.99914.450.873

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 65,26%65,25%65,19%
Taux d'activité des hommes 78,39%78,48%78,50%
Taux d'activité des femmes 52,31%52,19%52,05%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
58,3/100
Rang mondial :
108
Rang régional :
21

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
7/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
157/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Le Times de Tashkent
Uz Report
Khalq Sozi
Les ressources utiles
Ministère de l'Economie
Ministère des Finances
Banque Centrale de la République d'Ouzbékistan
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2024