drapeau République Tcheque République Tcheque : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".


Le Covid-19 a pesé sur les fondamentaux de l'économie tchèque qui avaient soutenu la croissance - demande intérieure, impôts, recettes et exportations. Une baisse dans ces trois sources de revenu a entraîné une contraction de l'économie de 5,8 % en 2020. Néanmoins, l'économie du pays a rebondi en 2021, soutenue par une demande intérieure robuste, et a connu une croissance d’environ 3,8 % malgré les perturbations de la chaîne d'approvisionnement qui ont pesé sur la production et les exportations (notamment dans le secteur automobile). L'activité économique devrait s'accélérer en 2022, tirée à la fois par la demande intérieure et étrangère, y compris les investissements publics soutenus par la facilité pour la reprise et la résilience de l'UE. Globalement, le FMI prévoit une croissance de 4,5% cette année, puis de 4,1% en 2023.

L'économie tchèque avait déjà montré des signes de ralentissement avant l'apparition du Covid-19 dans un contexte de croissance plus faible en Allemagne et d'incertitudes commerciales causées par le Brexit. En 2021, la hausse des dépenses déclenchée par les vastes mesures de relance budgétaire visant à contenir les effets de la pandémie de COVID-19, une réduction de l'impôt sur le revenu des personnes physiques et de nouvelles augmentations des pensions et des salaires publics ont entraîné une augmentation du déficit budgétaire des administrations publiques, qui s'est maintenu à 7,4 % du PIB. À mesure que la plupart des mesures seront progressivement supprimées, le déficit budgétaire général nominal devrait diminuer à 5 % en 2022 et à 4,5 % l'année suivante, tout en restant bien au-dessus de ses niveaux d'avant la pandémie. Bien que la dette publique soit encore faible par rapport aux autres États membres de l'UE, le ratio de la dette au PIB devrait suivre une tendance à la hausse sur l'horizon de prévision, passant d'un ratio de 45 % en 2021 à 50,3 % en 2023 (il était de 30 % avant la pandémie - FMI), tirée par un solde nominal négatif qui n'est que partiellement compensé par la croissance du PIB nominal. La hausse des prix des intrants de production et l'augmentation de la demande des consommateurs ont entraîné une hausse de l'inflation, qui s'est établie à 2,7 % en 2021 (toujours dans la fourchette de tolérance de 1 à 3 % de la Banque centrale tchèque). Il devrait diminuer progressivement cette année (2,3 %) et l’année suivante (2 %).

La République Tchèque a un marché du travail tendu et une faible part de contrats temporaires, avec l'un des taux de chômage les plus bas d'Europe : à 3,4 % en 2021, il est toujours supérieur aux niveaux enregistrés avant le début de la pandémie. L'accélération de la croissance économique devrait améliorer les conditions du marché du travail au cours de la période de prévision, le taux de chômage diminuant à 3,2 % en 2022 et à 3 % en 2023. Cependant, les pénuries de main-d'œuvre entravent la croissance future alors que la population du pays vieillit et diminue. Néanmoins, la part des travailleurs hautement qualifiés dans la population active a continué d'augmenter ces dernières années. Le FMI estime le PIB par habitant (PPA) du pays à 42 956 USD en 2021, légèrement en dessous de la moyenne de l'UE.

 
Indicateurs de croissance 20202021 (e)2022 (e)2023 (e)2024 (e)
PIB (milliards USD) 245,98281,78295,62314,72337,76
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -5,53,51,91,53,9
PIB par habitant (USD) 2326282932
Solde des finances publiques (en % du PIB) -5,5-6,3-4,3-3,4-2,9
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 37,642,041,541,241,4
Taux d'inflation (%) 3,23,816,38,62,5
Balance des transactions courantes (milliards USD) 4,90-2,62-12,70-6,92-3,26
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 2,0-0,9-4,3-2,2-1,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Couronne Tchèque (CZK) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 2,492,412,322,392,44

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

Le secteur agricole a traversé une grave crise dans les années 1990 et reste fortement subventionné. En 2019, l’agriculture représentait 1,9 % du PIB du pays et employait 2,7 % de la population active (Banque mondiale, dernières données disponibles). Le pays a une superficie agricole de 5,5 millions d'hectares et une superficie forestière de 2,65 millions d'hectares (FAO). Les principaux produits agricoles sont la betterave sucrière, la pomme de terre, le blé, l'orge et la volaille. Les céréales (22,7%), le lait (20,5%), les cultures industrielles (15,4%) et les plantes fourragères (10%) sont les secteurs les plus importants en termes de valeur de production en République tchèque (Commission européenne).

L'industrie représente 30,8% du PIB et emploie 37,2% de la population active. La croissance des performances s'est accompagnée d'une augmentation de la productivité de la main-d'œuvre. Le secteur automobile est de loin la plus grande industrie, avec des entreprises comme Skoda (détenue par Volkswagen). Depuis 2005, des investisseurs étrangers tels que Toyota et PSA ont également commencé à produire des voitures en République tchèque. L'industrie automobile tchèque emploie plus de 150 000 personnes et représente plus de 20 % de la production manufacturière tchèque et des exportations tchèques. Le secteur tchèque de l'électronique représente plus de 14 % de la production manufacturière totale, ce qui en fait le deuxième secteur le plus important de l'économie (plus de 17 000 entreprises emploient plus de 180 000 travailleurs dans le secteur). Dans l'ensemble, l'industrie manufacturière contribue à 22% du PIB.

Les services représentent 58,3% du PIB et emploient près de 60,1% de la population active. Le secteur du tourisme a enregistré un rythme de croissance soutenu, le nombre de clients hébergés dans les établissements d'hébergement collectif atteignant près de 22,0 millions en 2019. Malheureusement, la pandémie de Covid-19 a eu un impact négatif sur le secteur du tourisme en 2020, avec un baisse du nombre de touriste de 51 % (Office statistique tchèque). La même année, 49 banques agréées opéraient en République tchèque : quatre grandes banques, cinq banques de taille moyenne, 10 petites banques, 25 succursales de banques étrangères et cinq sociétés de construction. 37 entités étaient contrôlées par des propriétaires étrangers, dont 12 étaient des banques et 25 des succursales. Les propriétaires nationaux contrôlaient 12 banques, dont deux sont détenues en copropriété par l'État. Fin 2020, la valeur totale des actifs du secteur bancaire atteignait 7 965 milliards CZK, soit environ 141 % du PIB (Fédération bancaire européenne).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 2,7 37,3 60,1
Valeur ajoutée (en % du PIB) 1,9 30,8 58,3
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 6,5 -9,2 -3,9

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2022 (e)2023 (e)2024 (e)
Taux de chômage (%) 2,52,32,3

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 5.452.9435.441.3325.378.192

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 76,11%76,79%76,86%
Taux d'activité des hommes 83,09%83,49%83,54%
Taux d'activité des femmes 68,90%69,87%69,95%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
Employés, par type de métier (% de la population active) 2015
Activités de fabrication 27,3%
Commerce de gros et de détail, réparations de véhicules automobiles et de motocycles 12,2%
Construction 7,9%
Santé et et activités d'action sociale 7,0%
Éducation 6,4%
Administration publique et défense; sécurité sociale obligatoire 6,3%
Transport et entreposage 5,9%
Activités professionnelles, scientifiques et techniques 4,7%
Activités d'hébergement et de restauration 3,9%
Agriculture, sylviculture et pêche 2,9%
Information et communication 2,8%
Activités de services administratifs et d'appui 2,6%
Activités financières et d'assurances 2,3%
Arts, spectacles et loisirs 1,6%
Distribution d'eau; réseau d'assainissement; gestion des déchets et activités de remise en état 1,1%
Production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et climatisation 1,0%
Activités immobilières 0,9%
Activités extractives 0,8%
 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
73,8/100
Rang mondial :
27
Rang régional :
14

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
7.28/10
Rang mondial :
26/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Libre
Liberté politique :
1/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
40/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Lidové Noviny (en tchèque uniquement), quotidien
Hospodárské Noviny (en tchèque uniquement), quotidien
MF DNES (en tchèque uniquement), quotidien
Právo (en tchèque uniquement), quotidien
Radio Prague International
Les ressources utiles
Ministère de l'Agriculture
Ministère des Affaires étrangères
Ministère de l'Industrie et du Commerce
Ministère des Finances
Banque nationale tchèque
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022