drapeau Royaume Uni Royaume Uni : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19"

La croissance de l’économie britannique (6e au monde) a ralenti depuis le référendum de 2016 sur la sortie de l'Union européenne (Brexit). La situation s'est aggravée avec le déclenchement de la pandémie de COVID-19, avec une chute sans précédent du PIB de 9,8 % en 2020. La tendance à la baisse s'est poursuivie au premier trimestre 2021 ; cependant, le PIB a commencé à rebondir depuis, avec la consommation privée et publique comme principal moteur, atteignant environ 6,8 %. Le FMI s'attend à ce que le PIB réel du Royaume-Uni n'atteigne les niveaux d'avant la pandémie qu'au deuxième trimestre de 2022, les investissements des entreprises devraient augmenter fortement grâce à la "super-déduction", qui permet aux entreprises de compenser 130 % des dépenses d'investissement éligibles. Dans l'ensemble, le PIB devrait croître de 5 % cette année et de 1,9 % en 2023. Outre les difficultés économiques persistantes causées par la recrudescence du COVID-19 et les perturbations commerciales liées au Brexit, le Royaume-Uni devrait également continuer à être touché par des contraintes en approvisionnement et une importante pénurie de main-d'œuvre.

Les efforts budgétaires entrepris ces dernières années ont été compromis par les mesures d'urgence que le gouvernement a dû mettre en place pour lutter contre la crise induite par l'épidémie, notamment des dispositifs de chômage partiel, des subventions pour les indépendants, des subventions et des allègements fiscaux pour les entreprises et des financements supplémentaires pour les le NHS, pour un total de plus de 19% du PIB (Commission européenne). Couplé à une baisse des recettes, le solde des administrations publiques a enregistré un déficit de 5,6 % en 2021, le ratio de la dette au PIB grimpant en flèche à 108,5 %, contre un niveau pré-pandémique de 85,2 % (FMI). À mesure que l'économie se redresse et que le soutien budgétaire est réduit, le déficit budgétaire devrait progressivement diminuer pour atteindre 4,9 % en 2022 et 3,5 % l'année suivante ; considérant que la dette publique brute devrait encore augmenter pour atteindre 109,4 % d'ici la fin de 2023. En raison de la hausse des prix mondiaux de l'énergie et de l'augmentation des dépenses de consommation, l'inflation s'est accélérée vers la fin de l'année pour atteindre 2,2 % et devrait encore augmenter à 2,6 % cette année avant de décélérer à 2 % en 2023 (FMI). Le comité de politique monétaire de la Banque d'Angleterre a confirmé qu'un resserrement modeste de la politique monétaire au cours de la période de prévision est probable afin d'atteindre durablement l'objectif d'inflation à moyen terme.

Les mesures prises par le gouvernement pour soutenir les salariés et les indépendants ont permis de contenir la hausse du taux de chômage, estimé à 5 % en 2021 (contre 3,8 % avant la pandémie). Ce taux devrait rester stable en 2022, avant de baisser légèrement à 4,7 % l'année suivante (FMI). Le PIB par habitant (PPA) du pays était estimé à 47 089 USD en 2021 par le FMI, mais les performances macroéconomiques relativement solides du Royaume-Uni cachent des faiblesses et des situations d'inégalité. Ainsi, comme l'a souligné le FMI, le renforcement du capital humain est une priorité essentielle. Les efforts du gouvernement pour investir dans les infrastructures, accroître l'offre de logements et accroître la participation des femmes au marché du travail contribueront également à soutenir une croissance plus durable et inclusive.

 
Indicateurs de croissance 20202021 (e)2022 (e)2023 (e)2024 (e)
PIB (milliards USD) 2,003,003,003,003,00
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -9,3e7,43,60,30,6
PIB par habitant (USD) 41e47475155
Solde des finances publiques (en % du PIB) 0,5-3,2-4,3-1,7-0,4
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 102,695,387,079,976,7
Taux d'inflation (%) 0,92,69,19,03,7
Balance des transactions courantes (milliards USD) -69,01-82,48-153,94-157,87-150,61
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -2,5-2,6-4,8-4,5-4,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Livre sterling (GBP) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 0,080,080,080,080,08

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

Le secteur agricole représente 0,6 % du PIB, mais est très productif, le pays parvenant à produire suffisamment pour satisfaire environ 60 % de sa demande alimentaire. Le secteur primaire emploie 1 % de la population active (Banque mondiale, dernières données disponibles). Les principales cultures produites au Royaume-Uni sont les pommes de terre, les betteraves, le blé et l'orge. L'élevage (surtout ovin et bovin) reste une activité agricole majeure. Le secteur de la pêche est également bien développé, mais souffre actuellement de l'épuisement des volumes de poisson dans les zones de pêche traditionnelles (le sujet était un enjeu clé de l'accord commercial conclu avec l'UE, qui stipule que le Royaume-Uni aura le droit d'exclure complètement les bateaux de l’UE après 2026). Selon les dernières données de l'Office des statistiques nationales (ONS), la superficie agricole utilisée s'élève à 8,8 millions d'hectares en 2021. Le revenu total du pays provenant de l'agriculture en 2020 était de 5 121 millions de livres sterling, soit -2,5 % d'une année sur l'autre (ONS, dernières données disponibles).

Le Royaume-Uni est l'un des plus grands pays producteurs au monde, avec des industries aérospatiales et pharmaceutiques civiles et militaires particulièrement importantes, et dispose de ressources minérales considérables. Autrefois le 10e producteur de pétrole au monde avec d'énormes réserves de gaz naturel, sa production décline rapidement. Néanmoins, des groupes comme British Petroleum (BP) continuent de figurer parmi les leaders mondiaux de l'industrie pétrolière. Le secteur industriel, qui représente 17% du PIB et emploie 18,1% de la population active, est peu compétitif, principalement en raison d'une faible productivité. Certains des principaux secteurs comprennent les machines-outils, les équipements de transport et les produits chimiques. Parmi les secteurs à fort potentiel figurent les technologies de l'information et de la communication, les biotechnologies, l'aéronautique, les énergies renouvelables et la défense. En 2020, le secteur manufacturier représentait 9,6 % de la production économique totale du Royaume-Uni (en conséquence de la crise du COVID-19, la production a chuté de 8,6 % par rapport à 2019, la production manufacturière diminuant de 9,9 % - ONS).

Malgré le Brexit, Londres reste la plus grande place financière d'Europe, à égalité avec New York, et elle abrite également le siège de nombreuses multinationales. Le secteur bancaire a été très dynamique, tout comme le secteur du tourisme, qui génère environ 10 % du PIB. Cependant, le secteur tertiaire n'a pas fait exception à la crise liée au COVID-19 en 2020, la production totale de services ayant perdu 8,9 % par rapport à l'année précédente (ONS). Il existe plus de 370 institutions financières monétaires au Royaume-Uni, avec un peu moins de la moitié du bilan du secteur (49,7 %) détenu en GBP, 18,4 % en EUR et 31,9 % dans d'autres devises (Fédération bancaire européenne).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 1,0 18,1 80,8
Valeur ajoutée (en % du PIB) 0,6 16,9 72,8
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -10,0 -10,8 -9,7

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2022 (e)2023 (e)2024 (e)
Taux de chômage (%) 3,84,85,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 34.331.42234.639.27434.738.347

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 77,41%77,73%78,01%
Taux d'activité des hommes 82,17%82,40%82,42%
Taux d'activité des femmes 72,67%73,08%73,62%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
Employés, par type de métier (% de la population active) 2015
Santé et et activités d'action sociale 13,3%
Commerce de gros et de détail, réparations de véhicules automobiles et de motocycles 13,0%
Éducation 10,5%
Activités de fabrication 9,6%
Construction 7,2%
Activités professionnelles, scientifiques et techniques 7,0%
Administration publique et défense; sécurité sociale obligatoire 5,9%
Activités d'hébergement et de restauration 5,2%
Transport et entreposage 5,0%
Activités de services administratifs et d'appui 4,8%
Information et communication 4,0%
Activités financières et d'assurances 4,0%
Arts, spectacles et loisirs 2,7%
Agriculture, sylviculture et pêche 1,1%
Activités immobilières 1,1%
Distribution d'eau; réseau d'assainissement; gestion des déchets et activités de remise en état 0,7%
Production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et climatisation 0,6%
Activités extractives 0,5%
 
Pour plus de statistiques
Statistiques nationales

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
78,4/100
Rang mondial :
7
Rang régional :
3

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
7.70/10
Rang mondial :
17/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Libre
Liberté politique :
1/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
33/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Financial Times
The Economist
The Guardian
The Times
The Independent
The Daily Telegraph
Les ressources utiles
Economie et finance
Financement des Exportations
Département de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales
Département des Affaires, de l'Energie et de la Stratégie industrielle
Commerce international
Banque d'Angleterre
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022