drapeau Sénégal Sénégal : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières prévisions sur les impacts économiques causés par la pandémie de coronavirus, veuillez consulter la plate-forme de suivi des politiques du FMI Policy Responses to COVID-19 pour les réponses économiques clés des gouvernements.

Après avoir enregistré une décennie de forte croissance, l'économie sénégalaise a été impactée par la pandémie de Covid-19, mais faisait partie de la minorité d'économies qui ont réussi à éviter la récession. Après avoir rebondi en 2021, l'économie a été frappée par les conséquences de la guerre en Ukraine en 2022, le pays étant fortement dépendant des approvisionnements alimentaires et énergétiques extérieurs. Dans un contexte d'affaiblissement de la demande extérieure, de flambée des prix des denrées alimentaires et de l'énergie, du resserrement des conditions financières et de l'appréciation du dollar américain, la croissance du PIB a ralenti à 4,7 % en 2022, contre 6,1 % en 2021 (FMI). Cependant, en raison de perspectives favorables de production de pétrole et de gaz, la croissance du PIB devrait s'accélérer pour atteindre 8,1 % en 2023 et 10,4 % en 2024 (FMI).


Après une solide reprise après la crise induite par la pandémie de Covid-19, l'économie sénégalaise a souffert en 2022 des retombées négatives sur la croissance mondiale et les prix des matières premières de la guerre de la Russie en Ukraine. L'inflation a grimpé à 7,5 %, contre 2,2 % en 2021, et l'insécurité alimentaire a augmenté (FMI). Les autorités ont adopté des mesures de soutien pour faire face à la flambée du coût de la vie, notamment des subventions énergétiques non ciblées. Initialement prévues à 1 % en 2022 puis réestimées à 3 %, des baisses ciblées de prélèvements (TVA, douanes et taxes sur les carburants) ont été mises en place pour atténuer le choc inflationniste (Coface). Les efforts d'assainissement budgétaire ont été reportés, le déficit budgétaire étant resté stable à -6,2 % du PIB (FMI). Les autorités se sont engagées à accélérer l'assainissement budgétaire en 2023, en augmentant certains prix de l'électricité et des carburants, afin de réduire le déficit budgétaire à -4,5 % du PIB (FMI). Une nouvelle réduction du déficit budgétaire à -3% d'ici 2025 est prévue, conformément aux engagements de l'UEMOA, grâce à la suppression progressive des subventions énergétiques et à une mobilisation accrue des recettes (FMI). La dette publique est passée de 73,2% du PIB en 2021 à 77,3% du PIB en 2022 ; et il devrait baisser à 74,3 % du PIB en 2023 et à 69,0 % du PIB en 2024 (FMI). Comme l'a souligné le FMI, les risques pesant sur la soutenabilité de la dette devront faire l'objet d'un suivi attentif. L'inflation devrait baisser à 3,1 % en 2023 et à 2,0 % en 2024 (FMI). Après avoir mis l'accent sur la réponse aux chocs externes, les autorités se concentrent désormais sur la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE) révisé. L'objectif est de promouvoir une croissance forte et inclusive tirée par le secteur privé grâce à la transformation structurelle et à la diversification, en mettant un nouvel accent sur l'accélération de la production nationale de fournitures essentielles grâce à des politiques sectorielles (FMI). Accroître la mobilisation des recettes, reconstituer les réserves budgétaires, mettre la dette publique sur une trajectoire descendante, améliorer l'environnement des affaires, renforcer le filet de sécurité sociale, élargir l'accès à une éducation de qualité, lutter contre le chômage des jeunes et remédier aux faiblesses du système financier sont les principaux défis identifiés par le FMI.

Selon la Banque mondiale, si les réformes du PSE se poursuivent, la couche pauvre de la population sénégalaise pourra progressivement accéder aux secteurs à forte croissance ou à valeur ajoutée, comme l'horticulture ou la transformation agricole. Le Sénégal est classé 170e sur 191 pays dans l'indice de développement humain (PNUD). En 2021, le taux de chômage du pays était de 3,7% (Banque mondiale, estimation OIT).

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 27,7431,1435,1939,6742,62
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 4,04,18,810,25,2
PIB par habitant (USD) 1.5701.7151.8862.0692.164
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 76,681,072,167,666,2
Taux d'inflation (%) n/a6,13,32,02,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) -5,53-4,55-2,77-1,44-1,16
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -19,9-14,6-7,9-3,6-2,7

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Franc CFA BCEAO (XOF) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 60,4660,0659,2161,0360,61

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

Le Sénégal est riche en minéraux, notamment en phosphates et en minerai de fer. Le pays est l'un des principaux producteurs mondiaux de phosphate et possède d'importants gisements de zirconium, de titane, de marbre, d'or et de calcaire, ainsi que plusieurs types de pierres précieuses. Le Sénégal devrait devenir producteur de pétrole et de gaz en 2023. Bien que seulement 16,62 % des terres soient arables, l'agriculture emploie 30 % de la main-d'œuvre et contribue à 15,3 % du PIB (Banque mondiale). L'agriculture sénégalaise est très vulnérable aux aléas climatiques et aux menaces acridiennes. Les principales cultures du Sénégal sont les arachides, les doliques à œil noir, le manioc, les pastèques, le millet, le riz et le maïs. La pêche est également une importante source de revenus. Pour faciliter la transformation des produits agricoles, le gouvernement met en place quatre pôles de transformation agro-alimentaire (« agropoles ») (IMF).

Le secteur industriel contribue à 24,7% du PIB et emploie 13% de la population active (Banque mondiale). Elle repose essentiellement sur la production d'engrais et d'acide phosphorique - qui est acheminé vers l'Inde, ainsi que sur la transformation de l'arachide (huile et farine de bétail) et la transformation des produits de la mer (malgré un épuisement croissant de la ressource). Le segment industriel le plus important est la production alimentaire, suivie par les industries textiles et chimiques. Les industries sénégalaises produisent également des matériaux de construction, des machines, des équipements, de l'électricité et de l'eau. Le gouvernement soutient la mise en place d'un parc intégré de l'industrie pharmaceutique, biomédicale et pharmacopée ("Pharmapolis") (FMI).

Le secteur des services contribue à 49,6% du PIB et emploie 57% de la population active (Banque mondiale). Il bénéficie de l'excellente infrastructure de télécommunications du pays, qui favorise les investissements dans les téléservices et Internet. Ce secteur est en constante expansion. Le tourisme a également augmenté, en particulier parmi les voyageurs européens.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 21,6 22,6 55,8
Valeur ajoutée (en % du PIB) 15,7 24,5 49,7
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 0,3 1,1 6,2

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

La population active en chiffres

201820192020
Population active 4.122.2664.252.3084.255.422

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 47,13%47,13%47,14%
Taux d'activité des hommes 59,27%59,09%58,89%
Taux d'activité des femmes 36,15%36,29%36,44%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
Pour plus de statistiques
Agence National de Statistiques et de la démographie
Pour plus d'information sur le marché du travail
The World Bank

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
58/100
Rang mondial :
111
Rang régional :
16

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Libre
Liberté politique :
2/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
49/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Le Quotidien: journal national sénégalais
Sud Quotidien
Wal Fadjiri L’Aurore
Agence de Presse Senegalaise
Les ressources utiles
Ministère de l'économie
Ministère des finances
Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mars 2024