drapeau Syrie Syrie : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

La Syrie est en proie à une guerre dévastatrice depuis 2011. Selon une étude publiée par la Banque mondiale, le conflit a entraîné une perte cumulée de PIB d'environ 226 milliards d'USD seulement entre 2011 et 2016, soit environ quatre fois le PIB de la Syrie avant la guerre, et la crise humanitaire a fait plus de 600 000 victimes. Au-delà de l'impact immédiat du conflit, l'économie souffre des effets cumulés des phénomènes météorologiques défavorables, de la fragilité régionale et de l'instabilité macroéconomique. Toutefois, il est extrêmement difficile d'évaluer la santé financière du pays, car le PIB du temps de guerre peut être très instable en raison de l'aide étrangère et des destructions continues. Le retour de plusieurs provinces sous le contrôle du régime de Bachar Al-Assad devait rétablir une certaine stabilité nécessaire au démarrage de la reconstruction et de la reprise économique ; cependant, la crise libanaise, les nouvelles sanctions imposées par les États-Unis (prolongées en 2024) et le tremblement de terre qui a secoué le pays en février 2023 et dont l'impact total est estimé à 5,2 milliards de dollars, ont encore détérioré la situation. Le dernier Syria Economic Monitor, publié avant le tremblement de terre, prévoyait une contraction du PIB de 3,2 % en 2023, après une baisse de 3,5 % en 2022. L'inflation devrait diminuer mais rester à des niveaux élevés tout au long de l'année 2023, en raison de la répercussion du taux de change, des pénuries persistantes de denrées alimentaires et de carburant, et des réductions supplémentaires des subventions.

Avec l'aide de ses alliés russes et iraniens, Bachar Al-Assad a repris le contrôle de la majeure partie du territoire syrien et se considère comme le vainqueur d'une guerre pratiquement terminée. Mais le pays est en ruines, la destruction du capital physique étant estimée à environ 120 milliards d'USD et la perte de PIB à près de 325 milliards d'USD (UNESCWA). Globalement, les estimations des coûts de reconstruction de la capacité productive de la Syrie se situent entre 250 et 400 milliards d'USD (Coface) ; cependant, la reconstruction tant attendue ne se matérialise pas. Depuis le début du conflit en Ukraine, les conditions macroéconomiques se sont considérablement dégradées. Avec près de la moitié de la consommation de pétrole et environ un tiers de la consommation de céréales importées, les prix élevés des produits de base résultant du conflit ukrainien ont érodé la situation budgétaire et extérieure tout en alimentant l'inflation. La flambée des prix des produits de première nécessité a entraîné une politique budgétaire plus stricte. La situation déjà précaire des ménages syriens s'est aggravée, ce qui se traduit par une vulnérabilité accrue. Cette augmentation de la vulnérabilité a coïncidé avec une hausse de la participation au marché du travail, en particulier chez les travailleurs en marge du marché du travail, notamment les femmes, les jeunes et les personnes âgées, dont les perspectives de revenus sont limitées. Dans le même temps, les dépenses publiques ont continué à être limitées par la faiblesse des recettes et le manque d'accès au financement. Le compte courant de la Syrie devrait rester fortement déficitaire en raison d'un déficit commercial élevé, ce qui contribuera à l'épuisement des réserves de change.

Sur le plan humanitaire, la situation est catastrophique. Environ 13 millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays et 6,7 millions sont officiellement enregistrées comme réfugiés (Banque mondiale). La situation sociale du pays était déjà grave avant la crise : un tiers de la population vivait en dessous du seuil de pauvreté, le chômage touchait 20% de la population (75% des chômeurs étaient âgés de 15 à 24 ans) et le taux de croissance démographique était très élevé (3,3% par an). Depuis le début de la guerre, la situation n'a fait qu'empirer. Les biens et services essentiels, à savoir l'alimentation, l'habillement, le logement et le carburant, représentent environ les trois quarts du panier de consommation, la nourriture représentant à elle seule environ 40 % de la consommation. Selon le Programme alimentaire mondial, 12,4 millions de Syriens sont aujourd'hui en situation d'insécurité alimentaire, soit près de 60 % de la population du pays. En outre, la population syrienne en âge de travailler a considérablement diminué, en particulier dans sa composante masculine ; toutefois, l'impact de ce choc démographique a été partiellement compensé par une augmentation de la participation au marché du travail.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 0,000,000,000,000,00
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 0,00,00,00,00,0
PIB par habitant (USD) 00000
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 0,00,00,00,00,0
Taux d'inflation (%) n/a0,00,00,00,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) 0,000,000,000,000,00
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 0,00,00,00,00,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Livre syrienne (SYP) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD n/an/an/an/an/a

- Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

L'agriculture représente environ 27,8 % du PIB de la Syrie et emploie, selon les estimations, 12 % de la main-d'œuvre (Banque mondiale, dernières données disponibles). L'agriculture a toujours été un secteur fragile car elle dépend directement des conditions climatiques et surtout de la pénurie d'eau, un facteur régional clé. Les épices, les olives et l'huile d'olive, le coton, le blé et l'orge figurent parmi les principales cultures et exportations. En 2023, le ministère de l'agriculture et de la réforme agraire a fait état d'une culture de blé réussie, avec un rendement de 1,093 million de tonnes sur 517 000 hectares. La culture de l'orge a couvert 449 000 hectares, produisant 409 000 tonnes. La culture du maïs doux s'est étendue à 79 000 hectares, pour un rendement de 561 000 tonnes. En outre, la plantation de coton a couvert 7 175 hectares, produisant 15 000 tonnes. Le nombre total de serres a atteint 192 286, dont 178 593 en phase de production pour divers légumes, plantes vertes et bananes. L'année a également été marquée par une production importante d'olives (380 604 tonnes), de raisins (195 650 tonnes), de pommes (216 181 tonnes) et d'agrumes (841 255 tonnes).

L'industrie dans son ensemble représente 28,9 % de l'économie et emploie environ 22 % de la main-d'œuvre (Banque mondiale). Le secteur des hydrocarbures est essentiel à l'économie syrienne et contribue à hauteur de 65 % aux exportations du pays. Depuis le début du conflit, la production industrielle a diminué, affectée par des pénuries de carburant et d'électricité, un accès limité aux capitaux, une destruction importante des infrastructures et la délocalisation des principales bases de production. Le secteur public joue un rôle prépondérant dans l'industrie syrienne : en 2023, l'ensemble des institutions du ministère de l'industrie et des entités associées ont réalisé des ventes s'élevant à 2 772 milliards de SYP, avec des bénéfices avant impôts totalisant 350 milliards de SYP et des bénéfices après impôts atteignant 250 milliards de SYP. Le secteur industriel public syrien connaît des changements structurels, le gouvernement envisageant diverses fusions. Par exemple, début janvier 2024, deux entités ont été fusionnées au sein d'une nouvelle société, la General Company for Cement and Building Materials Manufacture and Marketing (Société générale pour la fabrication et la commercialisation du ciment et des matériaux de construction).

Le secteur tertiaire syrien englobe une série d'industries, dont le commerce de détail, le tourisme, les télécommunications, la finance et les soins de santé, et joue un rôle central dans l'économie du pays. Dans l'ensemble, le secteur représente 43,3 % du PIB et 65 % de l'emploi total. Avant le soulèvement de 2011, le tourisme était l'un des secteurs économiques qui progressait le plus rapidement en Syrie. En 2010, le pays a accueilli 9,45 millions de visiteurs, faisant du tourisme la deuxième source de devises étrangères après les exportations de pétrole, contribuant ainsi à hauteur de 13,7 % au PIB du pays. Malgré plus d'une décennie de conflit et de destructions massives, le gouvernement syrien redouble d'efforts pour faire du tourisme un atout économique important. En témoigne la construction de nouveaux hôtels de luxe, notamment dans les zones balnéaires et à Alep.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 12,5 22,2 65,4
Valeur ajoutée (en % du PIB) 36,6 22,1 41,3
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 2,8 -14,8 -3,0

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2024 (e)2025 (e)2026 (e)
Taux de chômage (%) 0,00,00,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 5.147.9535.224.0305.165.789

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 46,44%46,65%46,84%
Taux d'activité des hommes 77,23%77,58%77,89%
Taux d'activité des femmes 15,48%15,63%15,76%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
N/A/100
Rang mondial :
N/A
Rang régional :
N/A

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
7/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
173/180

Source : Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Syrian Arab News Agency
The Syria Times
The Syrian Observer
Les ressources utiles
Ministère de l'Economie
Ministère des Finances (en arabe)
Banque Centrale de Syrie
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mars 2024