drapeau Timor oriental Timor oriental : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières prévisions sur les impacts économiques causés par la pandémie de coronavirus, veuillez consulter  la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19" pour les réponses économiques clés des gouvernements.

Le Timor oriental est une jeune nation qui est devenue indépendante en 2002. Malgré des progrès impressionnants depuis l'indépendance, le Timor oriental est toujours l'un des pays les plus pauvres d'Asie et son économie est fortement dépendante de l'aide étrangère et du pétrole (qui représente plus de 95 % du total des revenus d'exportation). Après avoir augmenté de 1,8 % en 2019, en raison de l'apparition du COVID-19, la croissance du PIB a été estimée à -7,6 % en 2020 et s'est redressée à 1,8 % en 2021. Elle devrait atteindre 3,8 % en 2022 sous réserve de la reprise économique mondiale post-pandémique et l'achèvement du projet de port commercial de Tibar. La consommation privée devrait également soutenir la croissance, tandis que l'affaiblissement de la situation mondiale devrait freiner l'investissement privé.

Historiquement, le gouvernement n'a pas dépensé autant que son budget le permettait et a enregistré un déficit budgétaire à la suite d'une augmentation très importante des dépenses publiques et de faibles revenus pétroliers. Le Timor oriental devrait enregistrer un déficit budgétaire de 35,1 % du PIB en 2021, contre 26,6 % en 2020, alors que le gouvernement envisage d'augmenter les dépenses budgétées d'au moins 27,0 % jusqu'à 1,9 milliard de dollars contre 1,5 milliard de dollars. L'industrie pétrolière représente 75 % des revenus totaux, suivie par l'aide internationale (environ 19 % des revenus). La dette publique timoraise a été très faible ces dernières années et elle a été estimée à 12,3 % pour 2020 et 16,5 % pour 2021, avec une prévision à 18,5 % pour 2022. Les réserves de devises étrangères sont élevées, à environ 6 mois d'importations. L'inflation s'est établie à 0,5 % en 2020 et à 1,6 % en 2021. Elle devrait remonter à 2,5 % en 2022 et à 2,8 % l'année suivante, en raison d'une hausse des prix alimentaires mondiaux (World Economic Outlook FMI, octobre 2021). Le pays a fait d'excellents progrès dans la construction de l'État et l'amélioration des services sociaux essentiels, mais ses indicateurs de développement humain restent parmi les plus bas de la région. Le gouvernement dépose tous les revenus pétroliers dans le Fonds pétrolier, qui n'est pas comptabilisé dans le PIB mais reflété dans les chiffres des recettes publiques. Les rendements des investissements du Fonds pétrolier ont été particulièrement élevés, portant le solde du fonds à 16,6 milliards de USD en 2019. Cependant, la perspective d'épuisement de ses ressources énergétiques oblige le pays à relever le défi de la diversification de son économie. Les priorités du Timor oriental sont de réduire sa dépendance aux revenus pétroliers, en développant l'agriculture, le tourisme et les industries légères, de créer des emplois (principalement dans les zones rurales) et d'améliorer la qualité des services publics. Le pays jouit d'une stabilité politique et l'indice de démocratie 2021 classe le Timor-Leste au 7ème pays d'Asie en termes de démocratie. Les élections de mai 2018 ont vu la nomination d'un nouveau Premier ministre, Taur Matan Ruak, issu d'une coalition de l'Alliance pour le changement et le progrès (AMP), (composée de trois partis : le Congrès national pour la reconstruction timoraise (CNRT) et le Parti de libération populaire (PLP) et KHUNTO). Le Timor-Leste tente toujours de devenir membre de l'ASEAN, bien que certains pays membres aient reporté la décision à 2021.

Avec 60 % de la population âgée de moins de 25 ans, le Timor oriental est l'un des pays les plus jeunes au monde. Le pays a atteint le statut de pays à revenu intermédiaire inférieur et aspire à devenir un pays à revenu intermédiaire supérieur d'ici 2030. Le taux de chômage au Timor oriental est passé de 3 % en 2019 à 5,06 % en 2020 (Direction nationale des statistiques, Timor, 2022). À long terme, le taux de chômage au Timor oriental devrait évoluer autour de 3,6 % en 2022 et de 3,2 % en 2023 selon les modèles économétriques de la Banque mondiale. La pauvreté recule à un rythme plus rapide que dans la plupart des pays, mais les opportunités d'emploi dans le secteur formel sont limitées et 41,8 % de la population vit toujours en dessous du seuil national de pauvreté, en particulier dans les zones rurales où la majorité de la population vit avec peu ou pas d'accès aux marchés.

 
Indicateurs de croissance 20202021 (e)2022 (e)2023 (e)2024 (e)
PIB (milliards USD) 1,90e2,362,462,092,19
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -8,61,53,34,22,6
PIB par habitant (USD) 1e1111
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 11,5e10,011,215,417,0
Taux d'inflation (%) 0,53,87,04,02,5
Balance des transactions courantes (milliards USD) -0,310,04-0,28-0,82-0,94
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -16,21,8-11,6-39,4-43,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Dollar américain (USD) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 0,100,100,110,100,11

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 39,3 16,3 44,4
Valeur ajoutée (en % du PIB) 14,2 29,4 56,8
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 2,5 103,0 3,1

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

La population active en chiffres

201820192020
Population active 530.711545.809560.164

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 67,21%67,45%67,49%
Taux d'activité des hommes 72,47%72,70%72,73%
Taux d'activité des femmes 61,82%62,07%62,11%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
44,7/100
Rang mondial :
170
Rang régional :
38

Liberté Economique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
3/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
71/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Sites Internet du Timor Oriental
Informations du Timor Oriental (en anglais)
Profil pays de la BBC, Timor Oriental
Al Jazeera, Timor Oriental
Les ressources utiles
Ministère des finances
Gouvernement du Timor Oriental
Banque Centrale
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022