drapeau Tunisie Tunisie : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

La Tunisie a été profondément touchée par la révolution de jasmin de 2011 qui a renversé le président Zine El Abidine Ben Ali, et le pays ne s'est jamais rétabli économiquement. En 2020, la situation déjà précaire a été aggravée par la crise économique provoquée par la pandémie de Covid-19, et le PIB s'est contracté de 8,6% (FMI). Selon les estimations du FMI, la croissance s'est accélérée à 3 % en 2021, et devrait encore augmenter à 3,3 % en 2022 avant de ralentir à 2,5 % en 2023. L'assouplissement des restrictions devrait stimuler la demande intérieure et le tourisme devrait commencer à se redresser (Focus Economics). Cependant, la crise budgétaire imminente, l'instabilité politique et l'apparition de nouvelles variantes de virus menacent cette reprise (Focus Economics).

L'économie tunisienne a été durement touchée par l'épidémie de Covid-19, alors que les revenus du tourisme ont chuté, que la consommation privée a chuté et que les envois de fonds se sont taris. Le pays a reçu un soutien financier de l'UE (700 millions d'euros), de la Banque africaine de développement (60 millions d'euros), ainsi qu'une assistance médicale d'urgence de nombreux pays. Cette aide a en partie limité la ponction sur les réserves de change, qui représentaient 4 mois d'importations à fin septembre 2021 (Coface). Le déficit public a atteint environ -8,3 % du PIB en 2020, s'est réduit à -7,6 % du PIB en 2021 et devrait rester élevé en 2022 (-7,1 %) et 2023 (-7 %) (FMI). Les revenus devraient se redresser tandis que les subventions et les réductions de la masse salariale diminueront les dépenses (Coface). La Tunisie a couvert son déficit budgétaire grâce à des prêts provenant de bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, mais en l'absence de réformes, aucun accord n'a été conclu avec le FMI. La dette publique a augmenté pour atteindre environ 90,2 % du PIB en 2021, et devrait encore augmenter pour atteindre 92,7 % du PIB en 2022 et 95,2 % du PIB en 2023 (FMI). La majorité de la dette extérieure élevée étant publique ou à garantie publique, la capacité du pays à assurer le service de sa dette peut être remise en question (Coface). Fin 2021, les tensions croissantes entre le président Kaïs Saïed et le principal syndicat sur la question des mesures d'austérité aggravaient le risque de défaut souverain. La persistance d'une inflation élevée, estimée à 5,7% en 2021 et prévue à 6,5% et 5,5% respectivement en 2022 et 2023 (FMI) reflète les fortes dépréciations monétaires et est source de tensions sociales (Euler Hermes).

Dans ce contexte, le chômage est passé à environ 17,4 % en 2020 (FMI) et devrait dépasser 18 % en 2021 (Coface). Pour faire face à la hausse des prix alimentaires ou pour compenser les pertes d'emplois, les ménages ont puisé dans leur épargne, recevant des aides ou empruntant de l'argent à des proches et reportant le paiement de leurs obligations. En 2020, l'extrême pauvreté - mesurée à l'aide du seuil de pauvreté international de 1,90 USD par jour - sera toujours inférieure à 1 % ; cependant, la pauvreté mesurée à l'aide du seuil de 3,20 USD par jour augmentera d'environ 1,3 point de pourcentage, passant de 2,9 % à 4,2 % (Banque mondiale, octobre 2020).

 
Indicateurs de croissance 20202021 (e)2022 (e)2023 (e)2024 (e)
PIB (milliards USD) 42,5246,8446,2846,0248,10
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -8,73,32,21,62,1
PIB par habitant (USD) 3e3333
Solde des finances publiques (en % du PIB) -7,3-6,2-6,8-5,5-4,0
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 82,881,888,889,287,1
Taux d'inflation (%) 5,65,78,18,57,9
Balance des transactions courantes (milliards USD) -2,51-2,87-4,20-3,68-3,11
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -5,9-6,1-9,1-8,0-6,5

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Dinar tunisien (TND) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 0,220,250,280,300,30

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

L'agriculture est un secteur clé de l'économie tunisienne, représentant 10,1% du PIB et employant 14% de la main-d'œuvre (Banque mondiale, 2020). Une amélioration des méthodes de production ces dernières années a permis au secteur de se développer et de se moderniser (culture d'oliviers, d'arbres fruitiers et de palmiers), tout en permettant au pays d'atteindre un niveau d'autosuffisance alimentaire. L'agriculture biologique est également en plein essor, la Tunisie étant l'un des pays les plus productifs d'Afrique. L'huile d'olive représente la plus grande part des exportations agricoles, suivie des dattes, des olives et des fruits frais. Les activités agricoles et agroalimentaires sur le marché local ont été affectées par la pandémie de Covid-19. La population a considérablement augmenté ses niveaux de stocks, dopant la demande de produits à base de blé de 26 % et provoquant d'importantes perturbations dans les circuits de distribution. Les exportations d'huile d'olive ont été l'un des rares secteurs à ne pas avoir souffert de la crise (Coface).

L'industrie représente 21,7% du PIB et emploie 33% de la population active. Les secteurs industriels du pays sont principalement orientés vers l'exportation. Parmi les secteurs en déclin figurent l'industrie du cuir et de la chaussure, le papier, le carton, le plastique, le bois, l'alimentation et les matériaux de construction. Les secteurs de la chimie et du textile-habillement étaient en croissance jusqu'en 2019. Cependant, la crise économique déclenchée par la pandémie de Covid-19 a surtout impacté le secteur du textile-habillement et les sous-secteurs de la mécanique et de l'électrotechnique. Les mesures de contrôle et les restrictions ont amplifié la baisse de la demande étrangère, réduisant les exportations de génie mécanique et électrique et de textiles de 27 % (en glissement annuel) mi-2020. Des grèves récurrentes affectent le secteur.

L'économie locale est largement orientée vers les services, qui représentent 61% du PIB, y compris les secteurs en plein essor des TIC (technologies de l'information et de la communication) et du tourisme. La formation professionnelle et la recherche sont des secteurs porteurs. Le secteur des services emploie 53 % de la main-d'œuvre du pays. Le tourisme, qui a souffert des attentats terroristes qui ont frappé le sol tunisien, s'est considérablement redressé en 2019 avec des arrivées internationales s'élevant à 9,4 millions (hausse de 13,6% sur un an). La pandémie de Covid-19 a fortement touché le secteur tertiaire. Les recettes touristiques ont chuté de près de 30 %, affectées par la fermeture des frontières internationales en mars 2020. Avec le confinement total en avril 2020, toutes les réservations de touristes d’étrangers ont été annulées, avec une baisse estimée à 80 % du secteur touristique tunisien. Le transport est le deuxième sous-secteur de services le plus touché, avec des pertes estimées à 60 % en 2020.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 13,8 33,5 52,8
Valeur ajoutée (en % du PIB) 11,7 21,8 61,3
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 4,5 -8,2 -10,5

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2022 (e)2023 (e)2024 (e)
Taux de chômage (%) 0,00,00,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 4.086.7644.115.3024.107.933

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 51,56%51,53%51,53%
Taux d'activité des hommes 75,34%75,37%75,48%
Taux d'activité des femmes 28,36%28,24%28,09%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
Employés, par type de métier (% de la population active) 2014
Administration publique et défense; sécurité sociale obligatoire 19,6%
Activités de fabrication 19,0%
Agriculture, chasse et sylviculture 14,8%
Construction 13,3%
Commerce de gros et de détail; réparation de véhicules automobiles, de motocycles et de biens personnels et domestiques 13,1%
Transports, entreposage et communications 5,8%
Immobilier, locations et activités de services aux entreprises 4,5%
Hôtels et restaurants 3,6%
Activités extractives 1,2%
Intermédiation financière 0,8%
 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
56,6/100
Rang mondial :
119
Rang régional :
10

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
5.12/10
Rang mondial :
69/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Libre
Liberté politique :
1/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
73/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Le Temps (en français seulement)
La Presse (en français seulement)
As-Sabah (en arabe seulement)
Les ressources utiles
Ministère des Finances
Ministère du Développement, de l'Investissement et de la Coopération Internationale
Ministère du Commerce
Ministère de la Formation Professionnelle et de l'Emploi
La Banque Centrale de Tunisie
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022