drapeau Turquie Turquie : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'économie turque a été frappée par le Covid-19, en particulier après mars 2020, alors que le pays est entré dans un confinement national, avec certaines des mesures les plus strictes d'Europe. Le gouvernement a cherché à atténuer les effets du Covid-19 en assouplissant sa politique monétaire, en étendant le crédit et en puisant dans ses réserves de change. Cette stratégie a permis un fort rebond de l'économie, la croissance du PIB atteignant environ 9% en 2021 (FMI), dopée par des exportations dynamiques. Selon les prévisions du FMI, la croissance du PIB devrait ralentir mais rester ferme en 2022 et 2023 (3,3%). L'inflation, la volatilité des devises et une politique peu orthodoxe font partie des risques pesant sur les perspectives (Focus Economics).

La reprise de la Turquie après la crise du COVID-19 a été «remarquable» (FMI), le pays étant parmi les rares pays à ne pas plonger dans la récession. La solide infrastructure hospitalière de la Turquie a limité l'étendue des cas et des décès de Covid-19, et les fortes baisses des taux d'intérêt, l'octroi rapide de crédit par les banques publiques, les incitations administratives et réglementaires au crédit et les liquidités importantes ont stimulé la croissance (FMI). Cependant, cette orientation monétaire expansionniste a entraîné des taux d'intérêt inférieurs aux attentes du marché, une baisse rapide de la valeur de la lire et une diminution des réserves de change. Le gouvernement a fait volte-face presque complètement en novembre 2020, nommant un nouveau président à la banque centrale ainsi qu'un nouveau ministre des Finances, et s'orientant vers une politique monétaire ferme pour contenir l'inflation. Néanmoins, les baisses des taux d'intérêt ont poussé la lire à des niveaux record à la fin de 2021, entraînant l'inflation à son niveau le plus haut depuis vingt ans - soit 36 % - en décembre. Selon les estimations du FMI, l'inflation a grimpé à 17 % en 2021 et devrait rester élevée en 2022 (15,4 %) et 2023 (12,8 %). Le soutien budgétaire direct ayant été modeste, la dette publique a été contenue en dessous de 40 % du PIB, atteignant 37,8 % du PIB en 2021. Elle devrait augmenter pour atteindre 37,9 % du PIB en 2022 et 39 % du PIB en 2023 (FMI). La politique budgétaire est restée restrictive, avec un déficit public s'élevant à -2,9% du PIB en 2021 et devrait être stable en 2022 et 2023 (-2,9% du PIB). Les autorités poursuivent des politiques monétaires et de taux de change assouplies pour améliorer la compétitivité des exportations. Parmi les principaux défis figurent d'importants besoins de financement extérieur, un secteur privé fortement endetté et une livre faible (The Economics Intelligence Unit). Selon l'OCDE, la poursuite d'une politique monétaire crédible et la mise en œuvre de réformes structurelles devraient être une priorité.

Le taux de chômage, qui avait atteint 13,7% en 2019, a encore été impacté par la pandémie de Covid-19, car la plupart des entreprises sont restées fermées pendant des mois tandis que le tourisme - une source majeure d'emplois - a piqué du nez. L'emploi s'est partiellement redressé parallèlement au rebond de l'activité économique, mais a augmenté plus rapidement dans l'industrie manufacturière orientée vers l'exportation que dans les services (OCDE). Selon les estimations du FMI, le taux de chômage est tombé à 12,2 % en 2021 et devrait encore baisser à 11 % en 2022 et 10,5 % en 2023. Les conditions du marché restent difficiles, en particulier chez les femmes et les jeunes. L'inégalité des salaires et la taille du secteur informel restent des problèmes de longue date.

 
Indicateurs de croissance 20202021 (e)2022 (e)2023 (e)2024 (e)
PIB (milliards USD) 720,11817,51853,49941,551,00
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 1,911,45,03,03,0
PIB par habitant (USD) 8991011
Solde des finances publiques (en % du PIB) -5,0-5,1-5,9-6,5-6,6
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 39,741,837,537,739,6
Taux d'inflation (%) 12,319,673,151,224,2
Balance des transactions courantes (milliards USD) -35,54-13,59-48,26-36,51-27,14
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -4,9-1,7-5,7-3,9-2,6

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Livre Turque (TRY) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 0,310,380,510,590,74

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

Le secteur agricole représente 6,7 % du PIB de la Turquie. Bien qu'il emploie 18 % de la population, le secteur continue de souffrir d'une faible productivité en raison de la dépendance à l'égard des petites exploitations. Environ 11% du territoire turc est utilisé comme terres agricoles. Le blé est la principale culture du pays, bien que la Turquie soit le troisième exportateur mondial de tabac et le premier producteur de noisettes (près de 70 % de la production mondiale). La Turquie continue d'être un exportateur net de produits agricoles, mais les importations de bétail augmentent de façon exponentielle pour compenser la contraction du secteur de l'élevage. Les ressources minérales sont abondantes, mais sous-exploitées. La découverte récente par la Turquie de ressources de gaz naturel dans la mer Noire pourrait contribuer à accroître la part de l'activité minière dans l'économie dans un proche avenir.

La fabrication est la principale activité industrielle du pays. Le secteur secondaire représente 28% du PIB et emploie 25% de la population active. Le gouvernement turc accorde une attention particulière aux grands projets d'infrastructure, en particulier dans le secteur des transports, par le biais du modèle de financement de projets Build-Operate-Transfer (BOT). La construction automobile et le textile sont les fers de lance de l'industrie turque.

Le secteur des services a connu une croissance rapide au début des années 2000, culminant à 59 % du PIB en 2009, mais a chuté depuis pour représenter 54,2 % du PIB en 2020, tout en employant 57 % de la main-d'œuvre du pays (Banque mondiale). Le tourisme représente près de 4% du PIB et est une source majeure de devises étrangères pour la nation. Cependant, les revenus du tourisme de la Turquie ont considérablement diminué en 2020, la pandémie de COVID-19 ayant entraîné des restrictions de voyage dans le monde, des fermetures de frontières et une baisse globale de la demande des consommateurs. Selon les estimations du ministère turc du Tourisme et de la Culture, le nombre de touristes a diminué d'environ 72 % en 2020 par rapport à 2019. Le secteur a rebondi en 2021, car sur la période janvier-novembre 2021, le nombre de visiteurs étrangers a augmenté de 89 %. ,61% par rapport à l'année précédente.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 18,1 25,3 56,6
Valeur ajoutée (en % du PIB) 6,6 27,8 54,6
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 4,8 0,6 1,1

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2022 (e)2023 (e)2024 (e)
Taux de chômage (%) 10,810,510,5

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 32.833.54933.318.94132.317.036

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 57,55%58,08%58,09%
Taux d'activité des hommes 78,14%78,39%77,95%
Taux d'activité des femmes 37,45%38,15%38,54%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
Employés, par type de métier (% de la population active) 2015
Agriculture, sylviculture et pêche 20,4%
Activités de fabrication 18,7%
Commerce de gros et de détail, réparations de véhicules automobiles et de motocycles 13,9%
Construction 7,2%
Administration publique et défense; sécurité sociale obligatoire 5,5%
Activités d'hébergement et de restauration 5,4%
Éducation 5,3%
Activités de services administratifs et d'appui 4,9%
Transport et entreposage 4,2%
Santé et et activités d'action sociale 4,0%
Activités professionnelles, scientifiques et techniques 2,8%
Activités financières et d'assurances 1,1%
Information et communication 1,0%
Activités immobilières 0,8%
Distribution d'eau; réseau d'assainissement; gestion des déchets et activités de remise en état 0,6%
Arts, spectacles et loisirs 0,6%
Activités extractives 0,4%
Production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et climatisation 0,4%
 
Pour plus de statistiques
Ministry of Development

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
64/100
Rang mondial :
76
Rang régional :
37

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
5.99/10
Rang mondial :
56/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
3/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
153/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Dunya
Hurriyet Daily News
Le quotidien Sabah
TRT World
Les ressources utiles
Présidence de la Stratégie et du Budget
Ministère de l'agriculture et de la gestion forestière
Ministère de la science, de l'industrie et de la technologie
Ministère du Trésor et des Finances
Banque Centrale de la République de Turquie
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Décembre 2022