drapeau Ukraine Ukraine : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Le 24 février 2022, la Russie a déclenché un conflit militaire sur le territoire ukrainien, ce qui bouleverse profondément le contexte politique actuel dans les deux pays et aura des ramifications politiques et économiques importantes. Pour les mises à jour en cours sur l'évolution du conflit russo-ukrainien, veuillez consulter les pages dédiées sur Le Monde.

Près de deux ans après le début du conflit, l'invasion de l'Ukraine par la Russie reste un événement tragique aux conséquences humaines et économiques profondes. L'invasion a infligé des pertes considérables à la fois à la population et à l'économie de l'Ukraine, effaçant 15 ans de progrès en matière de développement et exacerbant la pauvreté. Après s'être contractée de près de 30 % en 2022, l'économie ukrainienne a connu un modeste rebond l'année dernière, enregistrant une croissance de 2 % (FMI, 3,5 % selon la Banque mondiale). Cette reprise peut être attribuée au soutien durable des donateurs, à un approvisionnement en électricité plus stable, à l'augmentation des dépenses publiques, à l'amélioration des rendements agricoles et à la réorientation de certaines exportations à travers les frontières occidentales de l'Ukraine. Les prévisions économiques pour l'Ukraine anticipent des taux de croissance de 3,2 % en 2024 et de 6,5 % en 2025 (FMI), la consommation privée et les investissements publics étant les principaux moteurs. Toutefois, le PIB resterait inférieur de 20 % à son niveau d'avant-guerre et les perspectives économiques globales restent tributaires de facteurs tels que l'évolution de la guerre en cours, l'afflux de fonds étrangers et l'évolution des schémas d'exportation.

Après une augmentation en 2023 (20,5 % du PIB selon les estimations de la Commission européenne), le déficit des administrations publiques devrait rester élevé en 2024 (19,7 %). Cette situation s'explique par les dépenses importantes liées à l'effort de guerre en cours du côté des dépenses, associées à une faible croissance des recettes résultant d'une augmentation modeste du PIB. En 2025, une réduction des dépenses totales, en particulier des dépenses liées à la guerre, est attendue, contribuant à une réduction partielle du déficit budgétaire (à 12 % du PIB). En mars 2023, l'Ukraine a obtenu un accord de 48 mois au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC), donnant accès à 15,6 milliards d'USD. Cet accord fait partie intégrante d'un ensemble plus large de mesures de soutien à l'Ukraine, d'un montant de 122 milliards de dollars. Le programme soutenu par le FMI, approuvé par les autorités, est conçu pour établir des politiques qui soutiennent la stabilité fiscale, externe, des prix et financière dans le contexte d'incertitude accrue résultant de la guerre en cours. Le ratio dette/PIB n'a cessé d'augmenter depuis le début de l'invasion, atteignant 88,2 % en 2023, et devrait dépasser 100 % d'ici à 2025. Une politique monétaire rigoureuse, la baisse des prix des denrées alimentaires et la réparation rapide des infrastructures énergétiques ont contribué à réduire l'inflation, qui était estimée à 17,7 % l'année dernière. Dans l'hypothèse d'une poursuite de l'assouplissement des contraintes d'approvisionnement et d'un ralentissement des prix mondiaux, l'inflation devrait continuer à diminuer tout au long de la période de prévision (jusqu'à 8,6 % en 2025).

Le marché du travail a montré des signes de stabilisation en 2023, grâce à la réduction des flux migratoires nets et au retour partiel des personnes déplacées à l'intérieur du pays. Toutefois, le nombre toujours élevé de personnes déplacées, tant à l'étranger qu'en Ukraine, continuera d'exercer une pression sur le marché du travail, provoquant des déséquilibres entre les régions et les secteurs. Malgré la croissance économique prévue, le taux de chômage - 19,4 % en 2023 - devrait rester élevé, bien qu'il soit en baisse. Parallèlement, les pénuries de main-d'œuvre régionales et sectorielles, associées à une baisse attendue de l'inflation, devraient contribuer à une reprise des salaires réels, en particulier en 2025.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 160,52177,20188,94193,60202,56
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -29,15,03,26,55,0
PIB par habitant (USD) 4.5835.3375.6635.6425.774
Solde des finances publiques (en % du PIB) -15,00,00,00,00,0
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 78,482,994,096,795,9
Taux d'inflation (%) 20,212,96,47,66,2
Balance des transactions courantes (milliards USD) 7,97-9,75-10,83-15,89-14,14
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 5,0-5,5-5,7-8,2-7,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Hryvnia ukrainien (UAH) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 2,612,742,902,692,84

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

Le secteur agricole joue un rôle majeur dans l'économie ukrainienne. En 2022, il représentait 8,2 % du PIB et employait 15 % de la population active (Banque mondiale). Le pays est l'un des principaux producteurs et exportateurs agricoles mondiaux et occupe une position essentielle dans la fourniture d'oléagineux et de céréales sur le marché international. Avec plus de 55 % de terres arables, l'Ukraine dépend principalement des produits agricoles pour ses exportations. Les principales cultures sont les céréales, le sucre, la viande et le lait. L'Ukraine est le cinquième exportateur mondial de céréales. En outre, le pays est riche en ressources minérales, principalement en fer et en magnésium, ainsi qu'en ressources énergétiques (charbon et gaz). Cependant, le secteur agricole ukrainien a subi d'importants dégâts suite à l'invasion russe, entraînant une réduction de la capacité d'exportation, la destruction des infrastructures et des terres agricoles, ainsi qu'une augmentation des dépenses en carburant et en intrants.

Le secteur secondaire emploie près d'un quart de la population active et représente 19,2 % du PIB (Banque mondiale). Le secteur manufacturier ukrainien est dominé par les industries lourdes telles que le fer (l'Ukraine est le septième producteur mondial de fer) et l'acier. Ces deux secteurs représentent à eux seuls environ 30 % de la production industrielle ; toutefois, la production d'acier est inférieure à son niveau d'avant 2008. L'extraction du charbon, les produits chimiques, les produits mécaniques (avions, turbines, locomotives et tracteurs) et la construction navale sont également des secteurs importants. La production industrielle en Ukraine de janvier à juin 2023 a diminué de 2,9 % par rapport à la même période en 2022 (où elle avait diminué de 31,9 % à la suite de l'invasion russe). Le secteur du fer et de l'acier a connu l'une des plus fortes baisses de production, la production d'acier ayant chuté de 31,4 % au cours du premier semestre de l'année.

Le secteur des services emploie 61 % de la main-d'œuvre et contribue à 60,8 % du PIB (Banque mondiale). L'Ukraine est un pays de transit énergétique, transportant historiquement le pétrole et le gaz russe et caspien vers l'Europe occidentale et les Balkans, à travers son territoire. Néanmoins, dans le contexte des tensions avec la Russie, le rôle de l'Ukraine en tant que principal couloir de transit a diminué, la Russie cherchant d'autres itinéraires. Le secteur bancaire ukrainien affiche un ratio actifs/PIB relativement modeste de 40 %. Si les cinq premières banques affichent un niveau de concentration modéré, le secteur est largement détenu par l'État, qui représente 50 % des actifs nets. Malgré cette dynamique, le secteur bancaire ukrainien a remarquablement résisté, même après le début de la guerre, et constitue un pilier essentiel de l'économie réelle. Après avoir souffert de l'impact de la pandémie de COVID-19, les secteurs économiques ukrainiens ont été encore plus touchés par les conséquences de l'invasion russe. Les destructions massives d'infrastructures et d'installations, ainsi que la mobilisation, ont perturbé l'activité.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 14,7 24,5 60,9
Valeur ajoutée (en % du PIB) 8,2 19,2 60,8
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -28,4 -43,2 -23,6

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2024 (e)2025 (e)2026 (e)
Taux de chômage (%) 14,513,811,6

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 20.417.45920.207.72819.461.889

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 66,48%66,58%66,64%
Taux d'activité des hommes 72,99%72,96%72,86%
Taux d'activité des femmes 60,44%60,65%60,83%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
Pour plus d'information sur le marché du travail
COE, Migration sur le marche du travail.
Statistiques sur le marché du travail en Ukraine

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
56,2/100
Rang mondial :
127
Rang régional :
45

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
5.32/10
Rang mondial :
70/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2021-2025

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
3/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
97/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
The Day
Kiev Post
Zerkalo Nedeli
Les ressources utiles
Ministère de la culture
Ministère de la protection de l'environnement et des ressources naturelles
Banque nationale d'Ukraine
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mars 2024