drapeau Uruguay Uruguay : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

L'économie uruguayenne dépend fortement de ses voisins, le Brésil et l'Argentine. Le pays a fait preuve d'une forte résilience pendant la pandémie de Covid-19 et a retrouvé son niveau d'avant la pandémie à la mi-2021. Après une croissance de 4,9 % en 2022, l'activité économique s'est ralentie pour atteindre environ 1 % en 2023, en raison du resserrement des conditions financières et de l'impact d'une sécheresse historique qui a affecté la production agricole. En 2024, la croissance du PIB devrait être soutenue par la reprise des exportations et de la consommation privée. Le FMI prévoit une croissance de 3,3 % cette année et de 2,9 % en 2025.

L'Uruguay a entrepris un important assainissement budgétaire structurel au cours de la période 2020-2022, guidé par les amendements à la règle budgétaire mis en œuvre en 2020. En 2023, l'environnement budgétaire a été difficile en raison de l'impact de la sécheresse, de l'inversion de la baisse des salaires réels au cours des années précédentes et des mesures de réduction d'impôts prises par le gouvernement. Le FMI estime que le déficit de l'administration centrale s'est creusé pour atteindre 2,9 % du PIB en 2023, contre 2 % un an plus tôt, mais qu'il devrait progressivement diminuer pour atteindre 2,3 % d'ici à 2025. En avril 2023, le Congrès a approuvé une réforme des retraites qui, malgré des règles de transition longues, ne produira pas d'économies budgétaires avant plusieurs années. Néanmoins, cette réforme constitue un solide témoignage de responsabilité budgétaire et renforce la viabilité à long terme du système. La dette des administrations publiques a augmenté pour atteindre 61,6 % du PIB à la fin de 2023 et devrait rester stable au cours de la période de prévision. Le ratio de la dette en devises étrangères est tombé en dessous de 50 %, ce qui témoigne de l'engagement continu du gouvernement à dédollariser la structure de la dette en mettant l'accent sur les sources de financement nationales. Néanmoins, ce ratio reste élevé. Selon l'Institut national des statistiques, l'inflation cumulée au cours de l'année 2023 s'est élevée à 5,11 % (contre 8,3 % un an plus tôt), se situant dans la fourchette cible établie par la Banque centrale de l'Uruguay (BCU), qui a été fixée entre 3 % et 6 %. Le FMI prévoit une inflation de 5,9 % cette année et de 5,5 % en 2025.

Le taux de chômage a augmenté à 8,1 % en 2023, contre 7,9 % un an plus tôt, et devrait rester stable à moyen terme (FMI). L'Uruguay a l'un des PIB par habitant les plus élevés d'Amérique du Sud et une classe moyenne en développement (28 851 USD en 2022, selon la Banque mondiale). Le pays jouit d'une grande stabilité politique et sociale depuis des années, soutenue par une démocratie consolidée et une sécurité juridique solide, ce qui le rend attrayant pour les investisseurs. En outre, la population vivant sous le seuil de pauvreté a considérablement diminué au cours de la dernière décennie : à l'heure actuelle, le pourcentage de ménages vivant dans la pauvreté s'élève à 6,4 %, selon le seuil de pauvreté international de 6,85 USD par habitant et par jour (Banque mondiale).

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 70,1777,2482,6186,2990,11
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 4,70,43,72,92,6
PIB par habitant (USD) 19.73721.65723.08824.04425.033
Solde des finances publiques (en % du PIB) -2,0-2,4-2,6-2,3-2,1
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 60,360,361,962,262,3
Taux d'inflation (%) 9,15,95,85,55,2
Balance des transactions courantes (milliards USD) -2,79-3,03-3,01-2,73-2,55
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -4,0-3,9-3,6-3,2-2,8

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Peso uruguayen (UYU) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 3,082,963,273,684,42

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

Les ressources naturelles de l'Uruguay sont très limitées, principalement en raison de la taille du pays. Il existe une importante industrie minière dans le pays, principalement axée sur le basalte, la dolomie, le calcaire, le quartz, le granit et le marbre. L'Uruguay ne compte qu'une seule mine d'or et est un important producteur de ciment et de pierres semi-précieuses, en particulier d'agate et d'améthyste. Bien que seulement 11,6 % des terres soient arables, l'agriculture est le plus grand secteur d'exportation de l'Uruguay. Elle représente 7,3 % du PIB et emploie 8 % de la population active. L'Uruguay possède de riches terres agricoles, dont près de 90 % sont consacrées à l'élevage (bovins, ovins, chevaux et porcs). Le riz est la principale culture, suivi du blé, du maïs, de la canne à sucre, du soja et du tabac. L'agriculture maraîchère et fruitière est également présente dans tout le pays, ainsi qu'une importante industrie viticole le long de la côte du Rio de la Plata. En 2023, le principal produit d'exportation de l'Uruguay est à nouveau la viande bovine, qui représente 18 % du total des exportations. Les ventes s'élèvent à 2,08 milliards USD, soit 19 % de moins qu'en 2022 (données gouvernementales officielles).

Le secteur industriel contribue à 17,6% du PIB du pays et emploie 18% de la population active. L'agriculture et la transformation des aliments pour animaux représentent la moitié de l'activité industrielle. Les autres activités manufacturières comprennent les boissons (en particulier le vin), les textiles, les matériaux de construction, les produits chimiques, le pétrole et le charbon. En outre, l'Uruguay a récemment investi massivement dans l'industrie du papier, qui est en pleine expansion. On estime que le secteur manufacturier dans son ensemble représente 10 % du PIB. La production de l'industrie manufacturière uruguayenne a augmenté en moyenne de 0,6 % en 2023 par rapport à l'année précédente, grâce à la fabrication de papier et de produits alimentaires, comme l'indique l'Institut national de la statistique (INE). Les divisions ayant l'impact négatif le plus élevé sur la moyenne annuelle sont "Raffinerie de pétrole", avec une baisse de 30,9 %, et "Fabrication de véhicules à moteur", avec une baisse de 16,8 %, ce qui entraîne des impacts négatifs de 1,8 et 0,6 point de pourcentage, respectivement.

Le secteur des services contribue à 63,2 % du PIB et emploie 74 % de la population active, principalement dans la finance et le tourisme. La région de Punta del Este, en particulier, attire un grand nombre de visiteurs, ce qui a entraîné une hausse de la construction et un boom de la construction dans la région au cours des dernières années. Le pays a accueilli 3,83 millions de touristes en 2023, soit une augmentation de 55,5 % par rapport à l'année précédente (données du ministère du tourisme). La structure du système financier uruguayen comprend deux banques publiques, neuf banques privées et un large éventail d'institutions non bancaires.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 8,4 18,9 72,6
Valeur ajoutée (en % du PIB) 7,3 17,6 63,2
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -2,9 1,8 6,4

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2024 (e)2025 (e)2026 (e)
Taux de chômage (%) 8,18,08,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 1.749.8771.759.5041.686.696

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 75,51%75,18%75,28%
Taux d'activité des hommes 82,98%82,52%82,55%
Taux d'activité des femmes 68,19%67,99%68,14%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
69,3/100
Rang mondial :
44
Rang régional :
4

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Libre
Liberté politique :
1/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
18/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Brecha (en espagnol)
El Observador (en espagnol)
El Pais (en espagnol)
Búsqueda (en espagnol)
La Mañana (en espagnol)
La Diaria (en espagnol)
Les ressources utiles
Liste officielle des ministères et liens
Ministère de l'Economie et des Finances (en espagnol)
Ministère des affaires étrangères (en espagnol)
Ministère de l'industrie, de l'énergie et des mines (en espagnol)
Ministère des transports et des travaux publics (en espagnol)
Ministère du développement social (en espagnol)
Banque Centrale d'Uruguay
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2024